Haut de page.

Sérum
Sérum


Fiche descriptive

Anticipation

Cyril Pedrosa

Nicolas Gaignard

Nicolas Gaignard

Delcourt

18 Octobre 2017


18€95

9782756065915

Chronique

Paris, 2050. Depuis les purges qui ont suivi le changement de régime, les tensions sont loin d'être apaisées.

Une organisation clandestine semble préparer une action spectaculaire. Reclus dans son minuscule appartement, Kader vit seul. Il ne parle à personne. Une injection de "Sérum", un produit psychoactif, l'empêche de mentir.

Qu'il le veuille ou non, il ne peut dire que la vérité. Rien que la vérité. Toute la vérité. Cette malédiction fait de sa vie un enfer.
un excellent album!


servus eras (*)
Sérum, planche de l'album © Delcourt / Gaignard / PedrosaAvec Sérum, Cyril Pedrosa et Nicolas Gaignard nous entraînent dans un futur dystopique glaçant et dérangeant…

Paris, 2050. La Cinquième République n’est plus qu’un très lointain souvenir et a laissé place à un régime totalitaire froid et déshumanisé…

Après un séjour en prison, Kader vit seul dans un minuscule appartement et travaille à l’entretien du gigantesque parc éolien qui alimente la capitale. A cause de son passé trouble, il a dû subir l’injection d’un sérum qui le condamne à dire la vérité en toutes circonstances… ce qui fait de sa vie un enfer…

Un jour, il rend compte à sa hiérarchie de la présence d’un tag « ARV » sur le pilonne d’une éolienne… Il va alors faire l’objet d’une surveillance resserrée et d’une suspicion permanente… Il faut dire qu’en coulisse une organisation clandestine semble préparer une action d’envergure destinée à réveiller les consciences et renverser le gouvernement…


Un homme, esclave de la vérité dans une société dystopique…
Sérum, planche de l'album © Delcourt / Gaignard / PedrosaOn a pu découvrir Cyril Pedrosa dans des récits romantiques et romanesques (Ring Circus), humoristiques et déjantés (Shaolin Moussaka), bouleversant (Trois Ombres) ou intimistes (Portugal) et on le retrouve dans un registre où on ne l’attendait peut-être pas…

Le Paris qu’il dépeint dans son récit d’anticipation s’avère particulièrement glauque… Le quotidien de Kévin s’avère d’autant plus insoutenable que le scénariste prend son temps pour l’installer, par petites touches: son insupportable solitude, le sérum qui l’empêche de tisser la moindre relation avec autrui et rend impossible une relation normale avec son ex ou sa fille, son suivi médical étouffant, le carcan oppressant de cette société déshumanisée…


Nicolas Gaignard signe un premier album parfaitement maîtrisé. Son trait élégant et son choix audacieux et pertinent d’une palette de couleur restreinte contribuent grandement à renforcer l’ambiance oppressante distillée par le scénario… Son découpage classique, presque clinique, rend l’univers dépeint plus glaçant encore, de même que ses personnages gris et terne qui se fondent dans le décor jusqu’à disparaître…
Sérum, planche de l'album © Delcourt / Gaignard / Pedrosa
A l’heure où le débat sur les liberté individuelle sacrifiées sur l’autel de la sécurité déchaîne les passions, Cyril Predosa signe un récit dystopique glaçant où certains citoyens «déviants» sont obligés de subir des injections d’un produit psychoactif empêchant tout mensonge…

Porté par le dessin très inspiré de Nicolas Gaignard qui se trouve être en parfaite osmose avec le scénario sombre et inquiétant, le récit de ce talentueux scénariste pose en filigrane l’éternelle question de la fin et des moyens, interrogeant le lecteur sur les sacrifices auxquels il peut consentir pour assurer sa (relative) sécurité…

Sérum est un récit d’anticipation politique glaçant et remarquablement orchestré qui ravira les amateurs du genre et qui s’achève sur une saisissante mise en abîme…


Personne ne devrait être sous zanédrine, personne ne mérite ça, vous pas plus qu’un autre. C’est inhumain d’être obligé de dire la vérité malgré soi.

Sérum, planche de l'album © Delcourt / Gaignard / Pedrosa
(*) « tu étais alors esclave. », extrait des Héroïdes d’Ovide
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Cyberpunk est le premier jeu de rôles à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression cyberpunk vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot punk : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan "no future". Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme. ..