Haut de page.

Louise
Les Mondes Eléctriques



Fiche descriptive

Fantastique

Les Mondes Eléctriques

Tome 1

Christophe Alliel

Christophe Alliel

Michele Assarasakorn

Glénat

02 Mars 2022


15€95

9782344043677

Chronique

Il y a de l'électricité dans l'air...En seulement quelques coups de tonnerre, le monde s'est effondré.

D'étranges éclairs ont fait perdre la raison à l'humanité et seuls les enfants semblent avoir été épargnés par la folie généralisée.Dans ce nouveau monde dérangé, Jason a été séparé de Louise, sa grande soeur. Ils devront se retrouver dans une Londres en proie au chaos.

Avancer dans le noir n'est pourtant pas chose aisée, d'autant que de nombreuses questions restent en suspens:quelle est la source de cette tempête surnaturelle? A-t-elle également touchée la mère hospitalisée de Louise et Jason?Le monde d'avant a-t-il tout à fait cessé d'exister ?

Une société au bord de l'extinction, des enfants aux commandes de leur destin,la capitale anglaise sombrant dans l'anarchie et la violence, une porte ouverte sur un nouveau monde...
un excellent album!


Stranger Things
Les Mondes Eléctriques, planche du tome 1 © Glénat / Alliel / AssarasakornLeur mère ayant été hospitalisée, Louise et Jason vont rester quelques temps chez leur tante et fréquenter un nouvel établissement. Louise s’efforce de réconforter son jeune frère attristé comme elle par la maladie de sa mère et angoissé à l’idée de n’avoir aucun ami.

Pour son premier jour de collège, Louise part en sortie au Musée d’Histoire Naturelle alors que Jason, poussé par un sympathique cuisinier, tisse des liens avec des élèves dans la cour de l’école… Dans le bus, la jeune fille est agressée par Ranee qui prend un malin plaisir à bousculer les nouvelles élèves… Et la voilà déjà convoquée dans le bureau du chef d’établissement… Durant la visite du musée, elle se lie d’amitié avec Grace qui la met en garde contre Ranee et sa bande.

Peu après, un violent orage éclate et des éclairs zèbrent le ciel. Les lumières vacillent puis s’éteignent. Le monde vient de basculer dans l’horreur… L’humanité semble avoir basculé dans une folie meurtrière. Seuls les enfants ne semblent pas affectés par cette hystérie collective…

 Les Mondes Eléctriques, planche du tome 1 © Glénat / Alliel / AssarasakornAu Musée d’Histoire Naturelle comme dans l’établissement, des groupes d’enfants tentent tant bien que mal d’échapper aux adultes alors que Louise va s’efforcer au milieu de retrouver son frère, au milieu de ce chaos qui s’empare de Londres.


L’amorce d’un thriller fantastique finement orchestré
Pour la première fois, si on omet le collectif Pirates des 1001 lunes, Christophe Alliel se retrouve seul à la barre, signant à la fois le scénario et les dessins de ce fascinant survival dont l’atmosphère n’est pas sans évoquer celle de Stranger Things, formidable série télévisée américaine orchestrée par les frères Duffer (dont la prochaine saison est prévue pour juin !) ou d’un scénario de l’horrifique Appel de Cthulhu, jeu de rôle se déroulant dans l’univers tentaculaire et inquiétant né de l’esprit tourmenté d’Howard Phillips Lovecraft, le Maître de Providence.

