Haut de page.

La Maison Usher
La Maison Usher



Fiche descriptive

Fantastique

Jean Dufaux (d'après la nouvelle d'Edgar Allan Poe)

Jaime Calderon

Jaime Calderon

Delcourt

22 novembre 2023


23€95

9782413038184

Chronique
La Maison Usher
Décrépitude

« Comment deviner ce qu'elle recèle, cache, vit. Tout voyageur préfère passer son chemin devant la maison Usher... »

Ainsi débute ce récit d'horreur gothique revisité où Edgar Allan Poe lui-même s'invite chez la famille Usher au destin aussi funeste qu'inéluctable...
un chef d'oeuvre!


Décrépitude
La Maison Usher, planche de l'album © Delcourt / Calderon / Dufaux / PoeBaltimore. Damon Pice est un joueur invétéré qui gagne sa vie en jouant aux cartes… Mais il pourrait aussi bien la perdre… Après plusieurs parties catastrophiques, il n perd une dernière alors qu’il y jouait pourtant sa vie… King Leon lui laisse un délai dérisoire pour rembourser sa dette…

Damon n’a d’autre choix que de se tourner vers Nina, sa maîtresse, dont il sait qu’elle a travaillé dur pour cumuler un petit pactole et partir avec lui, mais elle ne lui sera d’aucun secours… Il se rend alors vers un prêteur sur gage interlope mais retrouve ce dernier mort, pendu à un crochet… Lorsqu’il aperçoit King Leon et ses hommes, son sang ne fait qu’un tour et il s’enfuit dans les ruelles sombres et tortueuses de la ville avant de s’engouffrer dans une calèche croisée peu avant…

Le mystérieux cocher le conduira jusqu’à la Maison Usher, la demeure massive et inquiétante de son cousin Roderick qui l’attendait pour lui annoncer la mort de sa sœur jumelle, Lady Madeline, dont les murs portent le deuil… Commence alors une terrifiante plongée au cœur de cette sinistre demeure rongée par la décrépitude…


La Maison Usher, planche de l'album © Delcourt / Calderon / Dufaux / Poe
une fascinante relecture du chef d’œuvre d’Edgar Allan Poe
La Chute de la Maison Usher a décidemment le vent en poupe en cette fin d’année… Entre la mini-série de Mike Flanagan diffusée sur Netflix et le fascinant Maison Usher et autres Histoires Extraordinaire, dans lequel les fascinant Paul et Gaëtan Brizzi illustrent les textes de Poe, les amateurs de l’écrivain américain (traduit par Charles Baudelaire, excusez du peu), peuvent à présent découvrir la fascinante relecture de la nouvelle signée par Jean Dufaux, l’un des scénariste les plus éclectique du neuvième art à qui l’on doit notamment Murena (dessiné par le regretté Philippe Delaby), des Complainte des Landes Perdues (amorcées par Grzegorz Rosinski) ou les Voleurs d’Empire… Et comme il associe pour l’occasion sa plume aux crayons virtuoses et aux pinceaux envoûtants de Jaime Calderon, c’est peu dire qu’on attendait avec impatience cette Maison Usher !

La Maison Usher, planche de l'album © Delcourt / Calderon / Dufaux / PoeEt, avant même la lecture, c’est le soin apporté à l’édition de l’album qui force l’admiration : outre la somptueuse illustration résolument gothique qui orne la couverture et installe d’emblée une ambiance mystérieuse et oppressante, le format généreux, le titre embossé et le dos toilé qui rehausse la couverture en font un magnifique objet… De son côté, Jaime Calderon signe une fois encore un album somptueux. Ceux qui ont suivi le process créatif sur la page FB de l’artiste ne peuvent qu’être bluffé par le soin apporté aux détails, par la finesse de son trait et son pouvoir évocateur… Chaque case est composée avec un soin méticuleux afin de renforcer la dramaturgie et de distiller, goutte à goutte, cette atmosphère malsaine et oppressante qui baigne l’histoire et qui va en s’épaississant alors que Damon Pice se rapproche inexorablement de la Maison Usher qui l’appelle dans les ténèbres de sa vie… Le saisissant travail de l’artiste sur les ombres, inquiétantes, et les lumières, souvent blafardes, s’avère fascinant et fait partie prenante de la narration, imposant un dimension éminemment gothique à l’ensemble… L’équilibre subtil entre angoisse et sensualité évoque la figure du vampire où se mêlent Eros et Thanatos dans un ballet mortel et envoûtant, comme le suggère les apparitions fantomatiques de Lady Madeline, tout à la fois fascinantes et terrifiantes… Sous les crayons et la plume alerte de Jaime Calderon, la Maison Usher semble animée d’une vie propre, s’apprêtant à engloutir à tout moment les protagonistes de l’histoire… L’édifice délabré semble être en osmose avec l’âme et les tourments de son propriétaire qui sombre peu à peu dans la folie…

