Haut de page.

La crypte de la créature
La crypte de la créature


Fiche descriptive

Jeux familial

Tilsit / 2F-Spiele

Friedemann Friese

2-7

45 minutes environ

2003 (VO) - 2004 (VF)

Chronique
La crypte de la créature
Ouhou, je suis la Créature!

L’histoire commence par une pluvieuse soirée, près du manoir, réputé hanté, du sinistre comte Caroff. Ils sont quatre, une chouette bande de copains. Ils sont quatre et trempés, par l’angoisse autant que par la pluie, ils s’introduisent par un soupirail grinçant dans la crypte du manoir. Que font-ils là ? Quel mystère, quel défi les ont-ils amené à entreprendre cette aventure ? L’histoire ne le dit pas et peut-être même s’interrogent-ils eux-mêmes sur leurs motivations au moment où la grille du soupirail se bloque définitivement derrière eux dans un grincement strident, les condamnant à traverser la crypte de bout en bout.

Les quatre amis avancent prudemment, mais leurs pas résonnent longuement dans la crypte poussiéreuse et déserte. Déserte ? Peut-être pas tant que ça ! Car soudain, au détour d’un pilier, surgit l’invraisemblable Créature, gardienne de ces lieux et, surtout, grande amatrice de chair fraîche. Une fuite éperdue commence. Qui parviendra à échapper aux griffes du monstre ?

La Crypte de la Créature est un jeu de déplacement et d’anticipation qui se déroule dans une saine ambiance de film d’horreur de série B. Chaque joueur possède une équipe de quatre personnages qu’il doit essayer de faire sortir de la crypte. Les personnages se déplacent sur le plateau de jeu d’un nombre de cases variable. Le déplacement de la Créature est, lui, automatique. Elle se déplace toujours en ligne droite ou en direction du personnage le plus proche. Le déplacement de tout ce beau monde est pimenté par des mares de sang sur lesquelles on glisse, par des piliers coulissants, par des blocs qui obstruent la vue, par des passages secrets et même par des téléporteurs. De quoi échapper temporairement à la Créature, et tendre des pièges sournois à ses adversaires…
un excellent jeu!


Ouhou, je suis la Créature!
Voilà un petit jeu d’ambiance fort sympathique. Le matériel est sympa, les règles très rigolotes à lire, à l’atmosphère série B très bien rendue…

Plus tactique à peu de joueurs (et un peu trop soporifique à plus de cinq) ce jeu étrange et envoûtant vous propose donc de tenter de sortir vos personnage de la Crypte, hantée par une atroce créature que vous pouvez, tel le docteur Frankenstein, modeler à votre convenance à partir des multiples morceaux proposés.

La note savoureuse est induite par le déplacement du monstre, qui suit une logique imparable ou le hasard n’a pas sa place. L’algorithme est parfait, savoureux et malgré tout bête comme choux et donc très facilement compréhensible. Mais il dépend grandement du déplacement des joueurs qui prendront un malin plaisir à jaillir de derrière un poteau pour faire changer de direction la Créature et l’amener à dévorer sauvagement les pions des autres joueurs.
Mais d’autres idées rigolotes viennent agrémenter le tout : les pions à double face qui permet à certain de piquer un sprint terrible avant de devoir marcher à la vitesse d’un escargot au galop pour récupérer son souffle… Les passages secrets qui permettent à la créature de surgir là où on ne l’attendait plus et qui font partie prenante de l’algorithme de déplacement… Sans oublier les flaques de sang qui permettent de faire de terrrrribles glissades et de se mettre hors de portée de la bête…

Bien sûr, à sept joueurs, c’est clairement le bordel (même si on peut tout de même s’y amuser, on risque quand même fort de s’ennuyer ferme pour peu qu’un joueur calculateur se mette à réfléchir pendant trois plombes)… Mais entre 2 et 4, c’est un jeux très frais, au matériel et illustrations collant parfaitement bien à l’ambiance et au mécanismes ingénieux… A essayer, ne serait-ce que pour le déplacement du monstre qui frise le génie…
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.