Haut de page.

La maison aux souvenirs
La maison aux souvenirs


Fiche descriptive

Roman Graphique

Nicolas Delestret

Nicolas Delestret

Nicolas Delestret

Bamboo

Grand Angle

29 Janvier 2020


19€90

9782818966983

Chronique
La maison aux souvenirs
Secret(s) de famille(s)

Quand les murs saignent des secrets de famille enfouis... Éléonore retourne avec son fils, Théo, dans son ancienne maison familiale. Elle y retrouve son frère qui lui apprend que leur père qu'ils croyaient mort est toujours vivant.

Les souvenirs rejaillissent dans cette maison aux lourds secrets de famille. Que s'est-il réellement passé ici pour pousser le père à tout quitter du jour au lendemain ? Quels rôles ont joués les voisins si affables dans cette fuite ? Le seul qui semble pouvoir trouver un début d'explication est Théo. Sa mère le pense autiste, mais son mal est en réalité bien plus étrange.
un excellent album!


Secret(s) de famille(s)
La maison aux souvenirs, planche de l'album © Grand Angle / DelestretEléonore retourne avec son fils Théo dans la maison de famille que son frère, David, a racheté des année après qu’ils l’eurent quitté… Ce retour aux sources devait faire rejaillir de lourds secrets de famille bien enfouis…

Qu’est ce qui a pu pousser leur père à disparaître du jour au lendemain sans plus jamais donner signe de vie? Quel rôle ont joué les voisins dans ce départ précipité et pourquoi Eva, la femme qui fut leur voisine, semble bien décidée à les éviter ? David a des révélations à faire à sa petite sœur sur les événements qui se sont déroulés dans les murs de cette maison mais est-elle prête à les entendre ? Et il y a Théo qui inquiète ses parents par ses absences aussi soudaines que répétées mais qui en sait bien plus qu’il ne peut ou ne veut l’avouer…


Après avoir dessiné ou scénarisé plusieurs série (l’Homme qui rit, saisissante adaptation du roman éponyme de Victor Hugo revisté par Jean-Davis Morvan, Les enquêtes d'Andrew Barrymore dessiné par Rodéric Valambois ou Adieu monde cruel ! scénarisé par Stéphane Massard et Jean Rousselot...), Nicolas Delestret signe avec ce huis clos sensible et entraînant son premier album en tant qu’auteur complet…La maison aux souvenirs, planche de l'album © Grand Angle / Delestret

Un huis clos intimiste, sensible et entraînant…
Prenant le temps de poser chacun des personnages, il parvient avec une aisance confondante à nous entraîner dans l’intimité d’une famille meurtrie par une blessure ancienne qui n’a jamais vraiment cicatrisée… Par le truchement de brefs flashbacks, il fait ressurgir les souvenirs des différents protagonistes, laissant au lecteur le soin de les assembler pour former un tout cohérent… Et puis, alors que le lecteur pense lire un « simple » récit intimiste, le scénariste le prend à contrepied en introduisant un élément nouveau qui servira de catalyseur à l’intrigue et donner la clef des différents fils narratifs savamment entremêlés… Difficile d’en dire plus sans gâcher le plaisir de découvrir son histoire particulièrement touchante…

Elégante synthèse du manga et de la BD européenne, le trait souple et sensible de l’auteur fait une fois de plus merveille. Ses crayons et ses pinceaux parviennent à saisir et à retranscrire avec justesse les émotions ressenties par les différents « acteurs » du drame qui finissent, au fil des pages, presque à devenir intimes… La maison aux souvenirs, planche de l'album © Grand Angle / DelestretL’histoire n’en est que plus bouleversante…

Nicolas Delestret signe avec la Maison aux Souvenirs un huis clos intimiste émouvant et entraînant.

Riche en surprises et en émotions, le scénario concocté par l’auteur est mis en scène par un trait semi-réaliste tout à la fois expressif et élégant. Au fil des flash-back et des souvenirs qui remontent à la surface, la vérité se fait peu à peu jour, permettant à Eléonore et David de comprendre le drame qui s’est joué des années auparavant, lorsque leur père avait disparu, du jour au lendemain…

Difficile de ne pas être entraîné par ce récit drôlement émouvant qui n’est pas sans évoquer, par certains aspects, le Quartier Lointain de Jirô Taniguchi, chef d’œuvre incontournable du neuvième art…


- Si j’ai acheté cette maison, c’est aussi pour une autre raison… J’ai retrouvé Papa !
- Tu… Tu quoi ?!
- Oui ! Retrouvé ! Il est bien vivant, c’est fou, hein ? Et il habite pas très…
- Il est… Il est vivant ?
- Oui…
- Tu te rends compte ??! Ça veut dire que ce salaud nous a abandonné ! Il laisse maman dans la merde, seul et sans le sous, nous faisant croire à sa mort !dialogue entre David et Eléonore

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.