Haut de page.

Le Loup de Wall Street
Le Loup de Wall Street


Fiche descriptive

Drames

Martin Scorsese

Leonardo DiCaprio, Jonah Hill, Margot Robbie...

25 décembre 2013

2h 59min

Chronique
Le Loup de Wall Street
Surréalisme social

L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…
un chef d'oeuvre!


Surréalisme social
Le Loup de WallstreetTu es confiné. Tes voisins ne t'ont pas bouffé toute l'ADSL. Et tu cherches des conseils pour passer quelques moments au fond de ta tranchée...

Tonton Luc te glisse un conseil par jour dans l'oreille. Aujourd'hui, pas de série mais un film qu'on vient de revoir avec un très très grand plaisir : LE LOUP DE WALL STREET de maître Martin Scorsese. Le premier mot qui me vient à l'esprit c'est : quelle énergie !!! Scorsese nous entraîne dans l'univers complètement hors sol et trash des traders de Wall Street. il veut nous faire sentir (et y parvient avec maestria) cette adrenaline qui les motive en permanence, qu'ils entretiennent par l'envie constante de gagner toujours plus, mais aussi par des moyens aussi artificiels que les drogues et le sexe à hautes doses. Ces mecs vivent dans un monde où l'ennui n'a pas sa place, où la vitesse, le sentiment de toute puissance et d'impunité permanente les amène à détruire leurs vies dans une excitation constante. Ce sont juste des minables dont la roublardise les amène à devenir les rois de la finance. nul besoin de génie, juste d'un bagout hors norme... car il faut toujours placer plus de produits. Peu importe qu'ils rapportent. Seule compte la commission qu'on arrache aux clients. Et bien sûr, plus la somme placée par le client en bourse est grande et plus la com' est juteuse.

Le Loup de WallstreetLe film parvient à communiquer cette montée en puissance de la folie furieuse de ces gars, qui brassent des sommes astronomiques sans diplômes, sans qualification aucune, juste à la tchatche et qui méprisent totalement ces travailleurs honnêtes qui gagnent des nèfles à la sueur de leurs fronts... on aimerait que ce soit juste une fiction, mais le récit est tiré du livre écrit par le personnage central de l'histoire, Jordan Belfort, alias le Loup de Wall Street, joué par un Leonardo di Caprio en transe, qui a fait sa fortune mais aussi celle de la bande de marlous dont il s'est entouré (impossible de comprendre comment l'Oscar a pu lui échapper avec une interprétation aussi parfaite et naturelle)... 1 million de dollars par mois... c'est vous dire si la chute va être terrible... car bien sûr, une grande partie de leur activité est illégale et le FBI leur court après.

Le Loup de WallstreetDit comme ça, on pourrait craindre que tous ces personnages soient totalement antipathiques, mais non, Comme il l'a réussi dans les Affranchis ou Casino, Scorsese parvient à nous rendre ces crétins sublimes absolument familiers et sympathiques. Et il interroge dans le même mouvement ce rêve que nous partageons presque tous de gagner beaucoup, sans faire grand chose, cette fascination morbide des gens pour la finance, comme on rêve de gagner au loto ou aux casinos... Il y a des moments énormes (le plus surprenant et culte, c'est quand Jordan Belfort, camé jusqu'aux yeux, perd le contrôle de son cerveau et doit ramper pour retourner à sa voiture).
3 heures d'adrénaline pure entre comédie, drame, et surréalisme social pour comprendre pourquoi notre monde est malade...

par Luc Brunschwig
Les Invités



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.