Haut de page.

Cher pays de notre enfance
Enquête sur les années de plomb de la Ve République



Fiche descriptive

Reportage

Enquête sur les années de plomb de la Ve République

Benoît Collombat, Étienne Davodeau

Étienne Davodeau

Futuropolis

08 Octobre 2015


24€

9782754810852

Chronique
Cher pays de notre enfance
Les poubelles de la République

Dans les années 1970, on tue un juge qui dérange, le premier haut magistrat assassiné depuis la Libération ; des voyous braquent des banques pour financer les campagnes électorales du parti gaulliste ; le pouvoir crée de toutes pièces des milices patronales et des syndicats jaunes pour briser les grèves ; le Service d'Action Civique (le SAC), la milice du parti gaulliste, multiplie les exactions, jusqu'au massacre du chef du SAC marseillais et de toute sa famille à Auriol en 1981. Ce sont, sous la présidence de Pompidou et de Giscard d'Estaing, les « années de plomb » à la française. Ces « années de plomb » pèsent de tout leur poids sur le fonctionnement de notre démocratie.

Et si la violence politique a aujourd'hui disparu en France, elle reste encore taboue. Elle a pourtant structuré toute une génération de décideurs politiques, pour certains encore en activité. En nous faisant visiter les archives sur le SAC, enfin ouvertes, en partant à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque - députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore malfrats repentis -, en menant une enquête approfondie et palpitante, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous font pénétrer de plain-pied dans les coulisses sanglantes de ces années troubles. Le premier est né en 1965 ; le second, en 1970. Tous les deux ont grandi dans la France gaulliste de la Ve République, ce cher pays de leur enfance.
un chef d'oeuvre!


Les poubelles de la République
Cher pays de notre enfance, planche de l'album © Futuropolis / Davodeau / Collombat« Un documentaire? en Bande Dessinée? Allons bon… » pourront se dire certains, à l’image d’un des protagonistes… Et pourtant, l’album, à la fois captivant et édifiant, s’avère particulièrement bien construit, et fort intelligemment raconté et mis en image…

Etienne Davodeau et Benoît Collombat nous entraînent dans les coulisses de la cinquième République. La couverture, superbe, s’avère particulièrement efficace, avec le Général De Gaulle, posant pour la photo officielle, la veste éclaboussée de sang, qui détourne le regard, feignant d’ignorer ce qui se passe sous ses yeux…

A l’instar de l’Italie ou de l’Allemagne, la France a connu ses années de plomb où la frontière entre partis politique et mafia était poreuse. C’est sur ces dernières que reviennent les deux auteurs pour nous proposer une enquête passionnante qui s’ancre sur quatre affaires retentissantes. Le braquage de la Poste de Strasbourg par le gang des Lyonnais en 1971, qui s’ajoute à d’autres casses dont le butin servit à financer les campagnes électorale du parti Gaulliste. Le massacre d’Auriol en 1981 qui vit toute une famille massacrée. L’assassinat du juge Renaud, premier magistrat assassiné depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le faux suicide de Robert Boulin enfin, ministre du travail de Giscard d'Estaing dont le nom est pressentit pour devenir premier ministre… Derrière ces différentes affaires policières, le Service d'Action Civique (ou S.A.C.), association dévouée au Général De Gaulle qui joua un rôle trouble durant les débuts de la cinquième République, avec en filigrane le spectre de la Guerre d’Algérie…

Cher pays de notre enfance, planche de l'album © Futuropolis / Davodeau / CollombatPour ceux qui n’étaient pas nés, ces événements et leurs fracas retentissants ne font pas nécessairement sens. En cela, cet album s’avère précieux. Très didactique, porté par une narration d’une rare efficacité, les auteurs nous entraînent à la rencontre de témoins dont les propos viennent contredire les thèses officielles pour une enquête journalistique solide et bien documentée. L’association de Benoît Collombat, journaliste d’investigation auteur de nombreuses enquêtes sur des sujets brûlants, et d’un auteur de BD peut de prime abord sembler incongrue. Pourtant, à la lecture de l’album, elle apparaît comme une évidence. Les deux auteurs se mettent en scène. Etienne Davodeau jouant les candides, permettant à Benoît Collombat d’apporter des précisions de de façon fluide et naturelle.

Cher pays de notre enfance - enquête sur les années de plomb de la Vème République est un album documentaire édifiant. Une enquête tout à la fois passionnante et éclairante, mais surtout indispensable. Comme de nombreux système politique, notre démocratie et notre république cache de nombreux cadavres dans le placard contenant ses archives. Les exhumer permet de prendre conscience de ce qui peut se tramer sous le vernis démocratique, et de rendre chaque citoyen vigilant.
De plus, ces «vieilles» affaires ont encore de nos jours des répercussions dans notre vie politique. Le nom de Chirac ou de Pasqua y apparaissent souvent aux détours des confidence des différents témoins. Nicolas Sarkozy lui-même n’a-t-il pas affirmé ne rien oublier de Robert Boulin lors d’un meeting en 2007? Et, plus récemment, Jérôme Lavrilleux, acteur clé de l'affaire Bygmalion, n’a-t-il pas dit récemment « Je n’ai pas envie d’apprendre à nager dans 20 centimètres d’eau comme Robert Boulin. »…

Tant qu’elles resteront en partie inexpliquées, ces affaires troubles de la cinquième république n’en finiront pas de faire projeter une ombre inquiétante sur la vie politique française… En cela, cet album s’avère particulièrement salutaire…
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.