Haut de page.

Altamont
Altamont



Fiche descriptive

Roman Graphique

Herik Hanna

Charlie Adlard

Charlie Adlard

Glénat

30 août 2023


19€50

9782344050439

Chronique

Décembre 1969. Woodstock et la vague du Flower Power ont déferlé sur la côte Est des États-Unis quelques mois plus tôt. En réponse, la côte Ouest décide à son tour de faire monter les décibels lors d'un festival qui se rêve légendaire...

Les plus grandes stars de l'époque sont censées y participer, à commencer par les Rolling Stones en têtes d'affiche pour enflammer la scène. Hors de question pour Jenny et ses potes de rater le concert du siècle ! Dans leur combi Volkswagen qui roule depuis Los Angeles, l'ambiance bon enfant fleure bon la marijuana.

Peu importe si l'organisation s'annonce un peu fantaisiste, ce qui prime, c'est la musique ! 300 000 personnes sont attendues pour ce rendez-vous peace, love et rock'n'roll qui aura finalement lieu sur la piste automobile d'Altamont, en Californie du Nord.

Sauf que peu de temps après l'arrivée du groupe d'amis, une première altercation éclate, ne présageant rien de bon.
un chef d'oeuvre!


This is the end
Altamont, planche de l'album © Glénat / Adlard / Hanna1969. La vague du Flower Power a déferlé sur la côte est des Etats-Unis avec Woodstock en point d’orgue… En réponse, la côte ouest décide de monter un festival qui se veut légendaire… Ce sera Festival d'Altamont…

Imaginez un circuit de stock-car transformé en scène de spectacle à ciel ouvert… Un festival où les plus grandes stars de l’époque sont invitées, à commencer par les Rolling Stones qui en sont les initiateurs ! Pour Jenny, Matt, Schizo, Sam et Léo, hors de question de rater l’évènement ! A bord de leur combi Volkswagen, ils font route vers la Californie du nord, croisant une foule bigarrée parfois franchement hostile…

Alors qu’ils s’apprêtaient à vivre un concert de rock’n’roll d’anthologie, la bande de potes va vite déchanter… L’organisation est catastrophique, la scène trop petite et le service d’ordre assuré par des Hells Angels violents et avinés… Une première altercation résonne comme un avertissement, mais tous se laissent néanmoins entraîner par la musique et l’esprit de l’époque… Le réveil n’en sera que plus douloureux…


Altamont, planche de l'album © Glénat / Adlard / Hanna
la fin de l’innocence ?
Mettons d’emblée fin au suspens : Altamont est clairement l’un des grands albums de la rentrée… Mais pouvait-il en être autrement avec un album scénarisé par le talentueux Herik Hanna à qui l’on doit notamment la fascinante série concept Détectives et dessinée par Charlie Adlard, l’inénarrable dessinateur du best-seller Walking Dead ? L’album pouvait difficilement passer sous les radars !

Le fait est que le scénariste sait y faire pour nous embarquer à bord du mythique combi Volkswagen, symbole de la période Hippie, en compagnie d’une bande de potes hétéroclites dont chacun est, à sa façon, le reflet de son époque : le vétéran revenu du Vietnam avec des plaies béantes au corps et à l’âme, le marginal aussi exubérant qu’exaspérant, la hippie délurée, l’inconditionnel d’Hendrix dont la mère lui reproche ses choix de vie en passant par la fan de blues et de jazz… Racontant le trajet en combi, la première partie du récit permet de poser avec finesse chacun des personnages, les liens les unissant, leurs fêlures et leur passion commune pour la musique et l’usage récréatif de psychotropes. Arrivé sur les lieux du festival, le lecteur les connaît presque intimement au fil des rencontres, de leurs discutions sur leurs goûts musicaux, leur passé commun ou sur l’identité du meilleur guitarise…

