Haut de page.

Jazz, goupillon et machabbées
Louise Petibouchon


Fiche descriptive

Policier

Louise Petibouchon

Tome 2

Jean Depelley

Éric Albert

Éric Albert

Editions du Long Bec

21 Août 2019


14€50

9782379380259

Chroniques
Perdreaux aux Pruneaux
Une inspectrice résolument moderne…
Jazz, goupillon et machabbées
Sur un air de gospel…

Dans la première enquête, un spectateur est abattu pendant un concert de jazz. Si Plumier, soupçonne d'entrée les musiciens noirs, surtout parce qu'ils sont noirs, Louise découvre progressivement que la vérité est beaucoup plus complexe...


Dans la seconde enquête, Louise et Plumier tentent de résoudre une énigme ecclésiastique vieille de plusieurs siècles.
un excellent album!


Sur un air de gospel…
Louise Petibouchon, planche de l'album © Le Long Bec / Albert / DepelleyAprès un premier tome dont le charme désuet nous avait conquis, Louise Petibouchon, enquêtrice de choc, revient pour deux nouvelles enquêtes particulièrement savoureuses…

Abandonnant l’anniversaire de Roseline, Louise arrive sur une scène de crime où l’attend déjà le commissaire Grillon… Au Palace, un club de jazz réputé, un client a été abattu d’une balle dans le dos pendant un solo de trompette du célèbre Cootie Williams… Si le commissaire était déjà sur place, c’est qu’il est, comme Louise, grand amateur de jazz… Tous deux amorcent l’enquête, bientôt rejoints par l’inspecteur Plumier qui, passablement éméché, se fera plus gaffeur encore que d’habitude…

Dans le second récit, Louise et Plumier vont se lancer sur les traces d’un mystérieux voleur qui a dérobé une paire de gants médiévale dans le palais épiscopal… Si l’enquête s’oriente un temps vers des querelles de chapelles, il semblerait bien que des malfrats s’intéressent de près à cette paire de gant… Et, comme de coutume, loin d’épauler sa collègue, Plumier va se faire passablement lourdingue…


Deux récits jubilatoires portés par un duo d’enquêteurs que tout oppose…
Louise Petibouchon, planche de l'album © Le Long Bec / Albert / DepelleyDans ce second opus de la série, Jean Depelley nous propose deux enquêtes bien ficelées qui lorgnent du côté des polar des années 50 et qui sont d’autant plus enthousiasmantes qu’elles mettent en scène une galerie de personnages particulièrement jubilatoires…

C’est peu dire que le duo formé par Louise et Plumier s’avère une fois encore irrésistible… Et si Louise s’avère toujours très attachante avec son sens de la répartie cinglante à la Audiard, Plumier n’est pas en reste avec ses délires éthyliques qui impulsent un rythme soutenu au récit… Car les dialogues ciselés et percutants de l’album en sont indéniablement l’une des grandes forces…

Alors que le premier tome nous proposait trois enquêtes aux atmosphères très différentes, ce second opus ne nous en propose que deux… La première d’une pagination réduite (16 pages) et l’autre, plus généreuse, qui permet au scénariste de développer une enquête plus étoffée qui étendra ses ramifications dans l’histoire médiévale de la région…

Hommage à la ligne claire, le trait d’Éric Albert allie élégance et classicisme. Empruntant ses traits à la délicieuse Audrey Hepburn, sa Louise Petibouchon s’avère pleine de vie et d’assurance, alors que Plumier y est, pour notre plus grand plaisir, tourné en ridicule. Louise Petibouchon, planche de l'album © Le Long Bec / Albert / DepelleyDécors et costumes nous entraînent dans le Limoges des années 50, à cette époque où l’on savait pouvait encore croiser des bagnoles aux courbes élégantes...

Cette cuvée 2019 de Louise Petibouchon est, comme le premier, un excellent cru…

C’est avec plaisir que l’on retrouve l’élégante inspectrice à qui Audrey Hepburn prête ses traits et dont les réparties cinglantes et le sens de la déduction tranchent avec les jeux de mots vaseux de Plumier, ses déductions et ses jugements à l’emporte-pièce. Le duo (dys)fonctionne à merveille et les deux enquêtes concoctées par Jean Depelley s’avèrent délicieusement rafraîchissantes… d’autant qu’elles sont mises en images par le trait classique et élégant d’Eric Albert, les deux auteurs rendant avec cette série un hommage appuyé aux maîtres de la ligne claire et aux polars des années 50…

Jazz, goupillon et macchabées nous propose deux enquêtes qui, entre jazz et cantiques, raisonnent comme un air de gospel…


- Bonsoir Inspecteur. Merci d’être venue si vite.
- Bonsoir commissaire. Moins vite que vous cependant.
- Vous étiez perdante dès e début. J’étais déjà sur place. Oh ! Pas de sixième sens ou l’intuition du vieux flic ! Ni même une planque grâce à l’info d’un indic. Non. Juste le hasard.dialogue entre Louise et le Cmomissaire

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.