Haut de page.

Le Nom de la rose
Le Nom de la rose



Fiche descriptive

Esotérisme

Umberto Eco

Chroniques

Rien ne va plus dans la chrétienté. Rebelles à toute autorité, des bandes d'hérétiques sillonnent les royaumes et servent à leur insu le jeu impitoyable des pouvoirs.

En arrivant dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est l'abbaye située entre Provence et Ligurie, en l'an de grâce et de disgrâce 1327, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, se voit prié par l'abbé de découvrir qui a poussé un des moines à se fracasser les os au pied des vénérables murailles.

Crimes, stupre, vice, hérésie, tout va alors advenir en l'espace de sept jours. Le Nom de la rose, c'est d'abord un grand roman policier pour amateurs de criminels hors pair qui ne se découvrent qu'à l'ultime rebondissement d'une enquête allant un train d'enfer entre humour et cruauté, malice et séductions érotiques. C'est aussi une épopée de nos crimes quotidiens qu'un triste savoir nourrit.
un chef d'oeuvre!


Entrez dans le monastère !
On ne présente plus Umberto Eco, ce géant de la littérature, à la fois professeur, essayiste, romancier, sémiologue, chroniqueur et linguiste...

Et pourtant, pour ceux qui n'aurait jamais lu un de ses livres, "Le nom de la rose" est parfait. Simple de lecture, l'histoire est trépidante et accrocheuse. Une enquête médiévale sur fond de mysticisme.

A lire sans se poser de questions !
p@c


un chef d'oeuvre!


Vous croyez avoir tout vu ? Vous ne l'avez pas lu...
Si le film Le Nom de la Rose réalisé par Jean-Jacques Annaud est un classique, une oeuvre magistrale portée par un Sean Connery au sommet de son art, le livre dont il est tiré vaut encore davantage la lecture. Le génie italien Umberto Ecco signe une oeuvre pleine et entière où, comme dans le Pendule de Foucault, il arrive à distiller son érudition, tout en créant une intrigue forte et qui constitue sans doute le canevas du roman historique sur lequel se tissent tous les autres.
1000 visages

un chef d'oeuvre!


un véritable chef d'oeuvre
Un vrai bijou. Entre histoire et intrigue policière, Umberto Ecco entraîne son lecteur dans les méandres d'un XIVème siècle religieux, intolérant et empli d'interdits. Un crime commis au sein de la Chrétienté permet à chacun de comprendre le sens même du mot liberté. Ce monument de la littérature historique policière demeure ma référence. Umberto Eco n'est pas seulement un romancier, c'est surtout un érudit qui connaît son sujet sur le bout des doigts. Il entraîne le lecteur dans une aventure à la fois philosophique et policière, où il est question d'Aristote, de liberté, d'injustice et de cyanure. Un roman exceptionnel.

par Laurent Desenfant
homme invisible

un excellent bouquin!


Les policiers religieux du moyen âge
En ces temps troublés de l'An de grâce 1327, hérésie, Inquisition, pauvreté, vols et pillages défigurent l'Etat chrétien. Ex-inquisiteur, le moine franciscain Guillaume de Baskerville se rend en compagnie de son élève, le jeune bénédictin Adso de Melk, dans une abbaye du Sud du pays où doit se tenir une importante réunion entre les partisans du Christ pauvre, dont fait partie la confrérie franciscaine de Guillaume, et les fidèles zélateurs de la papauté revendiquant une église riche, représentés pour la circonstance par le Grand Inquisiteur Bernardo Gui. A leur arrivée sur les lieux, Guillaume et Adso sont témoins d'une agitation anormale au sein de la communauté bénédictine.

En effet, un drame est survenu. Le corps disloqué d'un jeune moine a été retrouvé au pied d'un des bâtiments de l'abbaye. Connaissant le caractère perspicace et fin psychologue de frère Guillaume, l'abbé supérieur Abbon, demande alors au moine franciscain de tenter de faire la lumière sur cette mort tragique. Pour les besoins de son enquête, Guillaume pourra aller et venir à sa guise au sein de l'abbaye ; seule la bibliothèque, renfermant des livres sacrés, lui sera interdite, à l'exception du scriptorium où travaillent les frères copistes et les enlumineurs. D'emblée, Guillaume se heurte au comportement mutique de certains frères. Mais d'autres décès viennent entacher la bonne réputation de l'abbaye ; un moine est retrouvé plongé dans une barrique de sang de porc ; l'autre, le corps dévêtu, flottant dans le sanatorium ; un autre encore, la tête écrasée…
Guillaume relève de mystérieuses taches brunes au bout des doigts des victimes et ne tarde pas à se convaincre que c'est précisément au cœur de la gigantesque bibliothèque que réside la clef de l'énigme. La présence de l'inquisiteur Bernardo Gui, un être ambitieux et cruel au caractère intransigeant et fanatique, jette encore de l'huile sur le feu. Ce dernier organise à tour de bras des procès en hérésie et tente par tous les moyens de décrédibiliser Guillaume en s'immisçant dans l'enquête. Le moine franciscain devra user de toute sa psychologie, de son brillant esprit d'analyse et d'une grande témérité pour démêler les fils d'une enquête ténébreuse qui cristallise autour d'elle passion, folie et exaltation religieuse.

