Haut de page.

Mojo hand
Mojo hand


Fiche descriptive

Roman Graphique

Arnaud Floc'h

Arnaud Floc'h

Christophe Bouchard

Sarbacane

21 Août 2019


19€50

9782377312023

Chronique

Louisiane, 1926, comté de St James. Quand Wilson Dardonne ramène à la maison un bébé blanc abandonné dans le bayou, il ne sait pas encore que celui-ci va devenir le frère de coeur de Cletus, son unique fils, aveugle et petit génie du blues en devenir.

Mais quelle idée de recueillir un enfant blanc dans un Sud follement ségrégationniste quand on est soi-même descendant d'esclave ? C'est ce que ne cesse de lui répéter sa femme, Delilah : « Et tu crois qu'il va s'passer quoi si on trouve c'petit cul blanc chez des nègres, hein ? »...
un excellent album!


I'm goin' to Louisiana and get me a mojo hand (*)
Mojo hand, plance de l'album © Sarbacane / Floc'h / BouchardAprès Emmett Till, Derniers jours d’une courte vie, Arnaud Floc'h continue d’explorer le sud des Etats-Unis, berceau du blues qu’il aime tant…

Comté de St James, Louisiane, 1926. L’ouragan Hurricane a ravagé la région, balayant maisons et végétation…

Lorsque Wilson Dardonne, descendant d’esclave, ramène un gamin blanc rescapé de la tempête et trouvé dans le bayou, il subit les remontrances de sa femme qui sait ce qu’ils risquent si l’enfant est retrouvé chez eux… Mais Wilson n’en a cure : il voit cela comme un don de dieu : l’enfant, qu’il prénomme Bellérophon du nom de son défunt fils, allait devenir le frère de Cletus, leur fils unique frappé de cécité et il pourra, devenu adulte, devenir la béquille de son frère, lorsque ses parents ne seront plus…

Wilson offrira à ses deux enfants une guitare sur lesquelles ils apprendront le blues. Cletus impressionne d’emblée par son aisance qui se transforme bien vite en virtuosité frôlant le génie, alors que son frère doit se rabattre sur le banjo, faute d’avoir le don de son frère…

La musique qui allait les rapprocher allait-elle les séparer à jamais ?


Un vibrant hommage au blues et aux hommes qui ont su mettre leur souffrances en (blue) note(s)…
Mojo hand, plance de l'album © Sarbacane / Floc'h / BouchardArnaud Floc'h n’est jamais aussi bon que sur ses projets plus personnels. A l’instar de son superbe et bouleversant Emmett Till, ce Mojo Hand nous donne à voir l’une des faces sombre de l’Amérique gangrénée par le racisme et la ségrégation servant de toile de fond à ce récit d’autant bouleversant qu’il met en lumière les beautés et les sombres recoins de l’âme humaine…

On retrouve dans ce récit poignant un peu du Caïn et Abel biblique, avec ¨la musique comme offrande et le public comme juge… La colère, l’aigreur et la jalousie qui gagnent Bellérophon sont semblable à celle de Caïn et Wilson Dardonne ne peut que regarder impuissant le fossé qui se creuse entre ses deux enfants et la haine qui peut à peu remplace l’amour fraternel… Et le scénariste parvient avec finesse à retranscrire la violence de ces émotions, décrivant avec pudeur l’amour fraternel qui lie peu à peu Cletus et Bellérophon avant qu’il ne vire à la haine… Mais Arnaud Floc'h signe surtout une chronique sociale saisissante qui replace le blues dans l’Amérique qui l’a vu naître, signant des portraits lucides et tragiquement crédibles des hommes et femmes qui ont forgé son histoire. La dernière séquence s’annonce particulièrement forte, rappelant que le chemin pour l’égalité des droits était encore long, en dépit de l’abolition de la ségrégation deux années auparavant.

Difficile de ne pas apprécier le travail graphique réalisé de l’auteur dont les encrages épais servent remarquablement son récit solidement documenté. Il redonne vie à la Louisiane des années 30 avec force détails qui crédibilise l’ensemble et rendent son récit plus poignant encore. Mojo hand, plance de l'album © Sarbacane / Floc'h / BouchardLes teintes sépias de Christophe Bouchard ancrent quant à elle avec délicatesse l’histoire dans son époque. L’album se referme sur un petit (mais superbe !) cahier graphique complété par la playlist qui a accompagné l’auteur lors de l’écriture d’Emmett Till et de ce présent album… Une excellente idée pour les béotiens désireux d’explorer plus avant cette musique engagée et contestataire…

Avec Mojo Hand, Arnaud Floc'h nous entraîne dans la Louisiane des années 30 pour un hommage vibrant au blues qu’elle a vu naître.

Solidement documenté et mis en image par son trait puissant, son récit nous raconte l’histoire de deux garçons, l’un blanc et l’autre noir. Réunis par le destin au sein d’une même famille, la musique allait rapprocher avant de les séparer, irrémédiablement, attisant les braises de la haine qui couve pour de longues années encore dans le pays d’Oncle Sam, comme le prouve l’élection de Donald Trump.

Arnaud Floc'h prouve avec cette chronique sociale saisissante qu’il n’est jamais aussi bon que lorsqu’il signe des albums personnels auxquels il apporte ce supplément d’âme qui en font de petits bijoux du neuvième art…


- Mon fils me dit que ton second est… blanc.
- Ca te gêne ?
- Moi, je m’en fiche. Mais tu sais comment sont les gens…dialogue entre Wild Blind Commeaux et Wilson Dardonne

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Mississippi, Tales of the Spooky South est un jeu proposant aux joueurs d'interpréter des archétypes de marginaux dans leur lutte contre le Malin. Le cadre est le fleuve Mississippi à une date indéterminée entre 1920 et 1930, avec le blues pour fond sonore. Les personnages se sont accidentellement retrouvés impliqués dans cette confrontation surnaturelle et participent maintenant à un mouvement organisé.