Haut de page.

Liens de Haine
Les Maîtres de White Plain


Fiche descriptive

Roman Graphique

Les Maîtres de White Plain

Tome 1

Edouard Chevais-Deighton

Antoine Giner-Belmonte

Nadine Voillat, Sébastien Bouet

Bamboo

Grand Angle

17 Mai 2017


13€90

9782818941546

Chroniques

La jalousie les a enchaînés. 1839, Henri Berthier, propriétaire de la plantation de White Plain, est sur le point d’être père. Mais alors que son épouse Sally vient d’accoucher, un coup de feu retentit.

Treize années plus tard, Charles, l’enfant né ce soir-là est devenu le parfait représentant de sa classe : frondeur et arrogant. Quand il découvre l’étroite relation que sa mère entretient avec un jeune esclave du même âge que lui, son sang ne fait qu’un tour.

Des liens de haine se tissent entre les deux adolescents, liens qui vont irrémédiablement les enchaîner l’un à l’autre.
un bon album !


Secret(s) de famille
Les Maîtres de White Plain, planche du tome 1 © Bamboo / Giner-Belmonte / Chevais-Deighton / Voillat / BouetAvec le Maître de White Plain, Edouard Chevais-Deighton et Antoine Giner-Belmonte nous entraîne dans la Louisiane esclavagiste pour un récit classique mais particulièrement poignant…

Louisiane, plantation de Shannon Cross, 1848. Un esclave va être durement châtié pour avoir tenté de s’enfuir pour gagner les états du nord. Charles et Pete, deux jeunes garçons blancs assistent à la séance et l’un d’eux semble particulièrement s’en délecter. Alors que l’esclave choisit pour infliger l’abjecte punition se fait tabasser par le contremaître estimant qu’il ne mettait pas assez de cœur à l’ouvrage, Moïse, un jeune esclave d’une dizaine d’année ramasse le fouet et mène la punition à son terme…

Sur le chemin du retour, ils croisent la mère de Charles qui a un geste d’affection pour le jeune esclave, ce qui met son fils hors de lui… S’il ravale sa colère, elle éclatera plus tard, durant le dîner familial, se déchaînant contre son père, Henri Berthier, maître de White Plain, qui n’est pas, selon Charles, digne de respect…

Mais le drame qui se déroule sous nos yeux n’est que le second acte d’une pièce qui a commencé onze années auparavant dans un salon cossu de la Nouvelle Orléans…


Un drame familial dans la Louisiane esclavagiste du milieu du XIXème sicèle…
La couverture de l’album pose d’emblée et l’ambiance et l’époque à laquelle se déroule ce récit prévu en deux tomes. On y voit deux hommes noirs qu’on devine être des esclaves poursuivis par un groupe d’hommes en armes portant flambeaux et accompagnés de molosses hargneux…

Les Maîtres de White Plain, planche du tome 1 © Bamboo / Giner-Belmonte / Chevais-Deighton / Voillat / BouetCar le récit d’Edouard Chevais-Deighton nous immerge dans la Louisiane du XIXème siècle, quelques vingt années avant que n’éclate la Guerre de Sécession. Les esclaves y triment comme des bêtes pour enrichir de riches propriétaires qui les traitent avec violence et mépris. On retrouve dans la galerie de personnages imaginés par le scénariste des figures assez classiques: un propriétaire alcoolique qui abandonne le domaine à un contre-maître violent et sadique, une femme délaissée qui cache un sombre secret, un fils arrogant et rebelle à l’autorité qui se cherche et un jeune noir lettré…

L’intrigue se noue dans cette nuit tragique de 1839 qui vit Henri Berthier revenir en urgence pour assister à la naissance de son fils Charles. Un coup de feu sera tiré… Par qui? Pourquoi? Le mystère reste entier même si le lecteur possède les éléments lui permettant de se faire une idée sur les événments de cette nuit…

Le scénariste joue avec le facteur temps pour entraîner ses personnages qu’il met patiemment en place vers la guerre qui se profile alors qu’il achève le premier tome de ce diptyque sur un final apocalyptique… Le passage d’une époque à l’autre pourra paraître confus pour un lecteur distrait et des cartouches temporelles mieux placées aurait sans doute pu lever toute ambiguïté. On se laisse néanmoins entraîner dans ce récit classique et tendu alors que la tension va crescendo…

S’inscrivant dans une veine classique, le dessin d’Antoine Giner-Belmonte s’avère particulièrement efficace… D’autant que Liens de Sang est le premier album dont le dessinateur signe seul les dessins, après un album collectif consacré à l’histoire de Lyon (aux éditions Lyon Capitale). Ses planches sont joliment composées et encrée avec élégance alors que la mise en couleur réalisée à quatre mains par Nadine Voillat et Sébastien Bouet en souligne avec finesse les différentes ambiances…

Les Maîtres de White Plain, planche du tome 1 © Bamboo / Giner-Belmonte / Chevais-Deighton / Voillat / BouetLiens de Sang amorce un diptyque prometteur qui entraîne le lecteur dans un drame familial se déroulant dans la Louisiane esclavagiste du milieu du XIXème siècle.

S’inscrivant dans une veine classique, le scénario d’Edouard Chevais-Deighton prend le temps de mettre en place ses personnages, par petites touches, les accompagnant de leur naissance à leur majorité jusqu’à l’aube de la Guerre de Sécession. Avec une redoutable efficacité, le dessin élégant d’Antoine Giner-Belmonte met joliment en scène cette histoire dense et complexe…

Si le lecteur semble pouvoir comprendre que c’est dans le passé de Sally Berthier qu’il faut chercher les origines du drame qui se noue, difficile de savoir comment va se manifester la haine qu’éprouve Charles envers Moïse, même si le titre du second opus en donne, peut-être, une idée…
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.