Haut de page.

Aujourd'hui est un beau jour pour mourir
Aujourd'hui est un beau jour pour mourir


Fiche descriptive

Anticipation

Colo

Colo

Colo

Les Editions du Long Bec

20 Mars 2019


24€

9782379380044

Chronique
Aujourd'hui est un beau jour pour mourir
Pleurer des larmes de sang...

Dans un futur proche, le "Chuchoteur" est poursuivi par toutes les polices du pays. Son crime : il pirate les ondes de la principale chaîne de télévision pour diffuser des messages à destination d'une population selon lui trop docile à l'égard de ceux qui détiennent pouvoir et argent.

Qui est cet homme qui éveille les consciences des uns et heurte les susceptibilités des autres ? Un des membres d'un groupe de rock qui cherche désespérément à enregistrer sa première maquette ? Un écrivain en panne d'inspiration ? Un assassin impitoyable au service d'un grand groupe pharmaceutique ? Un autre protagoniste de ce récit "chorale " ?

Lorsqu'un mystérieux "virus de la dépression" se propage sur une bonne partie de la planète (les personnes infectées se mettent à pleurer des larmes de sang quelques instants avant leur mort), les autorités préfèrent faire une priorité de la capture du "Chuchoteur", le terroriste informatique...
un chef d'oeuvre!


Pleurer des larmes de sang...
Aujourd'hui est un beau jour pour mourir, planche de l'album © Le Long Bec / ColoAujourd’hui est un beau jour pour mourir est un thriller d’anticipation glaçant remarquablement bien orchestré qui esquisse les contour d’une société dystopique froidement crédible sur fond de pandémie mondiale…

L’histoire gravite autour d’un groupe underground désireux d’enregistrer sa première maquette… Le père de Luz, la guitariste, est un écrivain qui a vu sa plume s’assécher après la mort de sa femme. Yoyo, la violoncelliste, joue chaque jour au jeu du menteur avec M. Bona, tenancier d’un bouisbouis. David est le flutiste du groupe. Aveugle depuis ses premières années, il tente tant bien que mal de décrocher un boulot. Victor, le bassiste, était promis à un bel avenir au sein de la société pharmaceutique… Mais il a préféré tout plaquer et s’exiler dans la jungle amazonienne pour se trouver… Mais l’éclosion d’une pandémie va l’obliger à rentrer au siège de Rex Lab pour tenter de l’enrayer… Stewart, le batteur, travaille sur un chantier pour ériger un gratte-ciel… L’enregistrement de la maquette revêt pour lui une importance capitale…

Mais ce satané virus qui s’attaque au système nerveux et pousse les personnes affectées au suicide allait venir chambouler leur petite vie… Peu sortiront indemnes de ce récit choral où s’invitent un PDG agoraphobe sans scrupules, un tueur à gage entamant une carrière de serial killer et le Chuchoteur, un mystérieux terroriste qui pirate régulièrement la chaîne d’info en continu pour faire passer des messages subversifs…


Un thriller d’anticipation aussi dense et foisonnant que passionnant…
Aujourd'hui est un beau jour pour mourir, planche de l'album © Le Long Bec / ColoAvant même d’entamer la lecture de ce gros pavé de près de 400 pages, c’est comme bien souvent la couverture qui capte notre attention… Quelqu’un assiste à une scène d’émeute où la violence se déchaine derrière une vitre où a été tracé dans la buée « Aujourd’hui est un beau jour pour mourir »… Titre étrange et poétique que cette phrase qui viendra ponctuer le récit et dont le sens n’apparaîtra que vers la fin de l’album…

Difficile de croire que l’album est le premier de l’auteur, ou même qu’il se soit laissé guider par ses personnages, improvisant au grès des cases tant le récit s’avère puissamment immersif… Impossible en effet de ne pas se laisser entraîner par cette histoire chorale portée par une narration alternée qui impulse à l’ensemble un rythme soutenu… Avec finesse, au fil des pages, l’auteur esquisse le portrait d’une poignée de personnages qu’il complète par petite touche, à la façon d’un peintre impressionniste aux grés des séquences les mettant en scène… Chacun d’eux apparaît comme profondément et tragiquement humains…

Tout en étoffant ses personnages, l’auteur développe un background saisissant, faisant monter la tension de façon étouffante alors que la pandémie s’étend peu à peu… Malversations, société pharmaceutique toute puissante, violence étatique, lanceurs d’alerte potentiels muselés, le tout sur fond de crise financière sans précédents… La pandémie est l’étincelle qui allait mettre le feu aux poudres et embraser le pays, causant l’effondrement de pans entier de la société et d’un système où l’humain est broyé par la toute puissance de l’argent… Mais, en filigrane, au-delà du récit lui-même et comme dans tout bon récit d’anticipation, l’auteur nous pousse à réfléchir sur notre société actuelle où la vie des citoyens s’organise autour de leur boulot et de l’argent qu’il leur permet de gagner, les faisant passer à côté de l’essentiel…

Aujourd'hui est un beau jour pour mourir, planche de l'album © Le Long Bec / ColoLes nombreux récits enchâssés dans le drame qui nous est conté (des esquisses de romans du vieil écrivain aux jeux du menteur auquel se livre Yoyo et M. Bona) distillent une once de poésie dans un monde en pleine décomposition…

Aujourd’hui est un beau jour pour mourir est un thriller d’anticipation dense et foisonnant…

Porté par une pagination généreuse, des dialogues percutants, un trait nerveux et incisif en parfaite osmose avec le propos, ce récit choral de Colo s’avère remarquablement orchestré… Avec une narration partagée parfaitement maîtrisée, l’auteur nous conte le quotidien d’une poignée d’hommes et de femmes dans une Espagne en proie à une crise économique sans précédents sur laquelle allait s’abattre un virus mortel… Musiciens, politiques, tueurs, écrivains, terroriste, restaurateur borgne et PDG sans scrupules s’invitent dans ce récit d’anticipation glaçant sur fond de libéralisme outrancier…

Pour son premier album, Colo fait montre de ses talents de conteur et de dessinateur en signant un petit bijou du neuvième art dont nous vous recommandons chaudement la lecture…


Tu penses que l’homme de pouvoir est le seul à avoir fait le monde ? Tu crois que le simple citoyen comme toi en moi n’y est pour rien ? Allez, retourne devant le miroir ! Regarde-toi et dis-moi… Comment utilises-tu l’énergie que tu as dans la tête ? N’oublie pas qu’elle n’est qu’à toi . Eclairer une ville ? Electrocuter un condamné ? Autre chose ?Le Chuchoteur
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.