Haut de page.

Mission Seattle
Optic Squad


Fiche descriptive

Anticipation

Optic Squad

Tome 1

Sylvain Runberg

Stephane Bervas

Florence Fantini

Rue de Sèvres

09 Octobre 2019


16€

9782369819219

Chronique

Katryn Horst. 22 ans intègre les Optic Squad, cette Unité d'intervention spécialisée dans l'infiltration des réseaux criminels créée en 2096, sous l'égide de l'ONU. Sa mission : la lutte contre la criminalité organisée, sous toutes ses formes, sur le territoire Nord-Américain : terroristes, religieuses, économiques....

Pour sa première mission, Katryn sera accompagnée par l'agent Valdo Reyes. Tous deux équipés de nano-caméras installées dans l'iris, ils seront suivis en temps réel par une équipe de pisteurs, qui leur assureront un soutien technologique depuis le QG. Katryn et son nouvel équipier devront se faire passer pour des experts en armements haut de gamme auprès d'un réseau de proxénétisme dirigé par un dénommé Randy Stug.

Lui et ses hommes utilisent le port de la ville pour assurer un odieux trafic d'êtres humains. L'infiltration pourra être la dernière, Katryn devra prouver qu'elle a sa place dans les Optic Squad alors qu'elle se retrouvera confrontée à ses propres traumatismes passés.
un bon album !


un futur sombre et désespéré
Optic Squad, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bervas / Runberg / Fantini2096. L’Optic Squad a été crée sous l’égide de l’O.N.U. pour pallier à des polices étatiques corrompues ne pouvant plus endiguer le crime organisé. L’unité doit son nom aux nano-caméras implantés dans les yeux de leurs membres, permettant aux équipes de soutien d’assister au mieux les agents en mission… Doté d’un équipement sophistiqué, ces derniers peuvent même leur injecter à distance des nano-substances permettant de les booster ou, au contraire, de les apaiser en cas de stress…

Sortie première du concours de la Police Fédérale, Katryn Horst, 22 ans à peine, vient d’intégrer cette unité d’élite, essuyant les sarcasmes des vétérans… Dès son arrivée, elle se voit confier sa première mission où elle agira sous couverture avec Valdo Reyes pour infiltrer un réseau de proxénétisme destiné à un public pervers et exigeant dirigé par un certain Randy Stug…


Un récit d’anticipation calibré comme une (bonne) série TV…
Pour amorcer cette série, Sylvain Runberg nous entraîne dans un futur dystopique qui puise des éléments dans notre présent pour tisser un récit froidement crédible qui esquisse les contours d’un avenir possible et glaçant…Optic Squad, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bervas / Runberg / Fantini

Difficile de ne pas se laisser entraîner par le rythme effréné de l’histoire, savamment orchestrée par un scénariste qui maîtrise son sujet… La première séquence nous plonge littéralement au cœur de l’action alors que deux mercenaires sont recrutés par Randy Stug pour participer à un coup juteux… Mais tout dérape et les deux mercenaires se retrouvent aspergés d’essence avec un pistolet sur la tempe… Un flashback vient interrompre l’action pour venir préciser qui sont ces personnages et pourquoi ils risquent leur vie… Délicieusement frustrant et… terriblement accrocheur !

Si ses personnages manquent d’un brin d’expressivité, Stephane Bervas n’en signe pas moins un album graphiquement percutant. Rehaussé par les couleurs froides de Florence Fantini qui renforcent l’aspect sombrement désespéré de l’univers qu’il nous dépeint, l’artiste brosse un tableau saisissant d’un avenir possible. Optic Squad, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bervas / Runberg / FantiniSes cadrages vertigineux nous entraînent au cœur même de l’action et sa narration s’avère particulièrement fluide… Ses décors foisonnent de détails qui crédibilise le récit de façon saisissante…

Calibré comme une (bonne) série TV, ce premier tome de Optic Squad nous entraîne à Seattle en 2098. L’univers dystopique imaginé par Sylvain Runberg s’avère froidement crédible, d’autant qu’il est mis en images par le talentueux Stephane Bervas qui s’était notamment illustré avec le premier opus de Sherlock Holmes Society.

Tout en installant son récit qui mêle polar et thriller politique, le scénariste chevronné développe un personnage qui se dévoile au fil des péripéties et se révèle bien plus complexe qu’il n’y parait au prime abord… Le twist final vertigineux nous donne quant à lui une furieuse envie de suivre la suite du récit…


- Alors quel est ton sentiment sur la mission ?
- Ca me va.
- Rassure-moi… Tu pourras alib,er plus de trois mots quand on sera là-bas ?
- T’as pas à t’inquiéter…dialogue entre Valdo Reyes et Katryn Horst

El Loco



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

COPS se propose de vous entraîner dans un proche futur, celui de la Californie des années 2030. Jeune recrue fraîchement émoulue de l'Académie de Police, fils à papa pistonné, ex-fédéral ou vétéran issu de la police ou de l'armée, c'est à vous désormais de combattre le crime sous toutes ses formes au coeur de la Cité des Anges, en intégrant les rangs de l'unité COPS - Central Organisation for Public Security, élite et vitrine d'un LAPD à bout de souffle. ...
Cyberpunk est le premier jeu de rôles à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression cyberpunk vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot punk : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan "no future". Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme. ..