Haut de page.

Le signe des rêves
Le signe des rêves


Fiche descriptive

Roman Graphique

Tome 1

Naoki Urasawa

Naoki Urasawa

Naoki Urasawa

Futuropolis / Louvre Editions

23 Août 2018


20€

9782754825771

Chronique
Le signe des rêves
Loufoque et rocambolesque!

Gérant naïf et falot d'une petite manufacture d'objets en caoutchouc, M. Kamoda se voit placer sous séquestre pour fraude fiscale ; excédée, sa femme le quitte, et il est victime d'une escroquerie qui le laisse criblé de dettes...

Alors qu'il erre sans but dans la ville avec sa fille Kasumi, à deux doigts de céder à des pulsions de désespoir, il va trouver sur sa route un étrange "signe des rêves", qui l'amènera jusqu'à Paris pour l'aventure de sa vie, dans une série de manigances concentriques autour de la Dentellière, le chef-d'oeuvre de Vermeer...
un excellent album!


Loufoque et rocambolesque!
Le signe des rêves, planche du tome 1 © Futuropolis / UrasawaNaoki Urasawa, auteur, entre autres, des saisissants Monster et Pluto amorce un diptyque étrange et intrigant mettant en scène des personnages baroques et joyeusement barrés sur fond d’amour de l’art…

M. Kamoda n’est pas un mauvais bougre… Mais sa naïveté l’a entraîné à faire des choix qui entraînent sa petite manufacture d’objets en caoutchouc au bord de l’abîme… Après avoir vu son entreprise mis sous séquestre pour fraude fiscale, il est victime d’une escroquerie qui le laisse sur le carreau… Comme si cela ne suffisait pas, voilà que sa femme le quitte, le laissant seule avec sa petite fille…

Errant sans but dans la ville en compagnie de Kasumi, il semble hésiter à se jeter sous le prochain train lorsque son regard est attiré par papier accroché à la patte d’un corbeau… Sur ce dernier est tracé le signe des rêve… Commence alors un étrange jeu de piste qui le conduit à une maison apparemment abandonnée mais pourtant habitée par un dandy hurluberlu passionné par la France…

Ce dernier lui propose de se rendre à Paris pour escamoter La Belle Dentelière, une toile de Vermeer exposée au musée du Louvre… Malgré les protestation de sa fille, l’homme va accepter et s’embarquer pour la Ville des Lumières…


Un récit surprenant, rocambolesque et tendrement loufoque...
Le signe des rêves, planche du tome 1 © Futuropolis / UrasawaNaoki Urasawa pose la première pierre d’un diptyque atypique qui nous entraîner dans les couloirs du Louvre à la suite d’un père un brin benêt et de sa petite fille qui, malgré son jeune âge, semble être la seule personne raisonnable censée de cette histoire…

Car si son père, bien trop naïf, est prêt à croire toute personne lui offrant une planche de salut, le personnage de savoureusement décalé de directeur dandy amateur d’art, autoproclamé président de l’Institut de France que la police soupçonne d’abriter un trafic international d’œuvre d’art, s’avère être truculent et joyeusement barré… Urasawa a empruntée son apparence au personnage au Iyami créé par Fujio Akatsuka, l’un des plus éminent mangaka humoristiques… On retrouve la folie furieuse mais stylée qui habitait le personnage originel et le bonhomme est le moteur de l’action de ce présent album… Et si on le devine volontiers en manipulateur exploitant la naïveté confodante de Kamoda, il ne semble pas être un mauvais bougre…

Les pinceaux de Naoki Urasawa sont comme de coutume d’une redoutable efficacité. Son trait réaliste sait se faire subtilement caricatural lorsqu’il s’agit de souligner le caractère de tel ou tel personnage alors que ses cadrages, lorgnant clairement vers le septième art, dynamisent son récit de façon saisissante… Le format atypique pour cet auteur permet de mieux apprécier la précision son travail et son sens du détail…

Le signe des rêves, planche du tome 1 © Futuropolis / UrasawaAbandonnant un temps le thriller, genre dans lequel il excelle, Naoki Urasawa signe avec le signe des rêves un récit étrange mélangeant subtilement drame social, art et folie…

Porté par son trait nerveux et réaliste, il met en scène des personnages improbables joyeusement décalés mais éminemment attachants… Difficile de savoir où le mangaka va conduire son récit qui se joue gentiment des clichés sur l’art de vivre à la française…

Le Louvre nous ouvrera sans doute grand ses portes dans le deuxième opus qui apportera un point final à ce vaudeville entre Kasumi et son père, le dandy amoureux de l’art et de la France et la Dentelière de Vermeer…


Le signe des rêves… Vous exaucez les rêves? Moi, je n’ai aucun rêve, aucun espoir…Kamoda
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.