Haut de page.

Le Baiser Rouge
Lord Gravestone



Fiche descriptive

Fantastique

Lord Gravestone

Tome 1

Jérôme Le Gris

Nicolas Siner

Nicolas Siner

Glénat

24x32

09 Mars 2022


14€95

9782344018774

Chronique
Le Baiser Rouge
Malédiction(s)

Le baiser d'immortalité.John Gravestone, fils unique d'un chasseur de vampire tué au combat, a fait très tôt le vœu de venger son père et de continuer son œuvre.

Pour l'heure, l'éducation austère imposée par son oncle ne lui a pas encore permis de tenir sa promesse. Mais il était écrit que l'héritier des Gravestone marcherait dans les pas de son géniteur et affronterait un jour les mêmes démons que lui.

Aussi, quand l'étrange Camilla von Holbein - puissante strige et ennemie jurée de sa famille - ressurgit du passé, John peut enfin embrasser son destin. Un destin à la hauteur de la légende de son nom
un chef d'oeuvre!


Malédiction(s)
Lord Gravestone, planche du tome 1 © Glénat / Siner / Le GrisLandes de Dartmoor, mars 1823. Elevé par le vieux Tibbett, compagnon d’arme de son regretté père, Lord John Gravestone a fait le serment de venger la mort de son géniteur, tué par le vampire qu’il traquait, il y a près de vingt ans.

Son oncle, le Père Théophile, officie à Rome comme Grand Exorciste du Saint-Siège et instruit ses jeunes disciples aux mystères des vampires et de leur Rouge Baiser qui confère l’immortalité et la damnation éternelle. Il poursuit la rédaction du Codex Vermillon, manuscrit amorcé par le Père Hovard à l’aube du Moyen-Âge et complété au fil des siècles par ses successeurs. Il entame le chapitre consacré à Camilla von Holbein qui succomba aux charmes démoniaques du Prince Achéron, vampire que traquait alors Luther Gravestone et son frère Théophile… Au cours d’un épique et sanglant combat, Camilla fut blessée par un carreau d’arbalète et Achéron, son amant, n’eut d’autres choix que de lui donner le Rouge Baiser pour sauver la vie de la femme qu’il aimait…

Lord Gravestone, planche du tome 1 © Glénat / Siner / Le GrisAinsi commença la malédiction des Gravestone dont John allait recevoir le lourd héritage…


un récit gothique somptueux et fascinant…
Initiée par John William Polidori à partir d’écrits de Lord Byron, popularisée par Bram Stoker et modernisée par Anne Rice, la figure du vampire n’a pas fini de fasciner et d’inspirer scénaristes et romanciers. C’est au tour de Jérôme Le Gris, scénariste d’Horacio d'Alba et du Serpent dieu de s’en emparer pour tisser un récit d’aventure gothique particulièrement envoûtant…

Le scénariste fait montre de ses talents de conteurs en tissant plusieurs récits à différentes époques qui viennent s’éclairer l’un l’autre et esquisser avec subtilité le portrait du jeune et tumultueux Lord John Gravestone, enchaîné par la promesse faite à son père. Loin de reprendre à son compte tous les archétypes liés aux créatures de la nuit, Jérôme Le Gris apporte une touche personnelle au mythe, avec notamment ce Rouge Baiser qui parachève la transformation d’un mortel en vampire.

Mais ce qui rend le récit si captivant, c’est indéniablement le soin apporté à la création de chacun de ses protagonistes que l’auteur parvient à poser avec une aisance déconcertante. Du jeune lord tourmenté par le poids de l’héritage familial qui lui est révélé par bribe en passant par ce fascinant couple de vampire et l’implacable et sinistre malédiction proférée par Camilla von Holbein sur le chasseur et sa descendance… Sans oublier cette étrange canne dont John a hérité et qui va, à n’en pas douter, avoir son rôle à jouer dans les prochains albums… Lord Gravestone, planche du tome 1 © Glénat / Siner / Le GrisEt cette fin, aussi sublime qu’inattendue qui vient referme le premier acte de main de maître et abandonne le lecteur à sa délicieuse frustration…

Pour un amateur de vampire, impossible de passer à côté de cet album sans être pris du désir de le lire tant la couverture, portée par une maquette magnifique rehaussé d’argent et d’un vernis sélectif somptueux… Même la numérotation des pages est parfaitement raccord avec la thématique !

un dessin somptueux, puissant et sensuel…
On connaissait surtout jusque-là ce formidable dessinateur pour les somptueuses couvertures qu’il a réalisé pour Sonora, M.O.R.I.A.R.T.Y ou l’Homme de l’Année… Mais les lecteurs de Horacio d'Alba, déjà scénarisé par Jérôme Le Gris, savent combien l’artiste est un formidable coloriste et un incroyable metteur en scène… Et le fait est qu’on ne peut que tomber sous le charme sulfureux de ses compositions et de son saisissant travail sur les ombres et les lumières qui fait ressortir avec maestria la noirceur et l’aspect éminemment gothique de ce récit. L’ambiance qui baigne ses planches évoque par certains aspects celle qui nimbait le Troisième Testament, chef d’œuvre épique et médiéval d’Alice et Dorison. Son trait puissant et sensuel sert remarquablement chacun des personnages alors que les scènes clefs de l’album sont retranscrites avec une redoutable efficacité grâce à des cadrages vertigineux qui accentuent leur dramaturgie. Et que dire des scènes de combat savamment orchestrée et dont le découpage ciselé et très cinématographique accentue le dynamisme avec une indéniable virtuosité ? On retrouve ainsi dans le dessin même l’association d’Eros et de Thanatos indissociable du mythe vampirique.

Lord Gravestone, planche du tome 1 © Glénat / Siner / Le GrisJérôme Le Gris retrouve Nicolas Siner avec qui il avait signé le fascinant Horacio d'Alba pour tisser un récit gothique envoûtant mettant en scène un inquiétant couple de vampire et une famille traquant et exécutant impitoyablement les créatures de la nuit.

Superbement mis en scène et en image par le trait puissant et virtuose et les couleurs somptueuses de Nicolas Siner, ce premier tome réussit le tour de force de poser le background du récit tout en prenant le temps d’installer des personnages bougrement intéressants et de leur construire un passé étoffé et tourmenté qui justifie les tragiques évènements dont les lecteurs seront les témoins…

Ce premier tome de Lord Gravestone est mené sur un rythme haletant savamment entretenu par des flashbacks parfaitement maîtrisés et aboutissant à un cliffhanger des plus vertigineux. Rouge Baiser amorce une trilogie captivante qui s’annonce des plus prometteuses et qui s’avère dores et déjà incontournable pour tout amateurs de dark-fantasy… et ce d’autant que l’idée de situer l’action à l’aube de l’Epoque Contemporaine, et donc quelques décennies avant le Dracula de Stocker, lui apporte une coloration et une saveur unique !


- C’est de la folie, m’sieur John, vous pouvez pas partir comme ça, sur un coup de tête.
- Je ne pars pas sur un coup de tête. Je m’y prépare depuis longtemps.
- J’ai cru que vous étiez bien ici. J’ai cru que… J’avais réussi à vous protéger de ce genr d’idée.
- Tu n’y est pour rien, Tibbett. J’ai besoin de marcher dans les pas de mon père, d’honorer sa mémoire et de venger sa mort.dialogue entre Lord Gravestone et Tibbett

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Vampire est un jeu de rôle dédié au Monde des Ténèbres, univers bâti par Whitewolf s’appuyant sur les romans d’Anne Rice et sa célèbre trilogie des Vampires et sur la littérature gothique.