Haut de page.

On a volé la liberté
Eugénie et les Mystères de Paris



Fiche descriptive

Aventure

Eugénie et les Mystères de Paris

Tome 1

Éric Summer

Miriam Gambino

Studio Arancia

Vents d'Ouest

10 Mars 2021


13€90

9782924997123

Chronique
On a volé la liberté
Dans l’ombre d’Eugène Sue

Paris, Février 1885. Abandonnée par sa mère, Eugénie vit depuis toute petite avec son oncle Edmond. Policier sans véritable talent, ce grand et gentil monsieur réalise vite les incroyables capacités de déduction de sa nièce et n'hésite pas à s'en servir au cours de ses investigations.

Mais ça ne suffit pas à Eugénie ! Et puisqu'à 13 ans, on n'a pas encore le droit de devenir détective, elle crée « La Confrérie de Vidocq » avec ses amis Charles, un orphelin sans-abri et Arthur, un apprenti-vitrier maltraité par son père. Ce club, inspiré par les lectures policières d'Eugénie, a pour but de résoudre mystères et énigmes dans les coins et recoins de Paris. D'ailleurs, ça tombe à pic !

Car, après que la statue de la liberté ait été une première fois construite au centre de Paris, puis démontée pour être envoyée en cadeau aux États-Unis, quelques malveillants personnages sont parvenus à subtiliser les caisses l'acheminant vers le bateau en partance pour New-York.

Tandis qu'Edmond peine à dénicher des indices et que les américains envoient sur place un de leurs agents, les trois amis se lancent tête baissée dans cette dangereuse affaire qui leur réserve bien des surprises.
un bon album !


Dans l’ombre d’Eugène Sue
Eugénie et les Mystères de Paris, planche du tome 1 © Vents d'Ouest / Gambino / Summer / Studio AranciaParis, février 1885. Abandonnée par sa mère, Eugénie vit chez son oncle Edmond. Inspecteur de police, il a vite compris que sa nièce était dotée d’un sens de la déduction confondant dont il n’hésite pas à se servir durant ses enquêtes…

Avec ses amis Charles, un gosse des rues, et Arthur, un vitrier battu par son père, Eugénie, amatrice de littérature policière, créé la Confrérie Vidocq, un club qui s’est donné pour but de résoudre les mystères et énigmes de la capitale…

Leur première affaire : retrouver la trace de la Statue de la Liberté dérobée caisse par caisse durant son acheminement vers les Etats-Unis… Une bien dangereuse affaire qui aboutira sur un complot d’envergure internationale…


Eugénie et les Mystères de Paris, planche du tome 1 © Vents d'Ouest / Gambino / Summer / Studio AranciaHommage aux Mystères de Paris d’Eugène Sue, la série nous entraîne dans les rues de la ville des lumières à la suite d’une joyeuse bande de gamins turbulents, inventifs et très complémentaires… Difficile en la matière de ne pas penser aux Quatre de Baker Street, série incontournable signée par Jean-Blaise Djian et Olivier Legrand et mis en image par les cayons virtuoses de David Etien…

Un récit d’aventure policière abracadabrantesque
Mais si les deux séries sont portées par des personnages au passé tortueux et se déroulent à la même époque dans une société très clivée, Eugénie et les Mystères de Paris lorgne plus vers les séries feuilletonesques rocambolesques (voire carrément abracadabrantesques !) là où les Quatre de Baker Street jouaient la carte du réalisme. Mais la série ne s’adresse clairement pas au même public et l‘aventure concoctée par Éric Summer ravira à n’en pas douter les jeunes lecteurs amateurs d’aventures policière endiablée. L’album comporte de nombreuses références qui ne parleront qu’aux adultes, telle l’identité du jeune Edgar ou les références à Jules Vernes… De quoi aiguiser la curiosité des enquêteurs en herbe et, qui sait, de leur donner le goût de la lecture ! Les personnages principaux sont loin d’avoir livré tous leurs secrets, ce qui fait un excellent fil rouge pour les tomes à venir à même de captiver durablement le public ciblé…

Le dessin tout en rondeur de Miriam Gambino, dessinatrice italienne qui signe à notre connaissance son premier album, s’avère tout à la fois expressif et dynamique, rendant les scènes d’action particulièrement virevoltantes et les membres de la joyeuse bande de la Confrérie Vidocq indéniablement attachants… Eugénie et les Mystères de Paris, planche du tome 1 © Vents d'Ouest / Gambino / Summer / Studio AranciaChacun possède ses qualités et ses défauts et l’ensemble de leurs qualités réunies semblent empruntés à un certain locataire du 221B Baker Street : logique, observation, connaissance du terrain… et sportif accompli quand il le faut !

Moins réaliste et plus enfantin que les Quatre de Baker Street, Eugénie et les Mystères de Paris propose un récit d’aventure policière rocambolesque (voir abracadabrantesque !) rythmé et entraînant qui ravira les jeunes lecteurs amateurs de comédie policière.

Porté par une joyeuse bande d’attachants enquêteur réunis autour de la pétillante et intrépide Eugénie et par le dessin rafraîchissant et dynamique de Miriam Gambino, mêlant éléments fictionnels et faits historiques, On a volé la liberté marque le grand retour à la BD du scénariste de Ballerina, film d’animation qui a connu un grand succès auprès du public lors de sa sortie en décembre 2016…

Alors ? Prêt pour l’aventure ?


Notre club s’appellera le « Club Vidocq ».
- Tout ça c’est bien joli, mais à quoi il va servir ce club ?
- On va y mener des enquêtes et résoudre des mystères !
- Quoi ?
- Ben oui ! Mon oncle dit que je suis une bonne détective. Toi, Arthur, tu as une mémoire dingue pour tous les petits détails. Et toi, Charles, tu connais Paris comme personne.dialogue entre Eugénie, Charles et Athur

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.