Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


poétique et violent
Sang et encre se propose de nous raconter l’histoires d’une poignée d’hommes rêvant d’un idéal de liberté.

L’histoire nous est narrée par la Plume… Il se souvient qu’adolescent, il troquait l’ivresse contre du rêve dans des tavernes où, contre une choppe bien remplie, les marins lui narraient leurs aventures que le jeune homme s’empressait d’écrire. Il aurait pu tranquillement vivre ces aventures par procuration et poursuivre sa carrière d’écriveur public. Mais le destin est farceur et les aventures, il allait, bien malgré lui, les vivres.



Mais en ce temps troublés où l’Europe se déchirait pour le contrôle des mers, on a vite fait de soupçonner un jeune homme trop curieux de traîtrise. Ainsi, le C[...]
dans les coulisses de l'Histoire
C’est avec un réel plaisir que l’on retrouve les protagoniste de cette BD d’espionnage dont le premier tome nous avait enthousiasmé, tant par la complexité de l’intrigue que par la qualité et la force des illustrations.



S’éloignant des histoires plus légères destinées aux enfants (les Aventures d'Irial, Chamouraï, Cyrill et les ombres du bois cendré, le roi des singes), Tarek, diplômé de la Sorbonne en histoire médiévale et en histoire de l’art, nous replonge dans la guerre de l’ombre que se livrent les services secrets des pays impliqués dans le second conflit mondial, une guerre où l’information est vitale : de la conférence de Wannsee où se décida la solution finale en passant par l’écrasement du ghetto de Varsovie et [...]
truculent
Bouffe Doublon font partie de ces série truculentes qui vous entraînent vers l’aventure dès les premières pages.



L’intrigue est ténue mais sa mise en œuvre est des plus réussie et font de cette histoire loufoque et pleine de rebondissements une Bd d’aventure très convaincante.. Les personnages sont pour beaucoup dans l’éclat de cette série en trois tomes dont on aimerait tant pourvoir en lire la suite. Hauts en couleurs, picaresques, grossiers et gouailleurs à souhaits, tels sont ces personnages aux trognes magnifiques et au blase colorés : Bouffe-Doublon, la Ficelle, sans oublier Trique-Tout, le bien-nommé. Les pirates présentés ici n’ont rien de romantiques. Ils sont cruels et amoraux. Les combats, loin des clichés hollywoodien, sont sa[...]
entre mythe et légende
La collection long courrier comporte de nombreuse perle et Saskia des vagues est l’un de ses plus beaux joyaux …



Saskia des vagues est l’album dans lequel le talent de metteur en scène de Lucien Rollin explose… Son style s’affirme ici, préfigurant la série Ombres qu’il conduira plus tard avec le talentueux et prolifique Jean Dufaux. Si certaines cases présentent des décors minimalistes, d’autres fourmillent de détails et plongent le lecteur dans un univers graphique à la fois riche et dense. Les couleurs de Jean-Jacques Chagnaud, complice du dessinateur, font une fois plus merveille.



Le scénario, sombre et prenant, est signé par Pierre Dubois, conteur talentueux à qui l’on doit les récents Grimoires du Petit Peup[...]
sombre anticipation
Pêché mortel, première BD d’un duo talentueux, cette série nous plonge dans un futur sombre à travers un scénario original où se mêlent anticipation, fiction et réalité.



Toff, le scénariste, qui lorsqu’il n’écrit pas est chercheur à Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) utilise ses connaissances scientifiques pour échafauder un scénario captivant, puisant dans l’histoire contemporaine (de la montée du fascisme au ghetto de Varsovie en passant par ce terrible virus sexuellement transmissible) où complot politique , lutte pour le pouvoir, résistances, manipulations, arrivisme, corruption et trahisons se mêlent et s’entremêlent dans un inextricable écheveau…

Joseph Béhé s’est amusé à redessiner la vi[...]
cruelle mélodie
Autant le dire tout de suite, Berceuse Assassine est l’un des thriller les plus percutants du neuvième art.



En trois tomes, les auteurs nous entraînent à découvrir une histoire vue sous trois angles différents. Une histoire violente, dense, sombre, emplie de haine, de misère et de sang. Les deux premiers tomes entraînent le lecteur à découvrir un couple à ce point rongé et détruit qu’ils ne restent ensemble que pour éprouver le plaisir de voir l’autre crever. Et s’il ne crève pas assez vite, ils sont bien prêts à forcer la main au destin en assassinant purement et simplement leur conjoint.



