Haut de page.

Les Enfants du Ciel
Les Enfants du Ciel



Fiche descriptive

Histoire

Stephen Desberg

Bernard Vrancken

Colette Vercouter

Daniel Maghen

21 septembre 2023


29€

9782356741103

Chronique
Les Enfants du Ciel
Au cœur de la tourmente

D’Europe en Égypte, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la grande Histoire et la petite se rencontrent à travers les destins de trois personnages. Entre récit d’aventure et fresque historique, Desberg et Vrancken se renouvellent et donnent leur meilleur dans un somptueux one-shot.

L’histoire débute en 1936 sous l’Italie de Mussolini et s’achève en 1942 à Jérusalem au moment où naît l’idée d’un état juif débarrassé de la tutelle anglaise, loin des atrocités commises en Europe.

Alexandre est archéologue. Il perd sa femme en 1936, sous le régime fasciste de Mussolini. Anéanti par le chagrin, il exige la vérité sur les circonstances de cette mort et ne pense qu’à se venger. Pour l’éloigner et le protéger, ses appuis l’envoient en Égypte pour mettre au jour le mystère historique du ralliement du peuple juif à l’Empire romain au Ier siècle après J.-C.

Il ne pensait pas que ses recherches pouvaient résonner avec autant de justesse avec l’époque actuelle. Quelle vérité, dangereuse et cachée, surgira du passé ?
un excellent album!


Au cœur de la tourmente
Les Enfants du Ciel, planche de l'album © Daniel Maghen / Vrancken / Desberg / VercouterRome, 1936. Alexandre est un jeune archéologue passionné et talentueux qui travaille pour le Vatican. Alors qu’il œuvrait sur un chantier de fouille antique, le prélat qui l’a engagé vient le trouver pour lui annoncer une bien triste nouvelle : sa femme a trouvé la mort aux abords du Colysée dans un tragique accident de voiture…

Mais une erreur administrative lui permet de voir le véhicule qu’il découvre couvert d’impacts de balles… Après enquête, il s’avère que sa femme a été abattue par un policier fasciste qui ne supportait pas de voir une métisse au volant d’une si belle voiture. Alexandre a juré qu’il tuerait le meurtrier. Un peu trop fort peut-être… Les autorités cherchent à le faire arrêter jusqu’au sein même du Vatican… Mais le jeune homme, entré dans les ordres pour échapper aux poursuites, est envoyé en mission archéologique en Egypte pour tenter d’exhumer les raisons qui ont poussé l peuple juif à rallier l’Empire Romain au Ier siècle après Jésus-Christ…

Les Enfants du Ciel, planche de l'album © Daniel Maghen / Vrancken / Desberg / VercouterIl ne se doutait pas que ses recherches aller entrer en résonnance avec la guerre qui déchire le monde… Alors que certains tentent d’étouffer la vérité, d’autres cherchent à la révéler au grand jour…


une passionnante enquête archéologique et historique
Avec son format atypique, sa pagination généreuse et l’illustration de couverture qui est à elle seule une invitation au voyage, il était difficile de faire l’impasse sur cet album qui allait nous entraîner au cœur de la seconde guerre mondiale alors que s’esquissait la création d’un Etat d’Israël sur ce qui est encore à cette époque la Palestine, territoire sous protectorat britannique… Le récit qui interroge sur le rapport entre histoire et vérité entre en résonnance avec les évènements récents qui déchirent cette terre, creuset où naquirent trois grandes religions…

Le récit s’articule autour de trois personnages aux origines et aux profils très différents. Le premier, personnage central du récit, n’est autre qu’Alexandre, archéologue qui déteste le nazisme autant que le fascisme qui a pris la vie de sa compagne. Il tente d’oublier sa douleur et sa peine en se réfugiant dans des recherches archéologiques, cherchant à exhumer la vérité sur la nature qui opposa deux compagnons d’armes que furent Juste de Tibériade et Flavius Josephe. Tous deux devinrent historiens mais, après avoir avoir combattu Rome côte à côté, l’un a pactisé avec elle tandis l’autre est resté, semble-t-il, fidèle à ses engagements… Semble-t-il car il ne reste plus de traces de ces écrits… La seconde est une jeune et talentueuse musicienne allemande contrainte de fuir son pays parce qu’elle était juive… Elle travaille comme espionne pour le compte du NKVD russe mais s’apercevra peu à peu qu’elle est manipulée par ses commanditaires. Le dernier est un jeune palestinien à qui on demande de venger son frère et de tuer pour empêcher l’établissement futur d’un Etat juif indépendant, affranchit de la tutelle britannique… Les Enfants du Ciel, planche de l'album © Daniel Maghen / Vrancken / Desberg / VercouterTout les désigne comme ennemi mais ces trois personnages vont se croiser, s’épargner, se sauver, s’aimer même parfois, alors que le fracas de la guerre se rapproche et que la Terre Sainte est le terrain d‘action de plusieurs factions rivales prêtes à tout pour faire éclore leur vérité… ou l’étouffer… Car dans ces écrits et ses vestiges antiques, la vérité semble pouvoir prendre plusieurs visages que chaque faction compte bien utiliser pour servir ses propres desseins…