Avec son illustration subtilement oppressante, la couverture de ce premier tome est indéniablement une réussite, avec un usage subtil du vernis sélectif qui vient accentuer l’effet de profondeur. On y découvre Louise et Jason, poursuivis par d’inquiétantes créatures aux yeux rouges dans la bibliothèque de leur établissement… L’accroche fonctionne à merveille et il est bien difficile de résister à l’étrange fascination qu’elle exerce sur le chaland…
 Les Mondes Eléctriques, planche du tome 1 © Glénat / Alliel / Assarasakorn
Si on connaissait les talents de dessinateur de Christophe Alliel, incroyable artiste qui n’hésite pas à sortir de sa zone de confort pour adapte son style afin de servir au mieux chacune des histoires qu’il met en images, on découvre avec ces Mondes Electriques qu’il est en plus un formidable conteur… L’auteur imprime un rythme soutenu et un suspense haletant grâce à une structure particulièrement efficace. La première séquence nous immerge d’emblée au cœur de la tourmente et nous entraîne dans le métro où l’on découvre une jeune fille effrayée (qui s’avère être Louise, qui tente tant bien que mal d’échapper à une horde d’humains aux yeux rouges tandis que dans l’ombre de la station se tapissent d’inquiétants et terrifiants démons aux yeux rouges… Passé ce prologue aux accents horrifiques, un flashback nous entraîne quelques heures avant ces tragiques évènements. L’auteur prend le temps de réinstaller la normalité et de poser chacun des personnages, décrivant une réalité somme toute banale… Avant que tout bascule !

 Les Mondes Eléctriques, planche du tome 1 © Glénat / Alliel / AssarasakornAlternant avec finesse deux récits parallèles en suivant les deux principaux protagonistes que sont Louise et Jason, le scénariste impose un rythme de lecture soutenu et, chaque séquence s’achevant sur un cliffhanger insoutenable, l’effet page-turner fonctionne tant et si bien qu’il est impossible de reposer l’album avant la dernière page… Mais l’auteur est cruel et achève son récit sur un épilogue qui ferre définitivement le lecteur… Quel l’attente paraîtra longue avant le prochain tome !

Comme on pouvait s’y attendre avec le dessinateur de Maidan Love, Les chiens de Pripyat, le ventre de la Hyène ou de Spynest, le dessin s’avère être de haute tenue. Construit comme une série TV, l’auteur joue avec finesse des codes du genre pour composer des planches d’une redoutable efficacité retranscrivant l’angoisse qui s’empare des différents protagonistes alors que leur monde bascule vers l’horreur… Le fantastique s’immisce peu à peu dans le quotidien, un tremblement, un regard étrangement vide et inquiétant, une ombre fugace à la limite du champ de vision… et l’horreur qui se déchaîne, sans crier gare, faisant à chaque séquence monter la tension d‘un cran. Le découpage nerveux et le soin apporté à chaque plan nous immerge au cœur de l’action et la colorisation subtile de Magali Paillat soigne particulièrement les ambiances horrifiques qui baignent le récit…

 Les Mondes Eléctriques, planche du tome 1 © Glénat / Alliel / AssarasakornAmorçant une trilogie horrifique captivante ce premier tome des Mondes Electriques est construit comme une excellente série TV évoquant tant les ambiances inquiétantes chère à Lovecraft que Stranger Things, petit bijou des frères Duffer…

Obligé de vivre provisoirement chez leur tante de par la maladie de leur mère, Louise et Jason débarquent dans un nouvel établissement où ils ne connaissent personne. Un violent orage se déchaîne et fait basculer le monde dans l’horreur : pris d’une folie meurtrière, les adultes, aiguillés par d’inquiétantes créatures aux ailes membraneuses et aux yeux rouges, s’en prennent aux enfants… Séparés de son petit frère, Louise parviendra-t-elle à le retrouver dans ce Londres livré au chaos ?

Seul maître à bord, Christophe Alliel dont on connaissait les talents de dessinateurs s’impose d’emblée comme un scénariste confirmé avec ce récit solidement charpenté qui joue avec les codes du genre pour captiver et angoisser le lecteur… Une narration alternée bougrement efficace, des personnages attachants, une ambiance délicieusement oppressante, un scénario haletant, un dessin parfaitement maîtrisé et une chute particulièrement frustrante rendent l’attente du prochain tome quasi insoutenable…


Dans chaque larme s’attarde un espoir.Louise

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

L'Appel de Cthulhu est un jeu qu'on ne présente plus. C'est principalement un jeu d'ambiance et d'enquête qui propose aux joueurs d'évoluer dans le monde étrange et inquiétant de H.P. Lovecraft. En découvrant peu à peu l'autre face de la réalité, les courageux investigateurs sombrent lentement dans l'horreur et la folie.