Haut de page.

De l'état royal à la Commune
Une histoire populaire de la France



Fiche descriptive

Histoire

Une histoire populaire de la France

Tome 1

Lisa Lugrin, Clément Xavier (d'après l'Ouvrage de Gérard Noiriel)

Alain Gaston Rémy

Marie Favantines

Delcourt

Encrages

22 Septembre 2021


21€90

9782413026334

Chronique
De l'état royal à la Commune
les oubliés de l’histoire

Cet ouvrage n'est pas une histoire de France à la papa, strictement chronologique et qui fait la part belle aux rois et reines, mais le récit de la France d'en bas, des paysans et des ouvriers, des hommes et des femmes qui, eux aussi, ont façonné notre pays.
un excellent album!


les oubliés de l’histoire
Une histoire populaire de la France, planche du tome 1 © Delcourt / Gaston Rémy / Lugrin / Xavier / FavantinesL’histoire, telle que je l’ai apprise, est une succession de rois, de victoires glorieuses et de défaites cuisantes qui, mises bout à bout forment l’histoire de France. De cette histoire apprise sur les bancs de l’école ou dans le secondaire, le peuple est souvent étrangement exclu, à peine évoqué si ce n’est lors de la révolution de 1789 où l’on apprend qu’il a renversé un régime inique pour instaurer une république plus égalitaire et censément plus juste.

Plus bizarrement encore, les multiples révoltes du peuple contre le pouvoir ont souvent été passés sous silence dans les livres d’histoire, comme si les français, nécessairement unis et soudés derrière leur roi, leur empereur ou leur président, n’avaient jamais pris les armes pour protester contre les taxes, la conscription ou quelques autres décisions dont ils devaient faire les frais… Qui d’entre vous a, en classe, entendu parler des multiples insurrections parisiennes contre le pouvoir royal ? Qui d’entre vous a abordé la Commune et ses mesures éminemment sociales et progressistes ? Qui a entendu parler de la Révolte des Canuts qui se paraient pourtant de tous les atours d’une révolution ? Qui a, en classe, étudié l’organisation progressive du mouvement ouvrier qui a vu émerger syndicalisme à l’origine de l’amélioration des conditions de travail de tout un chacun ?

Une histoire populaire de la France, planche du tome 1 © Delcourt / Gaston Rémy / Lugrin / Xavier / Favantines / Noiriel
L’Histoire de France à hauteur du peuple
Le propos de l’album est d’une rare richesse, le tout étant porté par un humour mordant qui rend la lecture de l’album aussi amusante qu’édifiante. Car l’histoire populaire de la France nous est contée par Gérard Noiriel qui nous fait une conférence savamment mise en scène. Chaque nouveau chapitre est introduit et conclus par la conférence en elle-même alors que l’historien est lui-même l’acteur, souvent malheureux, des différentes scénettes qui illustrent le propos. Malheureux car il a clairement pris le parti du peuple qui n’a pas vraiment été ménagé par ses dirigeants… C’est le moins que l’on puisse dire…

Dans son avant-propos, l’auteur nous éclaire sur le sens d’une histoire, écrite par les classes dirigeantes pour servir ses propres desseins, et sur la nécessité d’en écrire une, plus populaire, pour comprendre comment le peuple a forgé sa propre histoire… Au fil des différents chapitres, Lisa Lugrin et Clément Xavier nous montrent comment l’Etat s’est centralisé au fil du temps, agrégeant peu à peu toute une population et la maintiennent sous son emprise grâce à l’impôt et l’armée, deux piliers d’un état fort, le second permettant de s’assurer du versement premier… Le peuple français s’est donc bien construit à l’époque médiévale et non à l’époque de ces gaulois qu’on eut tôt fait de désigner comme étant nos ancêtres pour servir quelque roman national et se construire un passé commun pour envisager, serins, un avenir…

Une histoire populaire de la France, planche du tome 1 © Delcourt / Gaston Rémy / Lugrin / Xavier / Favantines / Noiriel
Un récit édifiant, drôle, passionnant, riche et instructif
L’histoire du peuple français est émaillée de révoltes souvent dues à un impôt injuste qui ne fait que creuser les inégalités entre ce peuple et la classe dirigeante, le tout saupoudré d’un mépris de classe héritière d’un système féodale ou la noblesse suffisait à justifier la dominance d’une minorité sur le plus grand nombre. C’est cette relation qui est passé au crible au fil des huit chapitres constituant ce premier tome et qui tend à montrer que le peuple s’est, au fil des siècles, construit une identité contre la classe dirigeante. Les différentes réformes ont ainsi causé de nombreuses rebellions contre le pouvoir en place qui, une fois les relations pacifiées, souvent dans la violence et le sang, ont pris les mesures nécessaires pour rendre d’autres révoltes plus difficiles encore et assurer leur domination. Partant des Lumières qui ont vu éclore l’idée d’opinion publique, de la Révolution qu’elles ont engendré et au cours de la République qui suivit (et les édifiants articles 27. 33. 34 et 35 de la Constitution), on voit comment on a peu à peu opposé démocratie participative et démocratie représentative, plus à même d’assurer aux dirigeant la conservation de ses acquis et de sa position alors qu’émerge l’idée de citoyen et, avec elle le concept de liberté et de ses limites… Sans oublier la conscience ouvrière née avec la révolution industrielle pour s’opposer au capitalisme galopant.

Car, en toile de fond, on voit le capitalisme tisser sa toile, assurant aux dirigeant une domination durable grâce à la puissance financière et l’on sent indubitablement l’influence marxiste des propos de l’auteur. Mais ce dernier ne s’est jamais caché de ses convictions politiques et, sachant d’où il parle, on peut se faire sa propre idée. Mais le chapitre consacré à l’esclavage contient indubitablement en germe l’idée même du capitalisme porté à son paroxysme. Et la façon dont les différents régimes qui vont se succéder traiteront les esclaves, ou anciens esclaves, permet de se faire une idée de leur conception de la liberté… De même que leur façon de considérer la femme et la place qui lui est accordée dans la société qui l’exclu immanquablement des instances décisionnaires…

Truffé d’anecdotes édifiantes (telles la raison d’être de la Bastille, les motivations qui ont présidés au perçage des grands boulevards parisiens ou le fait que l’homme qui a écrasé dans le sang la révolte des Canut n’est autre que celui qui achèvera la Commune), cette Histoire populaire du Peuple de la France s’avèrent tout à la fois passionnante et très instructive…

Une histoire populaire de la France, planche du tome 1 © Delcourt / Gaston Rémy / Lugrin / Xavier / Favantines / NoirielDe l’émergence d’un peuple à l’époque médiévale jusqu’à la naissance de la classe ouvrière, cette Histoire populaire de la France est un récit tout à la fois passionnant, drôle, édifiant et salutaire.

Adapté de l’ouvrage éponyme de Gérard Noiriel, ce premier tome balaye près de deux mille ans d’histoire, de nos ancêtres suppoés à l’émergence d’un Etat à l’époque médiévale jusqu’à la Commune en passant par la Révolution, la définition d’une liberté relative et la naissance du citoyen. Mis en image par les dessins truculents d’Alain Gaston Rémy, le scénario de Lisa Lugrin et Clément Xavier met avec humour et pertinence l’accent sur la façon dont le peuple a écrit son histoire, de soulèvements en révoltes et de révoltes en révolutions, par opposition à la classe dirigeante, jalouse de ses privilèges.

Alors que le souvenir des Gilets Jaunes est dans toutes les mémoires, la lecture de cette bande-dessinée s’avère plus que jamais indispensable pour comprendre ce qui se joue depuis des siècles…

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.