Haut de page.

Guarani, les enfants soldats du Paraguay
Guarani, les enfants soldats du Paraguay


Fiche descriptive

Histoire

Diego Agrimbau

Gabriel Ippóliti

Gabriel Ippóliti

Steinkis

22 Août 2018


20€

9782368460702

Chronique
Guarani, les enfants soldats du Paraguay
Le photographe

Parti réaliser des photographies ethnographiques chez les Guarani, Pierre Duprat devient le témoin d'une des batailles les plus terribles de l'histoire du Paraguay.

Les hommes ayant été décimés par les combats contre les Brésiliens, les Argentins et les Uruguayens, le maréchal Francisco Solano Lopez envoie un contingent de 3.000 enfants se battre contre 20.000 soldats.
un excellent album!


Le photographe
Guarani, les enfants soldats du Paraguay, planche de l'album © Steinkis / Ippóliti / Agrimbau Les enfants soldats ne sont pas l’apanage du XXeme siècle… Guarani, les enfants soldats du Paraguay nous entraîne dans l’Amérique du Sud du XIXeme siècle pour nous faire découvrir, à travers les yeux d’un photographe, les horreurs d’une guerre méconnue en Europe…

Pierre Duprat débarque à Montevideo pour réaliser des clichés de femmes de tribus indiennes de Guarani qu’il pourra revendre à prix d’or à Londres ou Paris, sous couvert de photographie anthropomorphiques…

Accompagné de Javier et Esteban, deux photographes il découvrir une guerre qui en cinq année va décimer les forces vives paraguayenne. Si la victoire de la triple alliance formée par l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay semble inéluctable, le Maréchal Francisco Solano Lopez refuse de déposer les armes et appelle le peuple à faire front, enrôlant femmes et enfants dans son armée pour repousser l’issue fatale du combat…

Alors que Javier et Esteban ont des positions politiques radicalement différentes, Duprat n’a cure de cette guerre qu’il voit comme un obstacle à son travail de photographe… Pourtant la réalité de la guerre va se rappeler à lui et le pousser à immortaliser cette guerre abjecte…

Guarani, les enfants soldats du Paraguay, planche de l'album © Steinkis / Ippóliti / Agrimbau
Un hommage poignant aux innocentes victimes d’une guerre méconnue…
Le scénario concocté par Diego Agrimbau nous donne à voir cette guerre à hauteur d’homme, à travers les yeux d’un photographe français qui ne comprend pas grand-chose à ce conflit meurtrier qui dure depuis plusieurs années… Informé par petites touches du contexte politique qui régnait alors, le lecteur découvre avec lui les horreurs de ce conflit avec comme point culminant cet bataille de Campo Grande où quelques centaines d’enfants dont certain n’ont jamais vu de fusil vont être envoyé combattre plusieurs milliers de soldats aguerris de la coalition…

Présentant de façon concise le contexte de ce conflit meurtrier, le scénario de l’album est tout à la fois didactique et poignant, en réussissant le tour de force de ne jamais sombrer dans l’ornière du pathos. La chute rend le récit plus saisissant encore, de même que les longs récitatifs qui permettent de souligner le ressenti et les interrogations du photographe et de partager le dégoût, la révolte et cet amer sentiment d’impuissance qui l’assaille …

Le dessin vif et élégant de Gabriel Ippóliti s’avère particulièrement efficace pour mettre en image cet édifiant scénario de Diego Agrimbau. Son trait semi-réaliste met en scène des personnages très expressifs et un Duprat particulièrement touchant. L’usage de la parcimonieux de la couleur confère à l’ensemble une touche désuète qui ancre le récit dans son époque.

Guarani, les enfants soldats du Paraguay, planche de l'album © Steinkis / Ippóliti / AgrimbauGuarani, les enfants soldats du Paraguay est un album édifiant qui met en lumière une guerre méconnue des européen et qui opposa dans la seconde moitié du XIXeme siècle l’Uruguay, le Brésil et l’Argentine au Paraguay…

A travers le regard distancié de Pierre Duprat, un photographe français venu prendre des clichés de femmes du Guarini pour les vendre à vil prix sur le vieux continent, les auteurs nous montre la guerre à hauteur d’homme… Porté par le dessin élégant de Gabriel Ippóliti, le récit de Diego Agrimbau s’avère tout à la fois glaçant et captivant, avec comme point d’orgue la Bataille de Campo Grande qui s’acheva par le massacre de milliers d’enfants…

En hommage à leur mémoire, la date fatidique du 16 août 1869 a été choisie comme journée de l’enfant par le Paraguay… Avec cet album en tous points réussi, les auteurs poursuivent ce nécessaire et salutaire devoir mémoriel…


Les tirages se vendent pour des sommes astronomiques à Londres ou à Paris. Pierre Duprat
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.