Haut de page.

Mandela et le général
Mandela et le général


Fiche descriptive

Histoire

John Carlin

Oriol Malet

Oriol Malet

Delcourt / Seuil

30 Mai 2018


17€95

9782413003519

Chronique
Mandela et le général
Rêve démocratique

Constand Viljoen, général des armées sud-africaines pendant l'apartheid, prend la tête des milices d'extrême-droite à la veille des premières élections démocratiques du pays.

Cinquante mille hommes constituent cette nouvelle armée boer en 1993. Ce sera l'un des plus grands défis que devra relever Nelson Mandela, qui, à force de patience et de charisme, réussira à éviter la guerre civile.
un excellent album!


Rêve démocratique
Mandela et le général, planche de l'Album © Delcourt / Seuil / Malet / CarlinPour les plus jeunes d’entre nous, Nelson Mandela est l’homme qui a fait tomber l’apartheid en Afrique du Sud… Tous savent qu’il fut prisonnier des décennies durant avant d’être libéré et d’imposer la démocratie dans son pays… Mais beaucoup ignorent qu’il parvint à empêcher son pays de sombrer dans une guerre civile qui aurait immanquablement fait des milliers de victimes… Avec la complicité d’Oriol Malet, John Carlin, qui fut correspondant de The Independant en Afrique du Sud, se propose de nous raconter ces moments où tout aurait pu basculer…

Général des armées sud-africaine, Constand Viljoen prend la tête des cinquante-mille hommes qui constituent les milices d’extrême droite désireuse d’empêcher la tenue des premières élections démocratiques du pays.

Il faudra toute l’audace, le charisme et la patience de Nelson Mandela pour éviter le bain de sang… Mais aussi la lucidité d’un Général…


Deux hommes qui ont infléchit l’histoire…
Mandela et le général, planche de l'Album © Delcourt / Seuil / Malet / CarlinJohn Carlin fait revivre l’une des grandes pages de l’histoire du XXème siècle, nous montrant comment Nelson Mandelaet le général Constand Viljoen ont infléchit le cours de l’histoire. Le gros de l’album repose sur un entretien accordé au journaliste par le général qui a accepté de revenir sur ces moments clefs qui ont épargné au pays une guerre civile meurtrière…

Sorti de sa retraite par les principaux leaders d’extrême droite, le général prend la tête des milices d’extrême droite, son éducation lui rendant insupportable l’idée d’une nation présidée par Mandela. Sous l’impulsion de son frère jumeau, il va néanmoins accepter de rencontrer Mandela. Il découvrira un homme cultivé et intelligent désireux d’épargner à son pays des morts inutiles. Le respect dont su faire preuve Mandela à l’égard de son adversaire lui assura l’écoute du général qui pesa de son côté de tout son poids pour éviter l’embrasement.

Avec finesse, le scénariste nous dépeint les clivages qui déchiraient la société ségrégationniste et le climat qui régnait alors en Afrique du Sud, avec les milices d’extrême droite et l’ANC désireux d’en découdre. Magistralement mis en image par Oriol Malet, le sinistre rassemblement de Potchefstroom de mai 93 qui marque l’investiture du général Viljoen à la tête des Afrikaners et qui fait clairement référence à l’imagerie nazie montre le gouffre béant qui existait alors entre l’idéal démocratique prôné par Mandela est les aspirations des Afrikaners.
Mandela et le général, planche de l'Album © Delcourt / Seuil / Malet / Carlin
L’intelligence de Mandela est selon l’auteur d’avoir compris qu’il fallait se mettre à la place de son ennemi, fruit d’un endoctrinement séculaire, pour comprendre et désamorcer les mécanismes en œuvre dans la peur que suscite l’idée d’élection démocratique…

Assisté par Oriol Malet dont le trait spontané accentue la dimension journalistique de l’album, l’auteur de Playing the Enemy: Nelson Mandela and the Game that Made a Nation qui inspira Invictus à Clint Eastwood signe un album captivant qui invite le lecteur à découvrir les coulisses d’un des événements marquants de l’histoire du XXe siècle.

Mandela et le Général est un album passionnant, riche et solidement documenté qui puise sa matière dans les entretiens accordé à John Carlin par les deux protagonistes de l’histoire, confèrant à l’ensemble toute sa crédibilité.


Il se battait pour ce qu’il appelait l’émancipation des noirs. Mon devoir était de défendre la civilisation blanche.Le Général Viljoen
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.