L’histoire n’a rien d’exceptionnelle mais son traitement est impeccable. L’ambiance sombre et malsaine est distillée par peti[...]
le ciel nous est tombé sur la tête
Nous avons tous peu ou proue était élevé à la potion magique, et c’est bien souvent les aventures d’Astérix (et celle de Tintin) qui nous ont fait entrer dans le monde de la BD. Astérix fait immanquablement partie de notre patrimoine, de notre enfance…

Difficile de résister au coup de crayon bougrement efficace d’un Albert Uderzo, ou à l’humour à plusieurs degré d’un René Goscinny, scénariste talentueux des meilleurs Lucky Luke, des délirants dingodossiers et du Petit Nicolas.



Goscinny disparu, beaucoup ont un peu vite enterré l’irréductible gaulois. Pourtant, Uderzo, a décidé courageusement de reprendre le flambeau. Il était attendu au tournant… et le fait est que si les meilleurs albums d’Astérix restent ceux né [...]
didactique et pédagogique
La sorcière de Bergheim n’est certes pas un chef d’œuvre de la bande dessinée, mais cet album, signé Roger Seiter (scénariste de Fog) et dessiné par Vincent Wagner possède de nombreuses qualités didactiques et pédagogiques.



Rédigé par deux inquisiteurs dominicains allemands (Jacques Sprenger et Henri Institoris), le Malleus Maleficarum se veut être une sorte de bréviaire du chasseur de sorcière. Ce livre, largement diffusé grâce à l’imprimerie naissance, a impulsé de nombreux et tragiques procès en sorcellerie dans l’Europe occidentale. Car pour ces deux auteurs illuminés, la sorcellerie n’était pas l’ouvres de sorciers isolés, mais s’inscrivait dans un vase complot organisé par Satan himself et diffusé par les femmes (n’o[...]
une veillée de conte...
Avec ce troisième opus, Pierre Dubois nous entraîne dans les Taverne, lieu de boisson et de débauche, de contes et départ de bon nombre d’aventures imaginaires.



Civiello signe une fois de plus une couverture magnifique qui d’emblée nous fait pénétrer un monde peuplé de lutins, trolls, cluricaune et autre êtres du petit peuple… En poussant la porte de la taverne, en ouvrant ce livre, on franchit la porte de l’Autre Monde…



Comme le veut la coutume, ce troisième tome nous propose 4 histoires courtes, introduite chacune par de magnifiques gravures signée Etienne le Roux et présentant la nouvelle à suivre…



La première illustré par Peter Madsen non loin de Bergame, quelque part en Italie, alors que des Foletti, atti[...]
psychopathe vs psychopathe
Comme dans Columbo, le lecteur connaît d’emblée la vérité, ou croit la connaître (les supputations de Théolonius pouvant un instant le faire douter)… Il sait que la mort de Manon n’est qu’un accident, et non l’œuvre de cette tueuse en série dont on ne sait presque rien sinon que l’accident ressemble à s’y méprendre à son modus operandi.



L’inspecteur Angelo Faustocopi, lui, l’ignore. Obsédé par Mélissa, serial killer qu’il a traqué sept années durant et pressé par son supérieur qui souhaite que le dossier échoie à Théolonius, va immédiatement lui attribuer cette mort. Cette dernière étant internée en hôpital psychiatrique, il va élaborer l’hypothèse du disciple pour corroborer ses élucubrations… L[...]
loufoque et déjanté
Outretomne est une série savoureuse comme il en existe peu… Les séries Z où se mêlent gore, sexe et humour ne sont pas légion, loin de là !



Les personnages, caricaturaux à souhait font partie des archétypes de ce genre de thématique : du savant totalement barjot qui décide de remmener à la vie sa défunte femme pour célébrer dignement l’anniversaire de sa fille, au play boy serial-kille,r en passant par les zombis décharnés, au baraqué sympa, à la pin up dynamique, aux garous père, mère, fille & fils…



Joyeusement déjanté, les réactions de ces personnages sont des plus imprévisibles… Inutile de s’attarder sur les second rôle dont l’espérance de vie se résume à quelques cases, paix à leur âmes, s’ils en ont une…
entre Assimov, Quinn Martin et Roy Huggins
Avec ce sixième opus dont le thème ait évidemment penser aux concepts imaginés par Isaac Asimov, Alcante se propose de mettre en scène l’Envie, associé au mythe de Prométhée et la cybertechnologie.



Le scénario est une fois de plus impeccable, bien que l’on ne s’en rende pas forcément compte à la première lecture… Mais dès la seconde, une foule de chose que l’on prenait pour de petits détails anodins, prennent tout leur sens et l’on se rend compte que rien n’a été laissé au hasard dans la mécanique scénaristique. Le format de l’albums (60 pages) lui permet de développer une intrigue solidement charpentée et bougrement efficace.



Le dessin d’Alain Henriet est à la fois dynamique et efficace, renforcé par un dé[...]