Haut de page.

Nymphéas noirs
Nymphéas noirs


Fiche descriptive

Policier

Fred Duval (d'après le roman de Michel Bussi)

Didier Cassegrain

Didier Cassegrain

Dupuis

Air Libre

25 Janvier 2019


26€95

9782800173504

Chronique

Dans le village de Giverny, où Claude Monet peint quelques-unes de ses plus belles toiles, la quiétude est brusquement troublée par un meurtre inexpliqué.

Tandis qu'un enquêteur est envoyé sur place pour résoudre l'affaire, trois femmes croisent son parcours. Mais qui, de la fillette passionnée de peinture, de la séduisante institutrice ou de la vieille dame calfeutrée chez elle pour espionner ses voisins, en sait le plus sur ce crime ?

D'autant qu'une rumeur court selon laquelle des tableaux d'une immense valeur, au nombre desquels les fameux Nymphéas noirs, auraient été dérobés ou bien perdus.
un chef d'oeuvre!


impressionnants nymphéas
Nymphéas Noirs, planche de l'album © Dupuis / Cassegrain / Duval / BussiMichel Bussi est un auteur de best-sellers et son écriture très scénarisée attire l’intérêt des producteurs : « Maman a tort » et « Un avion sans elle » sont ainsi devenus des séries et d’autres sont en chantier. Pourtant l’un de ses romans, « Nymphéas noirs » était réputé inadaptable comme le rappelle l’auteur lui-même dans l’exergue de l’album…

Inadaptable par son genre d’abord : à la fois biographie de Monet, histoire de Giverny à différentes époques, portrait de femme(s), histoire d’amour et intrigue policière particulièrement retorse. Inadaptable par sa construction ensuite : narration polyphonique et feuilletage des époques, multiplication d’ « impressions » prodiguées au lecteur et d’autant de fausses pistes…

Une somptueuse et remarquable adaptation du roman de Michel Bussi
Et pourtant, Duval et Cassegrain y parviennent de façon magistrale ! Si l’on pourrait penser de prime abord que le rôle de Duval est secondaire puisqu’après tout l’intrigue et les personnages existaient déjà, il n’en est rien. Son découpage est ESSENTIEL. C’est lui qui fonde la réussite de cette adaptation. Il reprend des passages entiers du roman et choisit à chaque fois avec sûreté LA phrase à garder conférant à l’album la même ambiance de conte de fées noir mais aussi de satire sociale (la description des touristes par exemple ou celle du conservateur imbu de lui-même). Il taille dans la masse du roman pour bien faire ressortir les intrigues principales et il sait garder le rythme du « page turner » originel en maintenant le compte à rebours des dix journées. Et il manie surtout l’art de l’ellipse et du flou d’arrière-plan qui permet le déploiement de l’intrigue …

Nymphéas Noirs, planche de l'album © Dupuis / Cassegrain / Duval / BussiLe dessin de Cassegrain accompagne magnifiquement ce découpage ciselé : La première page de toute beauté avec sa première case qui occupe les deux tiers de l’espace nous plonge littéralement dans la peinture de Monet. On est en immersion complète ! Même chose pour la scène qui se déroule devant la cathédrale de Rouen! Pourtant, même s’il emploie des couleurs douces, « désaturées » et travaille les jeux de lumières et de transparence en utilisant la couleur directe, il ne singe nullement les grands maîtres impressionnistes. Il arrive parfaitement à garder lui aussi des arrières plans flous et la palette chromatique pastel à l’œuvre dans la majorité des toiles de ce courant tout en adoptant un dessin semi réaliste précis pour ses protagonistes. Certaines pages sans dialogue mettant en scène des confrontations entre les protagonistes laissent ainsi complètement percevoir les sentiments qui les animent rien que par les cadrages et leurs expressions. D’autres pages, dans une palette beaucoup plus « noire », sont également somptueuses.

On saluera aussi le souci d’exactitude historique des auteurs. Ils ont repris graphiquement toute l’érudition présente dans le roman source. On découvre ainsi au détour de quelques cases le Rouen de la fin du XIXe (dans une magnifique concrétion des époques et juxtaposition de la couleur pour le XXeme siècle et du noir et blanc pour le XIXe) ; le tondo de Monet du musée de Vernon, la maison de Monet à Giverny ; l’histoire des peintres Murer et Robinson et même celle d’ « Aurélien » d’Aragon. Nymphéas Noirs, planche de l'album © Dupuis / Cassegrain / Duval / BussiCe n’est jamais pesant mais tout est soigné jusqu’au moindre détail : la couverture du roman que l’héroïne prête à l’inspecteur reproduit ainsi celle de l’édition de poche de l’époque ! Une telle minutie n’a rien de maniaque mais participe au plaisir de la lecture et de la relecture une fois l’œuvre achevée en forçant le lecteur à chercher les indices dissimulés au fil des pages…

C’est donc une totale réussite et on ne peut qu’attendre avec impatience la sortie du prochain opus : Duval et Cassegrain planchent actuellement sur l’adaptation de « Ne lâche pas ma main » d’un certain … Michel Bussi !

Après avoir travaillé ensemble pour la série d’action « Carmen Mac Callum », Fred Duval et Didier Cassegrain se retrouvent pour un nouvel exercice de style, une « mission impossible », adapter le polar multi primé de Michel Bussi.

Défi magistralement relevé tant dans l’ingénieux découpage que dans la beauté des cases en couleurs directes. Dans ces 140 pages on retrouve le côté foisonnant, érudit et palpitant du roman et contrairement aux héroïnes, on n’a nullement envie de s’échapper de ce Giverny !


- Tu sais dans cette affaire Morval, il y a un truc qui cloche ! Comme si quelqu’un tirait les ficelles, un petit poucet machiavélique qui sème les indices à sa guise…
- Qui à ton avis ?dialogue entre inspecteur adjoint Sylvio Bénavides et sa femme Béatrice
bd.otaku



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

COPS se propose de vous entraîner dans un proche futur, celui de la Californie des années 2030. Jeune recrue fraîchement émoulue de l'Académie de Police, fils à papa pistonné, ex-fédéral ou vétéran issu de la police ou de l'armée, c'est à vous désormais de combattre le crime sous toutes ses formes au coeur de la Cité des Anges, en intégrant les rangs de l'unité COPS - Central Organisation for Public Security, élite et vitrine d'un LAPD à bout de souffle. ...