Haut de page.

Hector le boucher - Adieu veau, vache et cochon !
Hector le boucher - Adieu veau, vache et cochon !


Fiche descriptive

Roman Graphique

Jean-Blaise Djian

Alexis Chabert

Xavi M. Montell

Jungle

27 Février 2019


16€95

9782822222051

Chronique
Hector le boucher - Adieu veau, vache et cochon !
Le bonheur est-il dans la boucherie ?

Le père d'Hector est normand. Comme les vaches dont il vend la viande... Nestor et Colette, ses parents, sont les bouchers du bourg. Hector est choyé et heureux. C'est lui qui reprendra le commerce plus tard... Mais pour l'instant, il a neuf ans et une enfance heureuse à vivre...

Hélas parfois, le sort s'amuse à jouer des tours. Après la tragique disparition de ses parents, Hector grandit chez ses grands-parents, tiraillé entre un destin tout tracé et son adorable tante Betty, qui défend la cause animale....

Qui sème le doute récolte les prises de tête... Après de sérieuses études à l'abattoir local puis un apprentissage chez un artiste du bifteck parisien, Hector ignore que le scénario de sa vie lui réserve de très grosses surprises !
un chef d'oeuvre!


Le bonheur est-il dans la boucherie ?
Hector le boucher, planche de l'album © Jungle / Chabert / Djian / MontellLe scénariste du Grand Mort ou des Quatre de Baker Street associe sa plume aux crayons du dessinateur de Rogon le Leu et de Bourbon Street pour signer un roman graphique jubilatoirement savoureux...

Le père d’Hector est boucher. Pour lui, il ne fait aucun doute que l’avenir de son fils est dans la boucherie et qu’il prendra plus tard sa succession dans la commerce familial… Aimé et choyé, Hector eut une enfance heureuse… Jusqu’à ce que sa mère et son père disparaissent tragiquement… La première écrabouillée par une étagère un chêne massif; le second peu après, alors qu’il conduisait sa mobylette imbibé d’alcool et qu’il tenta de forcer la priorité à un train…

Recueilli et élevé à la dure par ses grands-parents qui dilapident son héritage, il entame des études boucher, pour perpétrer la tradition familiale, malgré les idées de sa jolie tante Bett, défenseuse de la cause animale… Après avoir travaillé dans un abattoir, il entre comme apprenti chez Robert Cuisson un boucher parisien passionné par son travail et qui va faire de lui le meilleur ouvrier de France…

Dépassant son maître, Hector élève son métier au rang d’art et sa réputation dépasse les frontières du pays. Son avenir semble tout tracé… Mais la vie réserve parfois bien des surprises…


Tu seras boucher mon fils…
Hector le boucher, planche de l'album © Jungle / Chabert / Djian / MontellHector le Boucher est un album absolument jubilatoire qui se déguste avec un plaisir de gourmet… Par sa tonalité si particulière (subtil mélange d’humour burlesque, de drame, le tout rehaussé par une délicieuse touche de poésie) et servi par un dessin rafraîchissant et épuré, l’album n’est pas sans évoquer certaines œuvres de Pascal Rabaté…

La vie d’Hector n’est pas, loin s’en faut, un long fleuve tranquille et Jean-Blaise Djian fait montre d’une inventivité saisissante pour semer son destin d’embûches impromptues, avec des twist savoureux qui, tel les saveurs insoupçonnées d’un plat en apparence classique, prendront immanquablement le lecteur au dépourvu… écornant au passage la société de consommation et prônant discrètement un grand retour l’essentiel… Ses délicieux dialogues et les exquis monologues d’Hector apportent à l’ensemble une touche inimitable qui rendent l’album particulièrement captivant…

Rehaussé par la savoureuse palette de couleurs de Xavi M. Montell, le dessin expressif et épuré du Kolonelchabert (alia Alexis Chabert) est un enchantement pour les papilles… pardon, pour les mirettes ! Son découpage inventif s’avère tout à la fois original et fluide, entraînant le lecteur dans le rythme endiablé du scénario concocté par Jean-Blaise Djian… Hector le boucher, planche de l'album © Jungle / Chabert / Djian / MontellLa couverture s’avère particulièrement réussie même si on ne comprend pas pourquoi le scénariste en est mystérieusement absent.

Hector le boucher - Adieu veau, vache et cochon ! est un album délicieusement jubilatoire qui mêle habilement plusieurs saveurs…

Passant avec art de la comédie à la tragédie en passant par le burlesque et le conte sociétal, le scénario de Jean-Blaise Djian est sublimé par des dialogues succulents et joliment mis en image par le trait généreux et épuré du Kolonelchabert et son découpage virtuose…

Evoquant l’univers tenté d’humour et de mélancolique de Pascal Rabaté, cet album dénonçant en filigrane la société de consommation outrancière est indéniablement l’une des délicieuse surprises de ce début d’année à côté duquel il serait bien dommage de passer !


- Y serait peut-être temps qu’il travaille et peu et qu’il cesse de traîner !
- Quand il aura fini l’année d’école, je parlerai de lui à la grande laiterie !
- Je veux être boucher, pas petzouille comme vous !
- T’en veux une autre ?dialogue entre Hector et ses grands-parents
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.