Haut de page.

L'écolier en bleu
L'écolier en bleu


Fiche descriptive

Roman Graphique

Fabien Grolleau

Joël Legars

Anna Conzatti

Steinkis

23 Octobre 2019


18€

9782368461846

Chronique
L'écolier en bleu
Le peintre et l’enfant

En 1941, alors que se multiplient les rafles anti-juives, Soutine et sa compagne Marie-Berthe Auranche quittent Paris pour trouver refuge en Touraine, dans le village de Champigny-sur-Veude, c’est là qu’il peint une trentaine d’œuvres insécables ; parmi lesquelles L’Écolier bleu.
un excellent album!


Le peintre et l’enfant
l'Ecolier en bleu, planche de l'album © Steinkis / Legars / Grolleau / ConzattiPrintemps 1942… Pour Chaïm Soutine, peintre juif d’origine russe venu à Paris pour y vivre de son art, la capitale n’est plus sûre, alors que se multiplient les rafles…

Lui et sa compagne ont trouvé refuge à la campagne, dans la petite bourgade de Champigny-sur-Veude. A cause de son caractère colérique et solitaire, le jeune Marcel, fils du garde-champêtre, le prend pour un ogre… Pourtant, au fil des jours, alors que le peintre et sa compagne est hébergé par les parents du garçon, une amitié va naître entre le Marcel et Soutine qui le prendra pour modèle dans l’une de ses toiles…

Mais le peintre est déjà rongé par la maladie et le commissaire Antoine Burie est chargé par Jean Laguay, délégué aux questions juives, de retrouver Soutine, peintre dégénéré dont l’œuvre semble pourtant avoir séduit Hermann Göring…


Le bouleversant portrait d’un peintre tourmenté et de l’enfant qui devint son ami…
Superbement composée, la couverture intrigue autant qu’elle attire le regard. Il faut dire que Joël Legars signe un album somptueux. Son dessin charbonneux et généreux et ses couleurs envoûtantes et pleines de douceur dépeignent une nature magnifique et foisonnante qui tranche avec la grisaille de la ville. l'Ecolier en bleu, planche de l'album © Steinkis / Legars / Grolleau / ConzattiL’artiste fait montre d’une saisissante inventivité pour mettre en scène les tourments du peintre ou ses crises de colères ou de douleurs dont l’atmosphère tourmentée et l’énergie évoquent certaines toiles de Soutine.

Fabien Grolleau ne signe pas une biographie du peintre mais revient sur ses deux dernières années, alors qu’il vivait dans la clandestinité dans un petit village… Néanmoins, alors que l’artiste et le jeune homme apprennent à se connaître et à s’apprivoiser, le peintre se laisse aller à des confidences sur sa vocation précoce, sur ses premiers pas dans le monde de l’art et sa venue à Paris, haut lieu de la création culturelle et artistique où il devint le peintre reconnut que l’on sait. Le scénariste n’en livre pas moins un portrait poignant d’un artiste qui, bien que rongé par la maladie, n’a jamais cessé de créer, entre ses crises de colères, ses douloureux moments de doutes, ces douleurs indicibles qui lui trouaient le bide, et ces moments d’apaisement, lorsque ses pinceaux parvenaient à fixer sur ses tableaux l’image qu’il avait en tête ou lorsqu’il était en compagnie de son jeune ami…
l'Ecolier en bleu, planche de l'album © Steinkis / Legars / Grolleau / Conzatti
Complété par un passionnant dossier qui revient sur la vie de Soutine, L’Ecolier en bleu raconte l’histoire d’une amitié qui s’est noué entre un peintre malade et torturé et un jeune garçon qui lui servit de modèle, alors que l’artiste s’était retiré dans un petit village de campagne pour échapper aux rafles qui frappaient les juifs… Son amitié avec le jeune Marcel Vavrou est l’occasion de nuancer son image de peintre colérique et renfermé qu’on lui attribue bien souvent…


Porté par le dessin charbonneux et les couleurs pleines de douceur de Joël Legars, le scénario de Fabien Grolleau nous raconte de façon romancée mais solidement documentée les deux dernières années de cet artiste complexe et tourmenté considéré par beaucoup comme le précurseur des peintres expressionnistes abstraits.

Un album poignant qui donne la furieuse envie de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre de Chaïm Soutine…


-J’ai une idée… Va mettre la veste et la sacoche de ton père puis rejoins-moi..
- Comme ça ?
- Tu croises les mains, devant ti. Balance ta sacoche en arrière. Voilà. Mets la jambe en arrière. Non, l’autre ! Regarde vers le bas. Pas trop ! Ne souris pas … Ne souris pas je te dis !Dialogue entre Chaïm et Marcel

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.