Haut de page.

Le travail m'a tué
Le travail m'a tué


Fiche descriptive

Chronique Sociale

Hubert Prolongeau, Arnaud Delalande

Grégory Mardon

Grégory Mardon

Futuropolis

05 Juin 2019


19€

9782754824682

Chronique

Partant d’une histoire authentique, le livre retrace le parcours d’une victime du monde du travail.

Après une longue enquête, les auteurs racontent, dans une fiction, comment un système de harcèlement est mis en place, à tous les niveaux de la hiérarchie, afin de pousser les employés au maximum de leurs capacités… un système qui les poussent, parfois, à l’irréparable.

Un grand récit-enquête sur le mal être au travail.
un excellent album!


Chronique d’un suicide annoncé
Le travail m'a tué, planche de l'album © Futuropolis / Mardon / Prolongeau / DelalandeLe travail m’a tué est le récit de la fin tragique de Carlos Perez, tué par son travail et la pression dictée par la sinistre loi du marché.

Fraîchement émoulu de central, Carlos Perez entame une brillante carrière au sein de la firme automobile dans laquelle il avait toujours rêvé de travailler… Remarqué par ses supérieurs, il gravit rapidement les échelons et s’épanouit tant dans sa vie professionnel que dans sa vie sentimentale et familiale…

Pourtant, tout va basculer suite au déménagement de son entreprise, loin du pavillon familial fraîchement acquis, et sa reprise en main par des cadres ignorant tout du terrain… On lui propose bientôt une mission en Argentine qu’il ne pourra mener à terme puisqu’elle sera confiée à l’un de ses collègues. Puis c’est en Roumanie qu’on l’envoie et il ne peut que constater les dégâts d’une délocalisation n’ayant pour seul but d’augmenter le profit des actionnaires… Ecartelé entre sa conscience professionnelle et le rendement inhumain imposé par une hiérarchie méprisante et humiliante, négligeant sa famille pour répondre aux exigences de ses supérieurs, Carlos va peu à peu perdre pied et commettre l’irréparable…


Le travail m'a tué, planche de l'album © Futuropolis / Mardon / Prolongeau / DelalandeLe travail m’a tué est un album bouleversant qui trouve dans l’actualité de sinistres échos alors que commence le procès des cadres de France Télécom dont bon nombre d’employés ont succombé à la « mode du suicide », pour reprendre l’abjecte formule de Didier Lombard, alors PDG de l’entreprise…

Un récit tragique bouleversant de justesse…
Solidement charpenté, le récit Hubert Prolongeau et d’Arnaud Delalande s’avère particulièrement poignant… jusqu’à la nausée… Si la couverture rouge sang ne suffisait pas, le prologue où l’on voit l’épouse de la victime parler avec son avocate dans les couloirs du Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale ne laisse planer aucun doute sur le funeste destin de ce père de famille… Et c’est le cœur au bord des lèvres que l’on retrouve Carlos jeune homme débordant de joie et d’énergie après avoir été reçu à Central… Entretien d’embauche, premiers succès, mariage… en quelques pages, les auteurs esquissent les contours d’une vie qui aurait dû être heureuse et épanouie… Mais le lecteur sait que l’orage est à venir et va suivre, avec tristesse et dégoût, sa lente et désespérante descente aux enfers : perte de sens et de repères, évaluations dégradantes, objectifs inatteignable, vie de famille soluble dans le travail, organisation dictée par la loi du marché où l’humain n’est qu’un paramètre accessoire…

Le travail m'a tué, planche de l'album © Futuropolis / Mardon / Prolongeau / DelalandeLe dessin épuré de Grégory Mardon s’avère être d’une redoutable efficacité, retranscrivant avec pudeur et justesse le désarroi grandissant de Carlos qui perd peu à peu pied et glisse, inexorablement, vers l’abîme…

Inspiré d’une histoire vraie, l’album se base sur Travailler à en mourir, enquête édifiante et minutieuse de Paul Moreira et Hubert Prolongeau.

Le travail m’a tué montre comment un homme brillant, travaillant avec entrain et passion, vivant avec une femme aimante et père d’une adorable petite fille peu se retrouver broyé par des pratiques managériales inhumaines, sacrifié sur l’autel du profit et de la rentabilité…

Servi par le trait épuré et expressif de Grégory Mardon, ce récit de Hubert Prolongeau et d’Arnaud Delalande brosse un tableau peu reluisant du monde de l’entreprise et hantera durablement le lecteur… Il y a quelques années, le travail pouvait tuer… Depuis ? Rien n’a vraiment changé… Combien de drame semblable à celui-ci faudra-t-il pour que l’on replace l’humain au cœur des préoccupation des dirigeants ?


Mais je vais pas faire ça maintenant ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce qu’ils me veulent ? On non : Mais ils sont fous ! Je ne comprends pas ce qu’ils me demandent… Les chiffre, les chiffres de quoi ? je m’arrête où ?Carlos Perez
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.