Altamont, planche de l'album © Glénat / Adlard / HannaLa description du bordel désorganisé que fut Altamont vaut elle aussi le détour, esquissant par petite touches les prémisses du drame à venir… La tension est rapidement palpable, avant de devenir carrément oppressante devant les exactions verbales et physiques des Hells Angles payé en dollars et en bières pour assurer le service d’ordre et juguler une foule de jeunes aussi défoncés qu’eux… On connaît le tragique bilan du concert mais le vivre de l’intérieur en compagnie de cette bande de jeunes s’avère aussi édifiant qu’immersif… Ils auraient pu n’être que les témoins des évènements qui ont agité ce festival où certains commentateurs ou acteur du drame voient le marqueur de la fin d’une époque et l’enterrement du Flower Power… Mais ils vont eux même être affecté dans leur chair par ce drame halluciné et hallucinant… et, nous entraîner bien loin de ce qu’on avait pu imaginer, l’épilogue de l’album abandonnant le lecteur littéralement sonné par de fracassantes révélations avec un final parfaitement maîtrisé, tout à la fois tragique et fascinant…

un dessin immersif et parfaitement maîtrisé
Le style adopté et les trames utilisées avec pertinence par l’immense Charlie Adlard immergent totalement le lecteur dans cette époque de tous les possibles, à commencer par le pire. Altamont, planche de l'album © Glénat / Adlard / HannaComment ne pas être envoûté par la façon dont il met en image le récit implacable de Herik Hanna qui met en lumière les faces sombres de l’âme humaine avec une force peu commune. Son découpage ample et généreux sert remarquablement l’action, renforcé par des cadrages percutants qui donnent la mesure de l’évènement. La ferveur des échanges entre les membres de la bande sont formidablement bien rendus, de même que les trips sous psychotropes qui brouillent nos sens et exacerbent nos perceptions… J’ai pour ma part était particulièrement impressionné par cette double page où l’on voit la bande découvrir le circuit qui se déplie en un quadratique follement immersif pour donner le contrechamp du groupe… Et que dire de la somptueuse couverture sinon qu’elle est particulièrement impressionnante, avec cette foule immense et cette scènes qui s’embrase avec cet éclairage quasi apocalyptique…

C’est peu dire que la lecture de l’album donne envie de se replonger dans l’écoute des grands noms de la musique qui ont marqué cette fin des années 60 de leur empreinte… Pensant aux lecteurs, les éditions Glénat ont eu l’excellente idée de rajouter un lien sous forme de QR code pour écouter la B.O. de l’album… Elle est pas belle la vie ? Âpre et désespérante aussi, certes…

Altamont, planche de l'album © Glénat / Adlard / HannaSi beaucoup connaissent le fascinant festival de Woodstock, point d’orgue du Flower Power, celui d’Altamont qui se déroula quelques mois après est moins connu, malgré les drames qui s’y déroulèrent…

Herik Hanna associes a plume aux crayons virtuoses de Charlie Adlard (le dessinateur de Walking Dead !!!) pour nous entraîner au cœur de ce festival qui marqua pour beaucoup la fin d’une époque à la suite d’une bande de potes aux profils très différents réunis par leur amour pour la musique et la consommation de psychotropes…

A travers leur témoignage fictif, les auteurs nous décrivent avec force le bordel ambiant qui régnait alors sur cette piste de stock-car reconvertie en scène rock à ciel ouvert et où devait se produire les pointures de l’époque, à commencer par les Rolling Stones… Solidement charpenté, le scénario parfaitement maîtrisé est superbement mis en image par un artiste talentueux dont le travail contribue à immerger le lecteur au cœur de ce concert retentissant qui devait être le pendant de Woodstock sur la côte ouest…

Un album incontournable et fascinant à écouter en musique (lien fournit dans l’album !) et qui nous entraîne dans les tréfonds de l’âme humaine… Grandiose et glaçant !


- un problème ? On vous dérange ?
- Non, vous me dérangez pas. Votre camionnette… Vos cheveux… Votre musique… Tout ça, je m’en tape, ce qui m’emmerde plus… C’est ta veste.
- Ma veste ?
- Laisse tomber, Jen… Payons-le et tirons-nous.
- Tu peux pas porter cette veste et dire « j’emmerde le monde », petite, c’est hypocrite. Tu ne sais pas ce que représente cet uniforme pour ceux qui se battent là-bas. Et toi… Là-bas, t’y étais pas…
- Moi j’y étais.
- Alors pourquoi c’est ta copine qui porte ta veste ?
- parce que je lui ai offerte.
- Tu n’es pas fier de ton pays, fils ?
- Je ne suis pas fier de ce que j’ai fait… Papa.dialogue entre un pompiste, Jen, Sam et Matt

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.