Haut de page.

La baleine blanche des mers mortes
La baleine blanche des mers mortes



Fiche descriptive

Album pour Enfant

Aurelie Wellenstein

Olivier Boiscommun

Olivier Boiscommun

Bamboo

Drakoo

29 Septembre 2021


15€90

9782490735709

Chronique
La baleine blanche des mers mortes
L’écologie poétique

Mers et océans ont disparu. L'eau s'est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Dans un monde changé en désert, la mer fantôme revient hanter les hommes.

Paris en ruines tremble sous l'ombre d'une baleine blanche et seuls les musiciens de l'Opéra parviennent à canaliser sa fureur en jouant pour elle.

Jusqu'au jour où deux voyageurs s'en mêlent: une femme qui danse avec les méduses et un homme au passé trouble.

Sont-ils du côté des survivants ou de celui des spectres??
un excellent album!


L’écologie poétique
La baleine blanche des mers mortes, planche de l'album © Drakoo / Boiscommun / WellensteinLes mers et les océans ont depuis longtemps disparu de la surface du globe. L’eau s’est évaporée et les animaux marins sont morts. La Terre n’est plus qu’un vaste désert où de rares humains survivent difficilement… Les spectres des animaux disparus reviennent parfois hanter les responsables de leurs disparitions en dévorant les âmes de ceux qui ont le malheur de croiser leur route…

Dans un Paris en ruine, deux voyageurs vont se croiser et mêler leurs destins. Chrysaora danse avec les méduses qui semblent la prendre pour l’une des leurs alors que Bengal cache un passé trouble et ne semble pas plus intéresser les prédateurs fantômes…

Tous deux vont trouver refuge dans les ruines de l’Opera Garnier où un groupe de musicien dirigés par un étrange chef d’orchestre tente d’apaiser la colère du spectre de la Grande Baleine Blanche qui fraye aux environs…


La baleine blanche des mers mortes, planche de l'album © Drakoo / Boiscommun / Wellenstein
Utiliser le fantastique pour parler d’écologie
Adapter les Mers Mortes en bande-dessinée était un challenge de haut vol et sans doute inaccessible sans le saisissant talent d’Olivier Boiscommun… Qui d’autre que lui aurait pu retranscrire l’inquiétante beauté des marées hautes aléatoires, dessiner un Paris en ruine tantôt désertique, tantôt noyé sous les mers mortes; quel autre artiste que lui pouvait donner corps à la musique et faire évoluer le spectre d’animaux disparus avec une apparente aisance ? Lumineuses et chatoyantes, les planches d’Olivier Boiscommun sont de toutes beauté et l’auteur nous montre, si besoin était, combien il maîtrise les couleurs directes qui contrebalancent de façon saisissante la noirceur du récit… Ses pinceaux subtils parviennent à faire naître l’émotion au détour d’un regard ou d’une attitude et la façon dont il met en scène Bengal et Chrysaora les rend tous deux très attachants… Ses compositions parviennent avec art à transposer la violence du roman mais aussi à distiller cette poésie qui contient en elle un fragile germe d’espoir…

Secondée par le talent saisissant d’Olivier Boiscommun, Aurelie Wellenstein signe une remarquable adaptation de son roman de science-fiction aux accents post-apocalyptique. Inquiétant et particulièrement envoûtant et porté par des deux jeunes héros intrigants et poétiques, son récit pousse le lecteur à s’interroger sur le devenir de la planète menacé de toute part par la recherche du profit exacerbé : pêche industrielle, pollution, maltraitance animale, massacre de dauphins, requins et autres baleines… Pourtant, malgré l’alarmant rapport du GIEC démontrant sans équivoque que l’activité humaine est responsable du dérèglement climatique, la prise de conscience tarde à se faire… Cet album particulièrement poignant s’achève par le carnet de route de La baleine blanche des mers mortes, planche de l'album © Drakoo / Boiscommun / WellensteinChrysaora qui nous raconte ses errances avant que sa route ne croise celle de Bengal…

Pour adapter Mers Mortes, récit de sciences-fiction aux accents postapocalyptique, Aurelie Wellenstein associe sa plume aux pinceaux virtuoses d’Olivier Boiscommun…

Il fallait tout le talent de l’artiste pour retranscrire avec force, justesse et poésie cet univers fascinant qui esquisse les contours d’un futur cauchemardesque qu’il pare de couleurs chatoyantes sans rien enlever de la violence ou de l’émotion contenue dans le récit.

Sensible, La baleine blanche des mers mortes est une fable écologique sombre et poétique qui hantera durablement le lecteur… Il est minuit moins une… Peut-être n’est-il pas encore trop tard…


Et puis un jour, j’ai arrêté de pleurer. Je me suis débarrassée de mon humanité comme un serpent abandonne une peau morte. Pourtant, je me souviens de publicités. C’est pathétique.Chrysaora

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.