Haut de page.

Progredientes
Aristophania


Fiche descriptive

Album pour Enfant

Aristophania

Tome 2

Xavier Dorison

Joël Parnotte

Joël Parnotte

Dargaud

31 Octobre 2019


14€99

9782505075592

Chronique
Progredientes
L’apprentissage

Basile, Victor et Calixte ont enfin retrouvé leur mère, Adèle Francoeur, mais dans un état très inquiétant.

Le Roi banni l'a privée de son Azur et l'a recouverte de Calamyrhs, catalyseur puissant empêchant l'énergie de regagner son corps. L'état d'Adèle n'est cependant pas l'unique préoccupation d'Aristophania : la puissance des Calamyrhs inquiète le royaume d'Azur.

Avec une telle arme en sa possession, le Roi banni pourrait aisément gagner la guerre qui se profile. La destruction de ce pouvoir devient donc essentielle et seule la Source Aurore pourrait contrecarrer ses plans et sauver la mère des enfants.

Aristophania en est convaincue : l'un d'eux pourrait trouver cette source. Mais la Reine d'Azur ne lui laisse que sept jours pour réaliser un tel miracle...
un excellent album!


L’apprentissage
Aristophania, plance du tome 2 © Dargaud / Parnotte / DorisonNeuf mois à peine après la publication du Royaume d'Azur, premier tome d’une tétralogie déstabilisante et prometteuse, voici que paraît Progredientes dans lequel les auteurs continuent d’esquisser les contours de leur univers fantastique…

Après bien des pérégrinations, Calixte, Basile et Victor ont enfin retrouvé Adèle, leur mère… Mais cette dernière est entre la vie et la mort depuis que le Roi Banni l’a privé de son Azur, recouvrant sont corps d’une substance empêchant à l’énergie d’affluer à nouveau dans son corps…

Aristophane est persuadée que l’un des enfants de Clément pourrait être à même de trouver la source d’Azur, seule à même d’empêcher le Roi Banni et ses séides de la Cour Sombre de détruire un à un les Royaumes… Mais la Reine de l’Azur pour qui la Source n’est qu’une chimère ne partage pas ses vues et ne lui donne que sept jours pour prouver que les enfants possèdent en eux les ressources nécessaires pour devenir Chevalier de l’Azur…

Pour sauver leur mère, Victor, Basile et Calixte s’efforcent de surmonter les étranges épreuves d’Aristophania, ignorant encore à quel point le temps leur est compté…


Un univers fantastique intrigant et envoûtant…
Aristophania, plance du tome 2 © Dargaud / Parnotte / DorisonLe premier opus d’Aristophania posait les bases d’un univers étrange et envoûtant plein de charmes, de mystères et de magie… L’intrigante vielle dame qui donne son nom à la série n’est pas sans évoquer une certaine Mary Poppins, personnage né sous la plume de Pamela L. Travers et dont Aristophania emprunte les attributs, la malice et l’élégance.

En conteur expérimenté, Xavier Dorison déroule une histoire captivante dont il se garde bien de livrer toutes les clefs… Son récit alterné met en scène des enfants attachants et tourmentés qui vivent, chacun à leur manière, l’étrange maladie de leur mère et les révélations qui bouleversent leur jeune vie déjà mouvementée et leurs perceptions du monde… A l’instar d’un Dumbledore, Aristophania paraît comme profondément bienveillante et protectrice… Mais l’intransigeance et l’apparente froideur de la Reine de l’Azur interroge, alors que le mystérieux et inquiétant Roi Banni, maître de la Cour Sombre, tisse patiemment sa toile…

C’est avec un talent saisissant et une indéniable virtuosité que Joël Parnotte met en image la partition de Xavier Dorison. Ses planches sont somptueuses et ses décors fourmillant de détails immergent le lecteur à l’aube d’un XXe siècle baigné de fantastique. L’artiste nous offre de magnifiques visuels, telle cette vue plongeante sur le Vieux Port de Marseille ou cette nature foisonnante qu’il dépeint avec force détails… Le dessinateur met en scène avec maestria des personnages inquiétants ou attachants, repoussants ou charismatiques, faisant naître l’émotion à la pointe de ses pinceaux… Difficile en outre de ne pas être subjugués par ses couleurs qui sont au diapason de l’intrigue et qui baignent chaque scène d’une lumière apaisante ou d’ombres délicieusement inquiétantes…
Aristophania, plance du tome 2 © Dargaud / Parnotte / Dorison
Après avoir signé le somptueux Maître d’Armes, Xavier Dorison retrouve Joël Parnotte pour signer une tétralogie fantastique aussi envoûtante que déstabilisante.

On était d’emblée tombé sous le charme de l’univers fantastique et baroque imaginé par le scénariste du Troisième Testament et sublimé par le trait virtuose et puissant du dessinateur du Sang des Porphyre et sa mise en couleur qui joue avec art des ombres et de la lumière… Distillant avec parcimonie des éléments fantastique constitutifs de son atmosphère si particulière, ce second opus s’avère lui aussi de haute tenue avec un scénario délicieusement alambiqué, pleins de charmes et de mystères, tissé par un Xavier Dorison très inspiré…

Difficile de savoir quels chemins tortueux les auteurs vont faire emprunter à Aristophania et à ses jeunes protégés… Mais une chose est sûre : nous cheminerons à leurs côtés !


- Vous pouvez venir les enfants. Où est Basile ?
- Il… Il n’a pas voulu. Et… euh, nous, qu’est-ce qu’on doit faire ?
- Vous ne devez rien faire. Ici, avec elle, vous n’avez ni obligation, ni culpabilité, ni jugement ; ni devoir. Vous n’avez qu’à être ses enfants.dialogue entre Aristophania et Victor

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

L'inspiration de Nephilim provient de livres tels que le Pendule de Foucault d'Umberto Ecco, le Poids de son Regard de Tim Powers et de tous les ouvrages que l'on peut trouver au rayon occulte et ésotérisme. Ce jeu vous donne la possibilité d'incarner un Nephilim, créature inhumaine composée d'énergies magiques liées aux cinq éléments : Eau, Air, Lune, Terre, Feu. ...