Haut de page.

Peau de mille bêtes
Peau de mille bêtes


Fiche descriptive

Contes et Légendes

Stéphane Fert (d'après le conte des frères Grimm)

Stéphane Fert

Stéphane Fert

Delcourt

Mirages

27 Mars 2019


18€95

9782756091723

Chronique
Peau de mille bêtes
Conte de sorcière

Belle est vraiment très belle et tous les garçons du village la désirent. Rebutée par la perspective d'un mariage qu'elle n'aurait pas choisi, elle s'enfuit pour se réfugier au plus profond de la forêt.

Là, le roi Lucane va la recueillir... puis l'aimer à la folie. Une petite fille va naître de cette union, Ronce, dont la destinée va être profondément bouleversée par la disparition de sa mère...
un chef d'oeuvre!


Conte de sorcière
Peau de mille bêtes, planche de l'album © Delcourt / Fert / GrimmAprès son magnifique Morgane (avec Simon Kansara) et son jubilatoire Quand le cirque est venu (avec Wilfrid Lupano), Stéphane Fert signe une somptueuse relecture de la Peau-de-mille-bêtes des frères Grimm dont la trame et la thématique évoque celle du Peau d’Âne de Charles Perrault…

Bravant le froid, un jeune homme chétif marche dans une forêt enneigée, à la recherche d’une princesse à qui il avait donné rendez-vous… Soudain surgissent des monstres qui l’attaquent sans vergogne… L’arrivée impromptue d’une corneille lui permet d’échapper à ses poursuivants… Le bavard volatile l’entraîne là où tout a commencé, dans le Château des Insectes lové au cœur de la forêt… Dans ses murs vit la bonne fée Margot qui a toutes des apparences d’une sorcière…

Cette dernière lui raconte alors l’histoire de la Belle et du Coléoptère… L’histoire d’une femme si belle que pour échapper à un mariage qu’elle n’a pas choisi a préféré s’enfuir et trouver refuge au cœur d’une sombre forêt… Là, elle rencontra le lugubre Roi Lucane qui tomba fou amoureux d’elle et la fit céder à ses avances grâce à ses maléfices… De leur union naquit une princesse qu’ils baptisèrent Ronces. Mais Belle tomba malade et mourut.

Peau de mille bêtes, planche de l'album © Delcourt / Fert / GrimmFou de douleur et ne pouvant supporter la vue de sa fille, il l’exila au fin fond de la forêt, chargeant néanmoins mille bêtes de veiller sur elle… Le temps passa et, poussé par ses conseillers lui demandant de prendre femme, il se mit dans l’idée d’épouser sa fille qui avait hérité de la beauté de sa mère…


Une somptueuse relecture de la Peau-de-mille-bêtes des frères Grimm…
Il suffit d’un regard sur la couverture, hommage à l’affiche signée Jim Léon pour le Peau d’Âne de Jacques Demy, pour tomber sous les charmes du somptueux dessin de Stéphane Fert qui nous entraîne avec une facilité désarmante dans son imaginaire dense et foisonnant…

L’auteur revisite avec inventivité le conte des Frères Grimm en lui apportant une salutaire touche de modernité et de romanesque ainsi qu’une subtile touche d’humour qui vient contrebalancer la noirceur du récit… On y retrouve le canevas du conte originel avec la thématique de l’inceste qui occupe la place centrale du récit mais les différents motifs du conte sont réagencés avec audace et inventivité… Le Roi y est bien plus inquiétant que dans le conte des Frères Grimm alors que la sorcière (pardon, la bonne fée) endossant le rôle de la Marraine se fait bien plus intrusive dans le déroulé de l’histoire dont elle devient, d’une certaine manière, la conteuse. Le Jeune Lou, jeune homme chétif et érudit, y incarne un prince atypique, accentuant la composante éminemment féministe de cette adaptation mettant en scène des personnages féminins forts et farouchement indépendants.

Si on ne peut qu’être captivé par son scénario à la structure audacieuse et à l’écriture ciselée, on l’est plus encore par le dessin de Stephane Fert qui confère un charme fou à l’album… Son trait souple et épuré envoûte littéralement le lecteur, l’entraînant avec une facilité désarmante dans son univers onirique et tourmenté… Evoquant parfois les paysages d’Eyvind Earle, ses décors foisonnants baignent le récit dans une ambiance fantastique qui se fait tour à tour oppressante ou sensuelle. Les postures théâtrales de ses personnages et son découpage inventif et audacieux accentuent subtilement la dramaturgie du récit, soulignant avec art les émotions des différents protagonistes…

Peau de mille bêtes, planche de l'album © Delcourt / Fert / GrimmAprès son envoûtante Morgane, Stephane Fert nous propose une somptueuse relecture de la Peau-de-mille-bêtes, un conte des frères Grimm qui reprend la trame du Peau d’Âne de Charles Perrault.

Signant des planches de toute beauté mettant en scène une végétation luxuriante et des personnages aux postures théâtrales, l’auteur revisite l’histoire originelle en réagençant avec audace et inventivité les motifs du conte, chamboulant sa structure originelle pour tisser une histoire d’amour envoûtante et atypique faisant la part belle au ressenti et aux émotions…

Impromptue et iconoclaste, la chute de l’album s’avère délicieusement mordante, tissant un pont avec un autre récit… Mais nous n’en dirons pas plus pour ne pas gâcher le plaisir…

Avec ce somptueux album, Stéphane Fert fait montre de son talent de conteur après nous avoir envoûté par son formidable travail graphique… C’est peu dire que nous attendons son prochain album avec une impatience fébrile !


- Ma fille, tu n’iras pas au château avec moi. Tu n’y reviendras plus jamais.
- Pardon ?! Mais… pourquoi ? Qu’ai-je fais de mal ?
- N’insiste pas ! Je suis trop fatigué pour tes habituelles jérémiades !Dialiogue entre le Roi Lucane et sa fille Ronces
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.