Quelle fresque moyenâgeuse grandiose qu'Umberto Eco a écrit là ! Si la lecture de ce gros pavé demande concentration et réflexion, elle est aussi captivante, troublante et productive de bout en bout ! L'auteur italien, dont c'était le premier roman en 1980, a joué sur de nombreux tableaux - historique, philosophique, policier, romanesque - pour construire cette imposante fiction, étourdissante de démesure et d'érudition. Tout est savamment orchestré pour nous plonger dans les remous d'un Moyen-âge saisissant de réalisme. L'ambiance y est trouble à souhait. Pauvreté du peuple, richesse du clergé, meurtres mystérieux, personnages aussi terrifiants qu'énigmatiques… le lecteur est frappé d'emblée par le climat sombre baignant les lieux. A côté d'une intrigue digne des meilleurs romans policiers, l'auteur médiéviste, latiniste, possédant une culture phénoménale, a su parfaitement intégrer à son récit les éléments historiques et religieux afin de bâtir un gigantesque monument de littérature. L'histoire, scandée par les divers offices religieux qui régissent l'abbaye, est racontée par le jeune narrateur Adso de Melk et se déroule sous le chiffre symbolique de sept jours.

Si le mystère s'intensifie au fil des lignes, on y décèle peu à peu les nombreuses influences et les clins d'œil que l'auteur a disséminés au détour de pages fécondes en révélations et en libertés de réflexion. L'utilisation de certains noms fait ainsi partie des petits tours malicieux du magicien Eco : le fin limier Guillaume de Baskerville rappelle bien sûr l'œuvre de Conan Doyle « Les chiens de Baskerville », le moine franciscain endossant le rôle du génial enquêteur Sherlock Holmes, accompagné d'un Watson qui prend les traits du jeune disciple Adso de Melk. Le farouche gardien au savoir encyclopédique de la colossale bibliothèque se nomme quant à lui Jorge de Burgos…un hommage non déguisé à Jorge Luis Borges dont la fantastique érudition et les œuvres hallucinées ont pour beaucoup inspiré l'auteur dans la rédaction du roman. La bibliothèque, construite en un étourdissant labyrinthe, est elle-aussi directement inspirée d'une nouvelle du grand écrivain argentin, « La bibliothèque de Babel », tout comme les multiples références sur les œuvres sacrées (de la bible aux textes grecs ou musulmans…) et leur impact sur les consciences des individus. Cette bibliothèque, élément central du roman d'Eco, renferme tous les savoirs de l'humanité (notamment un ouvrage d'Aristote) dont la chrétienté ne tient pas à diffuser les secrets de vie qu'ils renferment. Entre volonté de conservation et désir de dissimulation, Umberto Eco nous offre une magistrale démonstration du pouvoir de l'écrit, menace effective pour tous les fanatismes religieux, mais néanmoins merveilleux moyen d'ouverture sur le monde et de transmission des connaissances. Si notre seul regret est de ne pas être suffisamment à la hauteur pour appréhender toutes les subtilités de l'œuvre protéiforme de l'italien, la fusion et la profusion des thèmes abordées dans des domaines riches et variés (spiritualité, philosophie, enquête, histoire, art, religion…) offrent une fructueuse lecture magnifiquement fertile, capable d'alimenter longtemps notre esprit de réflexion…

Sous le couvert de l'intrigue policière, Umberto Eco a peint avec « le nom de la rose » une fresque majestueuse de l'époque médiévale doublée d'un formidable plaidoyer pour la tolérance, la liberté et la culture, dressé en rempart contre l'obscurantisme et le fanatisme. A noter, la superbe adaptation cinématographique de Jean-Jacques Annaud, César du meilleur film étranger 1987, avec Sean Connery, Christian Slater, Michaël Lonsdale et le génial Ron Perlman dans le rôle de Salvatore.

par Robert Lefebvre
l'Ermite



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.