Haut de page.

Carcassonne
Carcassonne


Fiche descriptive

Jeux familial

Hans Im Glück

Klaus-Jürgen Wrede

2-4

30mn

2000

Chronique

La cité de Carcassonne est bien connue pour ses fortifications aux toits pointus (pure invention des restaurateurs qui avaient pris comme modèle leur château en carton pâte de leur enfance) et à ses touristes.
Mais ce jeu va vous permettre de revoir le cadastre des lieux d’une manière très particulière.
un excellent jeu!


"Spiel des Jahres" 2001
« Carcassonne » se situe quelque part entre le jeu « apéro » et le jeu de stratégie.
Edité par la grande maison du jeu allemande « Hans Im Glück », il s’agit de l’un de leurs best-sellers. Elle a bénéficié de plusieurs extensions et variantes, depuis le déplacement du principe à la préhistoire jusqu’à la construction de Carcassonne elle-même.

Dans ce jeu, vous disposez de cartes de paysage (plus ou moins nombreuses selon les extensions que vous aurez acheté) qui vous permettent, chacun votre tour, de créer des chemins, des villes, des abbayes et bien sûr des champs.
Par un système simple, vous pouvez prendre possession de ces différents lieux en y posant un ou plusieurs de vos partisans. Selon l’endroit de pose, vous créerez un voleur (routes), un paysan (champ), un chevalier (ville) ou un moine (abbaye). Chaque fois que vous aurez achevé un type de lieux, vous pourrez en extraire un certain nombre de points (variables selon leur taille) que vous comptabiliserez sur une table de progression et qui permet de tenir les comptes de la partie. Quand vous terminez un chemin ou une ville, vous récupérez le ou les partisans qui y étaient posé, ce qui est fondamental puisque ceux-ci sont en nombre limité et que vous pouvez donc vous retrouver à ne pouvoir que poser des cartes. Les paysans, eux, restent jusqu’à la fin de la partie (c'est-à-dire quand plus aucune carte de paysage n’est à tirer) et l’on ne peut donc pas être sûr de savoir qui l’emporte avant le décompte final, d’autant plus que seront alors comptabilisés également les constructions non abouties. Il peut donc y avoir des victoires sur le fil.

La notion de hasard est inhérente au tirage des cartes, et il vous sera parfois très fastidieux de terminer votre belle ville, alors que votre ou vos adversaire(s) auront la « main du diable ».
Pour autant, il est assez rare que vous soyez spoliés de vos constructions, car il vous appartient de poser votre partisan sur une carte que vous venez de poser. Lors, il est interdit aux autres joueurs de renchérir, à moins que la liaison entre deux cartes se fasse fortuitement (ou stratégiquement) et les deux (ou plus) joueurs bénéficieront tous des points, sauf si l’un a réussi à poser un partisan supplémentaire par rapport à l’adversaire. Les paysans rapportent d’autant plus de points à la fin de la partie qu’ils approvisionnent de villes.

L’extension du jeu Carcassonne proprement dit ajoute quelques cartes de paysages (30) et des partisans pour passer de 4 joueurs à 6 (plus des « gros » partisans, qui en représentent plusieurs). Les cartes introduisent les cours et plans d’eau ainsi que les cathédrales, qui renforcent respectivement les points tirés de l’édification des chemins et des villes.

Avec Carcassonne, vous disposez donc d’un jeu fort sympathique, bien rodé, qui mêle assez équitablement hasard et stratégie. Il a la délicatesse de ne pas donner l’impression à un joueur d’avoir déjà perdu en milieu de partie, et vous tiendra donc en général en haleine jusqu’à la fin. S’il vous a plu, son suivi et l’étendue de sa gamme (en partie en allemand, mais il est assez facile de se procurer les traductions, je pense) vous permettront en plus de varier les plaisirs.
Keenethic



Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.