Solidement documenté, le récit de Stephen Desberg s’avère aussi passionnant qu’entraînant et si le contexte mêlant archéologie, nazisme et espionnage évoque l’Indiana Jones de Spielberg, l’histoire concocté par le scénariste de Black Op ou d’ Aimer pour deux est ancrée dans l’Histoire et non dans le pulp… La lutte au-delà du temps que se livre Flavius Josephe et Juste de Tibériade, avec en filigrane la véracité du personnage historique du Christ, aura des répercutions pour l’avenir de ce territoire et du peuple juif s’avèrent d’autant plus passionnante qu’elle se dote d’une composante tragiquement romantique…

un dessin envoûtant et une colorisation somptueuse
Si le scénario de Stephen Desberg s’avère passionnant, il est formidablement mis en valeur par le talent saisissant de Bernard Vrancken avec qui le scénariste avait travaillé sur l’implacable I.R.$ comme sur l’envoûtant H.ell... Rehaussé par les sublimes et subtiles couleur de Colette Vercouter et baignée d’une lumière savamment travaillée évoquant celle des films des années 50, ses planches sont de toute beauté. Jouant avec art des contre-jours, elles restituent l’ambiance singulière qui baigne ce passionnant récit, accentuant tant sa dimension romanesque que son encrage historique. Son découpage virtuose donne de l’ampleur à des décors somptueux où évoluent des personnages charismatiques d’une troublante beauté soulignée par un trait élégant et un encrage fascinant et parfaitement maîtrisé... Chaque séquence est une source d’émerveillement et le changement de style pour les scènes antiques introduit ce subtil doute qui assaille à chaque instant l’historien sur la véracité des propos relatés par d’autres et qui servait selon toute vraisemblance un but éminemment politique…

Les Enfants du Ciel, planche de l'album © Daniel Maghen / Vrancken / Desberg / VercouterStephen Desberg retrouve Bernard Vrancken avec qui il avait signé IR$ et H.ell pour nous entraîner dans un récit doublement historique qui prend racine dans le ralliement du peuple juif à l’Empire romain et se poursuit dans un monde en guerre…

Après avoir perdu sa femme, assassinée à Rome par un policier fasciste, Alexandre est envoyé par le Vatican en Egypte pour tenter de comprendre ce qui s’est joué entre Juste de Tibériade et Flavius Josephe, des recherches qui semblent intéresser tant les services secrets allemands, russes et britanniques et qui pourrait bien avoir des répercussions après-guerre, lorsque la question d’un Etat juif reviendra au centre des jeux politiques…

Entrant en résonnance avec l’actualité brûlante et dramatique qui voit le creuset de trois religions devenir à nouveau un champ de bataille, le scénario de Stephen Desberg s’avère tout à la fois érudit, captivant et romanesque. Porté par le trait plein d’élégance de Bernard Vrancken, par ailleurs sublimé par les somptueuses couleurs de l’impressionnante Colette Vercouter, ce récit chargé de poésie et d’humanité interroge sur la vérité historique si inextricablement liée et à ceux que servent ce qui écrivent la grande Histoire et au contexte politique de l’époque…

Doté d’une pagination généreuse et bénéficiant d’une édition impeccable, Les Enfants du Ciel est indéniablement un grand album…


- Qu’est-ce qui vous a poussé à vus intéresser de si près à juste et à Flavius Joséphe, le Cardinal et vous ?
- Une discussion sur ce qu’est la vérité je pense.
- Oui. Ce n’est pas impossible qu’il y ait de la vérité dans ces pages… C’est… C’est étonnant. Comme si je pouvais enfin… entrevoir… Juste de Tibériade nous adresser un salut… des brumes d’un passé ingrat !dialogue entre le Père Hyeronimus et Alexandre

Les Enfants du Ciel, planche de l'album © Daniel Maghen / Vrancken / Desberg / Vercouter
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.