Haut de page.

Detroit
Detroit


Fiche descriptive

Drames

Kathryn Bigelow

John Boyega, Will Poulter, Algee Smith

11 octobre 2017

2h14

Chronique

Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation.

À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…
un chef d'oeuvre!


Rêves brisés
DetroitTu es confiné. Tes voisins ne t'ont pas bouffé toute l'ADSL. Et tu cherches des conseils pour passer quelques moments au fond de ta tranchée...

Tonton Luc te glisse un conseil par jour dans l'oreille. Aujourd'hui, ce sera un conseil brûlant donné à chaud (on a vu le film hier soir)... un conseil non pas de série mais de film, un film comme on en fait plus beaucoup, voir plus du tout, malasian, direct, malaimable : DETROIT de Kateryn Bigelow.

DetroitEn deux mots ? En 1967, dans une ville de Détroit où les quartiers noirs sont laissés sous le contrôle de la police blanche, une arrestation de jeunes s'apprêtant à faire la fête se transforme vite en confrontations puis en émeutes, pillages, incendies, destructions qui vont durer plusieurs jours. La ville fait très vite appel à non seulement à sa police, mais à la police de l'état et aux militaires pour reprendre la main. Le film raconte le début de ses événements, presque comme un reportage, puis doucement, le film s'arrête sur quelques personnages et un fait divers qui a marqué ces événements : dans un motel situé au cœur des quartiers noirs, une autre fête presque déconnectée de ce qui est en train de se passer autour, quelques jeunes noirs bouillants de voir les flics et les soldats patrouiller dans une rue tout près de là. L'un d'eux sort un faux pistolet (c'est en fait un pistolet à amorces pour lancer les courses de vitesse) et se met, par bravade, à tirer sur les forces de l'ordre... qui se précipitent dans le motel et se mettent à interroger avec une violence physique et psychologique inouïe ces gamins complètement déboussolés. C'est cet interrogatoire fou, tendu, révoltant, qu'on va vivre quasi minute par minute (c'est du moins l'impression que le film parvient à rendre).

DetroitKateryn Bigelow donne (et c'est presque inouï) de l'épaisseur à tous ces personnages qui auraient pu aisément devenir des caricatures de gentils ou de méchants... et nous plonge sans égards dans cette violence infligée par des humains à d'autres humains, où ce que tu es, ce qui fait de toi un être unique est broyé dans un déni total de ton droit à protester, à être autre chose qu'une masse noire, tremblotante et sanglante que des gens torturent pour leur arracher une vérité que tu ne peux pas leur donner.

Je vous parlais il n'y pas très longtemps de Mississippi Burning de Alan Parker. C'est un film de cette famille là. Un coup de poing dans le ventre, dans la figure, un film qui crispe chaque muscle, donne envie de crier et de pleurer à la fois. C'est un film sur l'iniquité de la justice, sur l'absence d'égalité entre les hommes suivant que l'on naisse du bon ou du mauvais côté artificiellement imaginé par les plus forts. C'est un film sur les rêves qui se brisent et les vies qu'on détruit.

Disponible sur OCS.
par Luc Brunschwig

Les Invités



Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

COPS se propose de vous entraîner dans un proche futur, celui de la Californie des années 2030. Jeune recrue fraîchement émoulue de l'Académie de Police, fils à papa pistonné, ex-fédéral ou vétéran issu de la police ou de l'armée, c'est à vous désormais de combattre le crime sous toutes ses formes au coeur de la Cité des Anges, en intégrant les rangs de l'unité COPS - Central Organisation for Public Security, élite et vitrine d'un LAPD à bout de souffle. ...