Haut de page.

Drekkars
Servitude


Fiche descriptive

Heroic-Fantasy

Servitude

Tome 2

Fabrice David

Eric Bourgier

Eric Bourgier

Soleil

Fantastique

12 décembre 2008

Chroniques

L’immense royaume des Fils de la Terre vient d’être ébranlé. L’ennemi vient de réapparaître. Les Drekkars sortent de l’ombre après un silence de dix siècles. Depuis la Grande Marche d’Afenor, la cité de Farkas s’était refermée sur elle-même. Sous l’égide des Dragons qui vivent tels d’inaccessibles divinités, isolés au coeur de la Passe, s’est développé un peuple raffiné, qui s’est doté d’un système hiérarchique codifié à l’extrême.

L’Empereur est l’élu des Dragons, le représentant de leur volonté depuis l’origine de la Passe. Lui seul connaît la motivation réelle des Maîtres. Mais l’Empereur n’a pas à se justifier de ses choix, si bien que lorsqu’il pousse les Drekkars vers une guerre ouverte contre l’extérieur, des opposants commencent à se faire entendre. Du Haut Château à l’Enclos où s’entassent les esclaves Riddraks, la rumeur d’une révolte gronde…

Désormais l’insurrection porte un nom, celui de Sékal d’Aegor.
un excellent album!


l'histoire en marche
Avec Le Chant d’Anorœr, David et Bourgier, déjà auteurs de l'époustouflant Live War heroes, avaient frappé fort. Car si les bande dessinée d'héroïque-fantasy sont légions, les bonnes sont bien plus rares et les excellentes plus encore. C'est cependant dans cette catégorie que s'inscrivait d'emblée Servitude.

Avec des graphismes léchés et une mise en couleur sépia de haute tenue, ses décors et ses costumes travaillés, ses scènes d'action efficaces et percutantes et sa maquette impeccable, c'est esthétiquement tout d'abord que le premier album marquait le pas.

Mais c'est du côté du scénario, riche et travaillé, et de l'univers esquissé au fil des pages que Servitude se démarquait de bon nombre d'autres séries. Car, non content de dérouler une intrigue riche et prenante, les auteurs ont posé les bases d'un univers plus riche encore. Le lecteur découvre une fresque riche, le genre de chronique qu'aurait pu écrire un historien contemporain des faits. Car ce n'est pas l'historie d'une poignée d'homme que nous conte Servitude, mais l'histoire de peuples à un tournant de leur histoire, alors que la page des anciennes puissantes se tourne pour que l'homme s'impose et règne sur ces terres ancestrales.

Le travail iconographique, s'inspirant de civilisation anciennes, est magistral et l'univers est si dense qu'on songe à un monde esquissée pour un jeu de rôle, tel que pu l'être celui de Glorantha créé par l'Américain Greg Stafford pour le jeu de rôle Runequest. Le lecteur perçoit que d'ailleurs l'icberg qui affleure se cache un univers d'une grande richesse et le talent des auteurs est de parvenir à dérouler leur histoire tout en nous immergeant dans leur univers avec une facilité déconcertante.

Ce second opus nous entraîne dans les méandres de la cité de Farkas ou vivent les Drekkars depuis plusieurs siècles. Menée de main de maître par un Empereur tout puissant, dépositaire de la puissance des Dragons, le peuple des Drekkars connaît des troubles internes et un complot se fomente dans l'ombre.
Les auteurs prennent à contrepied les lecteurs en ne proposant pas la suite directe du premier tome. En les invitants à découvrir la cité de Farkas, ils nous propose un retour vers le passé en nous présentant les faits s'étant déroulés durant la même période que celle couverte par le tome 1. La dernière planche de l'album, elle aussi de toute beauté, assurant la jonction temporelle des deux intrigues... du grand art!

Avec Drekkars, les auteurs confirment leur talent de conteur d'histoire est impose définitivement Servitude comme une série d'héroïque-fantasy incontournable.

Seule ombre au tableau, le temps. Il a fallu patienter près de 2 ans et demi avant de pouvoir lire le second tome de la série. Combien de temps faudra-t-il encore patienter pour en voir son terme?
Le Korrigan


un chef d'oeuvre!


Que du bonheur!
Après un premier tome qui démarrait très fort, ce deuxième volet marque une pause dans le rythme pour découvrir le mystérieux camp adverse.
Pause, peut-être, mais avec un scénario toujours aussi bien construit et maîtrisé. Le lecteur n'a pas l'occasion de s'ennuyer. Alors qu'il y avait un souffle épique dans le 1er tome, on se concentre ici sur des intrigues politiques, des luttes intestines. Le monde ainsi créé est extrêmement riche et cohérent et on nous offre des personnages bien construits.
De plus le scénariste n'oublie pas de glisser quelques éléments rappelant la trame générale esquissée dans le tome 1. Une sorte de deuxième tome de mise en place qui n'est pas superflu tant le monde proposé est impressionnant de vérité et de justesse. Quel travail préparatoire pour créer ce monde imaginaire !
Le dessin n'est pas en reste, il est tout simplement superbe, clair, précis tant pour les décors que pour les personnages. Les détails sont extraordinaires, les expressions des personnages réussies. Le cadrage sobre et efficace colle parfaitement au récit et facilite totalement l'immersion dans cette saga. La colorisation en demi-teinte qui sort des standards et peut surprendre au début, se révèle finalement fascinante et d'une sobriété s'alliant parfaitement au dessin.
Au final, la confirmation qu'une série de qualité est née.
mome



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.