Haut de page.

L'Epéiste
Gueule de cuir



Fiche descriptive

Aventure

Gueule de cuir

Tome 1

Pierre Pevel

Stéphane Créty

Jérôme Maffre

Drakoo

10 janvier 2024


15€90

9782382331460

Chronique

1633. Dans la France de Louis XIII et de Richelieu, magie noire et alchimie sont à l’œuvre.

Tandis que de mystérieuses factions s'affrontent en secret autour du Zodiaque du Diable, un redoutable nécromant étend son règne sur les bas-fonds de Paris et rêve de vengeance.

Contre lui, un seul homme peut encore se dresser. Un duelliste que le destin a maudit et qui n’aura d’autre choix que d’accepter le masque et la destinée de Gueule-de-cuir.
un excellent album!


L’ombre du roi des Tombes
Gueule de cuir, planche du tome 1 © Drakoo / Créty / Pevel / Maffre1633, Royaume de France. Des mystérieuses factions baptisées les Triades s’affrontent en secret autour du Zodiaque du Diable pour asseoir leur pouvoir et leur domination. Mais le Roi des Tombes, un inquiétant nécromant qui fut jadis vaincu, étend son ombre sur les bas-fonds de la capitale, animé par un désir de vengeance et défiant jusqu’à l’autorité de Louis XIII et de Richelieu…

L’heure est grave mais Jean-Philippe Baptiste Gagnière ignore encore tout de ce qui se trame et le rôle qu’il aura à jouer… Pour l’heure, le bretteur œuvre comme duelliste, vendant sa lame à ceux qui n’en ont pas le talent ou le courage de défendre leur honneur. Après un duel expédié, un homme étrange lui apprend qu’il est convié à l’Hôtel de l’Orme où il est attendu. Là, lui est confié un délicate et périlleuse mission : sauver la vie d’un homme qui, peu après minuit, arrivera par la rue de Provence, traqué par des spadassins désirant le faire passer de vie à trépas…

Sans le savoir, le duelliste est devenu l’un des acteurs de cette guerre occulte et sanglante qui s‘apprête à embraser Paris.


Gueule de cuir, planche du tome 1 © Drakoo / Créty / Pevel / Maffre
l’amorce d’un récit envoûtant mêlant ésotérisme et cape et d’épée
Avant même de lire le nom du scénariste ou du dessinateur et de ressentir de ce fait une furieuse envie de se plonger dans la lecture l’album, c’est bien sa superbe couverture qui attire l’attention et donne d’emblée le ton. On y voit un homme à la silhouette élancée masqué, vêtu d’une longue cape et armé d’une rapière faire un saut aussi prodigieux que vertigineux avec en arrière-plan la somptueuse rosace d’une église gothique, le tout nimbé d’une lumière irréelle qui confère à l’ensemble une intrigante note fantastique… Oui, vraiment, Stéphane Créty, car c’est de lui qu’il s’agit, a fait du bien bel ouvrage… Le nom du scénariste, Pierre Pevel, auteur notamment du Paris des Merveilles (adapté en BD par Maître Étienne Willem), du Haut Royaume ou des Lames du Cardinal ne fait qu’attiser le brasier allumé par le dessinateur, le nom du coloriste, Jérôme Maffre achevant de nous convaincre… tant et si bien qu’il nous sera impossible de ne pas se plonger de suite dans la lecture de l’album…

Dès les premières planches, on ne peut qu’être conquis par l’atmosphère fascinante qui se dégage de ce Paris fantasmé, tout à la fois sublime et inquiétant, flamboyant et gothique où l’on croit reconnaître l’un ou l’autre édifice depuis longtemps disparu au détour d’une ruelles sordide où la mort semble pouvoir frapper à tout instant. Le prologue de l’album, mettant en scène un homme traqué et apeuré par un personnage masqué pose avec force le décor avant qu’on découvre, dans la scène suivante, le principal protagoniste de l’histoire qui en devient rapidement le narrateur avant même de revêtir le masque qui lui était destiné. Gueule de cuir, planche du tome 1 © Drakoo / Créty / Pevel / MaffreLe découpage de Stéphane Créty s’avère des plus fascinant, ses cadrages audacieux et précis servant au mieux l’action virevoltante du premier tome de la trilogie. Difficile de ne pas être impressionné par l’apparence de Gueule de Cuir, de son masque sinistre à son costume évoquant celui d’un super-héros projeté dans un Grand Siècle baigné de fantastique et d’indicibles maléfices. Et il y a les couleurs sublimes et singulières de Jérôme Maffre qui accentuent avec virtuosité l’étrange atmosphère qui baigne l’histoire et achève de nous convaincre… Graphiquement, cela envoie du lourd…

Biberonné aux récits de cape et d’épée dans ma folle jeunesse et enthousiasmé par chacun des romans de Pierre Pevel et son style flamboyant, cette nouvelle série ne pouvait qu’attirer mon attention… Et j’avoue avoir été conquis par sa narration fluide, épique et efficace, par sa façon de happer le lecteur dès la première séquence, de lui faire croire que son récit s’inscrit dans une veine classique avant qu’il ne feinte et ne nous prenne à contre-pied après une scène d’escarmouche d’une redoutable efficacité, dévoilant de son univers par petites touches et mettant en lumière cette guerre de l’ombre que se livrent ces différentes factions pour étendre leur pouvoir ou maintenir le statuquo… Marque des grandes histoires, la dernière séquence s’avère particulièrement frustrante alors que le journal intime de Gueule de Cuir vient compléter et enrichir la lecture de la plus élégante des manière… Oui, décidemment, nous avons été plus qu’enthousiasmé par ce premier opus !

Gueule de cuir, planche du tome 1 © Drakoo / Créty / Pevel / MaffreAprès avoir transposé son Paris des Merveille avec l’aide de l’inénarrable Étienne Willem, Pierre Pevel nous entraîne dans le Paris du Grand Siècle teintée de maléfices et de mystères sulfureux…

Tandis que de nombreuses factions se livrent dans l’ombre à une guerre sans merci, le duelliste Jean-Philippe Baptiste Gagnière se voit contraint de succéder à l’Epéiste, de revêtir un masque sinistre et de combattre le Roi des Tombes qui s’est extirpé des bas-fonds pour se venger, défier l’autorité du roi et du cardinal et semer la terreur dans les ruelles sombres et tortueuse de la capitale du royaume…

Alors que, débordante d’énergie, ses planches sont sublimées par les couleurs fascinantes de Jérôme Maffre, Stéphane Créty interprète avec inspiration et virtuosité la partition de Pierre Pevel dont le style flamboyant rend un hommage saisissant aux récits de cape et d’épée en nous entraînant dans un Grand Siècle uchronique et fantastique cruel et violent… Amorçant une trilogie plus que prometteuse, ce premier opus de Gueule de Cuir est à la mesure de sa somptueuse couverture !


Il fallait que tu meures pour revivre sous le masque. Tu es le nouveau Gueule-de-cuir. Je ne t’ai pas choisi, mais je t’ai reconnu.Gueule de Cuir
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.