Haut de page.

Ghost
Ghost


Fiche descriptive

Policier

Diego Cajelli

Andrea Mutti

Dimitri Fogolin

Ankama Éditions

Hostile Holster

16 février 2012

Chroniques

On pourrait croire qu’on est dans un hardboiled classique. Un agent du FBI sur le déclin, trop doué pour être utilisé à bon escient. On pourrait croire qu’on est dans un thriller classique.
Un meurtre violent dans une ruelle et une enquête qui piétine. On pourrait croire qu’on est dans un récit fantastique classique. Un flic qu’on surnomme « Ghost », comme sorti d’un mauvais rêve, d’une hallucination aux relents d’alcool mal digéré. On pourrait. Mais ce serait se faire confiance et penser que dans Ghost, on a le droit de se fier à ce qu’on croit, plutôt qu’à ce qu’on VOIT.
un chef d'oeuvre!


La vallée de larmes
Le polar dans lequel nous entraîne Diego Cajelli est à la fois sombre et suffoquant. Il met en scène John Ghostman, un ancien agent du FBI reconverti en privé de seconde zone, détruit par l'alcool, rongé par la folie et le remord. Un de ses anciens collègues va faire appel à lui pour élucider une sordide affaire de meurtres... Sa présence dans l'enquête est d'autant plus souhaitée que le tueur en série fait directement appel à lui à travers des lettres de sang tracées sur les lieux du crime.

Navigant en eaux troubles à la confluence de plusieurs genres, l'inquiétant scénario de Ghost est superbement mis en image par Andrea Mutti. Dès les premières planches, il donne le ton, ancrant son récit du côté de Seven de David Fincher. La mise en couleur de Dimitri Fogolin n'est pas en reste et contribue à poser le décor, une ville crade et délavée, plongée continuellement dans une demi-pénombre, accentuant l'atmosphère moite et pesante distillée au fil des pages.

Dans une postace de quelques pages, Andrea Mutti revient sur ce qui a motivé le scénariste dans l'élaboration de cette histoire : l'envie de résoudre une affaire autrement que par le recours au seul raisonnement et à la recherche de preuves établissant scientifiquement la culpabilité d'un individu. Car si la science peut servir à élucider bien des crimes atroces, elle ne peut les prévenir. Ils sont l'aboutissement d'une logique pervertie, d'un raisonnement vicié que l'enquêteur ne peut suivre qu'en se fiant à ses noirs instincts. L'introduction de la folie dans la danse macabre que se livrent les policiers autour du cadavre de la victime apporte à l'album sa coloration à la fois unique et terrifiante...

Ghost est un polar crépusculaire et tourmenté mené de main de maître qui parvient dès les premières pages à immerger le lecteur dans les eaux troubles de l'âme humaine. Prenant, captivant, envoûtant, dérangeant... Ghost est tout cela à la fois... L'excellente Hostile Holster s'enrichit d'une nouvelle perle particulièrement bluffante... A conseiller aux amateurs...
Le Korrigan


un chef d'oeuvre!


Aux portes de la folie
Bon, soyons clair, je suis fan de série noire. Et là cette Bd a pleinement satisfait mon addiction. Car pour être noir, c’est noir. Un ancien du FBI devenu privé est rappelé sur une affaire de tueur en série. Il accepte car le tueur semble le provoquer.

Comme souvent dans la série noire, ce n’est pas la qualité de l’intrigue ou son originalité qui fait la qualité de l’histoire. La plus-value se situe au niveau sur les portraits et l’agencement des ingrédients. Dans Ghost, si effectivement les ingrédients sont classiques, la narration est forte en particulier pour nous livrer en personnage central puissant, pour nous plonger rapidement dans son monde de folie et ne plus nous lâcher. Il manque simplement quelques pages pour nous emmener sur de fausses pistes et faire durer le plaisir un peu plus longtemps.

J’ai retrouvé dans ce récit ce qui fait la force des romans de Dennis Lehane ou de James Lee Burke : des personnages marqués par le passé, leurs échecs, leurs fautes ou encore leurs doutes et pour résumer leurs démons. Des personnages qui enquêtent grâce à leur expérience de la société et de la folie qui peut y naître en non par l’intermédiaire de la science.

Le graphisme de Mutti excelle pour donner le ton du récit. Ici ne cherchez pas la précision des détails, c’est l’efficacité pour incarner l’esprit du récit qui est privilégiée. Le graphisme est baigné dans l’obscurité liée à la noirceur du temps, des lieux et des esprits. Je suis généralement attiré par des dessins réalistes aux décors précis. Le style comics peut facilement me rebuter mais quand il atteint une telle qualité d’évocation, j’adore.

Un récit sombre, dérangeant, qui vous travaille au corps pour le plus grand plaisir des amateurs de série noire.
mome



Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

COPS se propose de vous entraîner dans un proche futur, celui de la Californie des années 2030. Jeune recrue fraîchement émoulue de l'Académie de Police, fils à papa pistonné, ex-fédéral ou vétéran issu de la police ou de l'armée, c'est à vous désormais de combattre le crime sous toutes ses formes au coeur de la Cité des Anges, en intégrant les rangs de l'unité COPS - Central Organisation for Public Security, élite et vitrine d'un LAPD à bout de souffle. ...
[B]Kult[/B] est un jeu d'Horreur Contemporain et Urbain, axé sur le principe que le monde n'est qu'une illusion dont l'homme doit s'affranchir. l'Illusion est un ramassis encrassé et glauque des pires choses qu'a créées notre monde. Il faut imaginer un lieu où les pauvres meurent régulièrement en s'entretuant pour un sandwich avarié, où les riches méprisent le reste du monde en amassant leur fortune dans leurs buildings, tandis que le reste de la population, gavé de médias et de plaisirs faciles, suit le flot sordide du troupeau.