La Maison Usher, planche de l'album © Delcourt / Calderon / Dufaux / PoeSi le dessin s’avère fascinant, le scénario de Jean Dufaux revisite avec audace et inventivité ce récit publiée pour la première fois en septembre 1839 dans le Burton's Gentleman's Magazine et qui s’inscrit dans la lignée des romans gothiques anglais et plus particulièrement dans le « southern gothic », avec ces décors en lambeaux et ces personnages excentriques rongées par l’anxiété et la mélancolie. Alors que l’identité du narrateur de la sombre histoire contée dans The Fall of the House of Usher était inconnue, le scénariste lui donne un nom et une histoire, rendant la Maison Usher plus terrifiante encore en cela qu’elle paraît d’abord être un havre de paix pour Damon Pice, le malheureux héros de la nouvelle… Un refuge impromptu où il pouvait légitimement espérer échapper à ses poursuivants… Mais ce qu’il va y trouver est plus terrible encore… Faire croiser à son narrateur l’auteur même de la nouvelle offre au lecteur une savoureuse mise en abîme où l’on voit Edgar Allan Poe jouer au démiurge avec ses personnages, estompant la frontière entre le réel et l’imaginaire comme l’auteur des Histoires Extraordinaires savait si bien le faire, se faisant lui-même narrateur dans cet album, brouillant plus encore les repères pour le plus grand plaisir des lecteurs… Parfaitement équilibrée et solidement charpenté, le scénario de Jean Dufaux s’avère envoûtant, faisant ressortir la dimension gothique du récit de façon particulièrement saisissante…

La Maison Usher, planche de l'album © Delcourt / Calderon / Dufaux / PoeLa Maison Usher renaît une nouvelle fois de ses cendres, après la série Netflix signée par Mike Flanagan et le somptueux album illustré par les frères Brizzi paru chez Futuropolis… C’est donc au tour du remarquable scénariste qu’est Jean Dufaux et de l’époustouflant dessinateur qu’est Jaime Calderon de s’emparer de ce chef d’œuvre de la littérature fantastique pour nous en proposer une relecture fascinante…

Alors qu’Edgar Allan Poe passait sous silence l’identité de son narrateur, le scénariste de la Complainte des Landes Perdues ou de Giacomo C lui donne et un nom et une histoire, en faisant un joueur criblé de dette poursuivi par un créancier particulièrement vindicatif… L’auteur redonne à la nouvelle sa dimension gothique, baignant la décrépite Maison Usher, personnage à part entière, d’une saisissante mélancolie tandis que son Roderick Usher apparait comme plus tourmenté que jamais, sombrant dans la folie au fil des pages et entraînant le narrateur dans sa chute…

Après ses remarquables Valois et son Isabelle, Louve de France, remarquables séries historiques toutes deux scénarisées par Thierry Gloris, le dessinateur espagnol signe un album somptueux porté par un trait d’une rare finesse et des compositions époustouflantes qui posent avec maestria l’ambiance oppressante et délicieusement malsaine distillée par le scénario…
Ajoutons à cela que l’ouvrage est magnifiquement édité, avec un titre embossé, un dos toilé du plus bel effet et un format généreux donnant la mesure du talent de l’artiste et vous obtenez un album aussi fascinant qu’incontournable…


Et ainsi, Damon Rice fut emporté vers son destin. Comment aurait-il pu deviner ce qui allait lui arriver ? Moi-même, je n’en ai qu’une idée partielle. Bien des éléments m’échappent encore…Edgar Allan Poe

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.