Haut de page.

Une année sans Cthulhu
Une année sans Cthulhu


Fiche descriptive

Fantastique

Thierry Smolderen

Alexandre Clérisse

Alexandre Clérisse

Dargaud

04 Octobre 2019


21€

9782205077445

Chronique
Une année sans Cthulhu
Dans l’ombre de Grands Anciens

Quelque part dans le Lot au milieu des années 1980... Un groupe d'adolescents joue au jeu de rôle "L'Appel de Cthulhu". Quand un massacre inexplicable perpétré dans une villa provoque le trouble dans la petite ville et ravive des rancoeurs que l'on pensait enterrées, tout laisse à penser que cette innocente partie a livré le village aux mains du plus sanglant des dieux sanglants de l'histoire de l'humanité...
un excellent album!


Dans l’ombre de Grands Anciens
Dans l’ombre de Grands Anciens
Une année sans Cthulhu, planche de l'album © Dargaud / Clérisse  / Smolderen Après L'été diabolik et Souvenirs de l'empire de l'atome, Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse nous invitent à une Année sans Cthulhu.

Toulouse, septembre 1982. Un homme marchant sur les quais de la Garonne es tué de deux coups de pistolet…

Auln-sur-d’Arcq, août 1984. Dans le cimetière du village, un groupe de rôliste s’adonnent à leur passion en jouant une partie de l’Appel de Cthulhu, un jeu de rôle se déroulant dans l’univers tentaculaire esquissé par l’écrivain H.P.Lovecraft… L’arrivée impromptue du gardien met fin à la partie et Samuel, Henri et Marie sont contraint de regagner leurs pénates…

Les choses reprennent leurs cours dans le lycée où étudient les adulescents. Mélusine, une nouvelle élève aussi belle qu’intrigante arrive AU BAHUT, provocant la jalousie d’Oriane, une peste hautaine et aiguisant la curiosité de Samuel et Henri. Peu après Samuel apprends que son ami Dani est de retour, après deux années d’absence et une brouille dont il ne comprend toujours pas l’origine…

Une année sans Cthulhu, planche de l'album © Dargaud / Clérisse  / Smolderen La tranquillité Auln-sur-d’Arcq allait être bouleversé par l’accident de voiture de Mélusine qui la plonge dans un profond coma et par une tuerie sanglante perpétrée chez Dani et dont Henri et Samuel allaient être les principaux suspects…


Un récit référencé plein de charmes qui qui s’abreuve à de multiples influences parfaitement digérées..
La couverture de l’album est une fois encore de toute beauté, présentant avec art les différentes influences de l’histoire de l’album : de ce manoir inquiétant évoquant ces demeures où les investigateurs perdent leur vie ou leur santé mentale, ce tentacule dont on devine qu’il pourrait être celui du grand ancien qui rêve et attends dans la cité de R'lyeh, la mobylette alors synonyme de liberté, ces lumières ondulatoires qui ne sont autre que celle de la créature de Qix, jeu de rôle mythique et épuré sorti à l’aube des années 80 et ce pavage numérique qui évoque les jeux vidéo de l’époque…

Graphiquement, l’album est une fois encore une formidable réussite. Son esthétisme soigné baigne le récit dans une atmosphère savoureuse et délicieusement régressive. Dénué de contours, chacune des cases de l’album est une petite merveille de composition et le découpage de chaque planche s’avère particulièrement pertinent, servant remarquablement bien le propos. Alexandre Clérisse joue avec art avec les codes de la BD pour une approche très graphique mélangeant les médiums et les influences avec une folle audace et inventivité débridée.

Le récit proprement dit s’avère particulièrement prenant, immergeant le lecteur dans l’univers fantasmé du jeu de rôle, réveillant les fantômes du passé avec ces journalistes avides d’articles à sensation n’hésitant pas à livrer les joueurs de jeu de rôle en pâture dans les pages de leurs choux gras ou donnant corps et chair à ces dieux anciens évoqués dans ses écrits par le Maître de Providence et convoquant les grands anciens du jeu vidéo que sont Qix à Tron, anonciateurs de la révolution numérique qui allait bouleverser la société…Une année sans Cthulhu, planche de l'album © Dargaud / Clérisse  / Smolderen

A l’instar d’un Stranger Things, Une année sans Cthulhu surfe sur la nostalgie des années 80 avec un récit plein de charmes ténébreux mettant en scène une bande de rôlistes qui vont voir leur réalité et leurs univers imaginaires se mêler et s’emmêler de façon inextricable…

Porté par un dessin au graphisme léché et un découpage d’une grande précision, Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse nous livrent un scénario pop coloré et inventif truffé de références où l’on voit comment une partie de JdR allait bouleverser la petite vie d’une petite bourgade de la banlieue toulousaine.

Les amateurs de L'été diabolik ou du Souvenirs de l'empire de l'atome (et ils sont nombreux !) apprécieront à sa juste valeur cet album créé par un duo d’auteurs iconoclastes et inventifs… Pour les autres, plongez sans attendre dans cette Année sans Cthulhu, album où fond et forme se rejoignent de façon particulièrement saisissante…


- Mais… ça ne te frustre pas que tes copains ne voient qu’une fration du monde que tu as créé ?
- …Non, parce que c’est l’aventure qui compte. L’hsitoire se construit d’elle-même. Personne ne sait où elle va mener.
- Comme dans un rêve alors ?! Bon sang ! Je veux y jouer ! Quand est-ce qu’on joue ?dialogue entre Mélusine et Samuel

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.