Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


Messie « mais si…»
« Le Grand Pouvoir du Chninkel » commença son existence en noir et blanc, et a été réédité en 3 volumes et en couleurs en 2001. Certains restent fans du N&B ; d’autres, dont je fais partie, se satisfont tout à fait du coffret couleur. Elle n’enlève rien, à mon sens, à la force évocatrice de l’œuvre et permet peut-être de mieux respirer pendant la lecture. Elle est peut-être un peu pâle, mais cela confère une patine mélancolique au monde de DAAR. A vous de juger…



Le tout est le résultat de la collaboration de Jean Van Hamme (au scénario) et de Gregorz Rosinski (au dessin), que l’on apprécient déjà pour leur travail sur « Thorgal », une magistrale saga qui a pour seul défaut de ne pas sembler vouloir s’achever smiley. Ce couple est sans doute l’un de ceux qui marchent le mieux da[...]
Dix fois plus de plaisir...
Le Décalogue devait tenir, comme son nom l’indique, en dix volumes. Il le fait plus ou moins, puisque le 11ème est une sorte d’épilogue qui éclaircit les points obscurs inévitables dans une œuvre de qualité d’une telle ampleur.



Le principe choisi par le scénariste Frank Giroud est de faire illustrer chacun de ses volumes par un dessinateur différent, et ça marche pas mal. Le fond reste donc, quant à lui, cohérent ; et adopte un angle d’approche réellement intéressant. En effet, pour une fois, le héros n’est pas un Homme mais un objet, et plus précisément un livre : « Nahik ». Cette pirouette scénaristique permet de traverser les lieux et les époques pour y suivre son parcours dramatique et sanglant.



Je trouve que le cycle démarre lentement, peut-être juste par[...]
Chevalerie & Sorcellerie
Avec « Moriganes », je fais un pari.

Le pari que ce nouveau cycle de la Complainte des Landes Perdues, intitulé Cycle des Chevaliers du Pardon, sera un chef d’œuvre ; car comment pourrait-il en être autrement lorsque l’on s’abîme dans cette atmosphère entre mythes et légendes, puisant son inspiration dans le corpus mythologique celtique antique et servi par deux maîtres de la bande-dessinée.



« Moriganes » nous emmène à travers les brumes du temps, à rebours par rapport à la saga des Sudenne, à l’époque où la confrérie des chevaliers tentait de repousser les derniers assauts des sorcières sur l’Eruin Dulea. On y retrouve Seamus, alors tout jeune apprenti chevalier sous l’égide de Sill Valt, qui tâche de prouver sa valeur et sa foi. Il y est confronté aux signes avant-c[...]
Epique et tourmenté…
Les Tours de Bois-Maury nous entraînent dans le sillage d’Aymar de Bois-Maury, chevalier déchu de ses terres, qu’il aspire par-dessus tout à revoir et à reconquérir.

Dans cette errance, il va traverser un Moyen-Âge tourmenté, à la fois épique et barbare, en se raccrochant à son rêve d’un avenir meilleur et à ses idéaux chevaleresques.

Car Aymar est cela, et bien plus : la véritable cristallisation de la noblesse d’épée chrétienne et courtoise. Il a conscience de son rang mais véhicule, parfois au fil de l’épée, ses principes d’équité et de justice.

Dans toutes ces épreuves que son siècle lui réserve, il est accompagné d’Olivier, son écuyer, qui se révélera de plus en plus au long de la série comme un héros à part entière, au même rang que son maître.

La galerie[...]
un récit fantastique...
Dans une ambiance feutrée assourdie par le brouillard Londonien, London est une de ces heureuses surprises qui nous attendent au détour d’un étal.



L’intrigue qui se noue autour du manoir où Mort London, ami de Bram Stoker, se fait employer se met en place doucement mais avec une rare efficacité. On baigne dans l’ambiance particulière et envoûtante de ces récits fantastiques de la fin du XIXième siècle. Edgar Allan Poe, Arthur Machen, Stevenson, Bram Stoker et Marie Shelley ne sont pas si loin. On y croise d’ailleurs Bram Stocker, qui réfléchit à une roman tournant autour de l’histoire sanglante de Vlad Tepes, et des légendes qui entourent ce personnage historique, héros roumain qui libéra son peuple du joug Turc.



Mais c’est [...]
Collusions...
Les série d’espionnage sont somme toute assez rare en bande dessinée. Desberg, scénariste prolifique et talentueux signe ici une intrigue rythmée et bien huilée. A cheval sur deux époques, on suit différents épisodes de la vie de Floyd Whitman. De la mort de son père qui a conditionné son entrée à la CIA à sa première mission en Inde qui l’a fait croiser la route de Vladen Nechkov, agent de KGB oeuvrant pour une mafia russe mise à mal par le stalinisme. Sans oublier l’époque contemporaine, source de toutes les interrogations, où l’on découvre un Floyd Whitman grisonnant qui a perdu ses illusions passées..

Le personnage de Floyd Whitman, son évolution constitue le points fort de l’intrigue. Pourquoi a-t-il perdu ses illusions? Travaille-t-il toujours po[...]
Rafraîchissant
Cette série nous emmène au cœur des Brumes d’Asceltis, continent entre mythes et légendes où plusieurs peuples cohabitent en tant qu’héritiers d’anciens dieux qui ont, depuis, abandonné leurs enfants.



Malheureusement, l’une de ces anciennes puissances va bientôt se réincarner, après avoir été vaincue il y a des éons par ses divins pairs. Mais désormais, les mortels seront seuls face à cette menace, et les puissances ne peuvent guère faire plus que les avertir du danger.



Elya la pulpeuse sylve, bientôt accompagnée par des aventuriers d’horizons différents et réunis par un destin facétieux ou tragique, est la dernière chance de parvenir à sauver le monde des foudres d’Azell, le Dieu Gorgone… Pour le détruire, il faudra se jeter dans sa gueule : son tombeau…
End Of The Night
Dead en street n’est pas une Bd facile d’approche. Le dessin de De Metter, qui nous a littéralement envoûté dans Dusk, le Sang des Valentines, Emma ou le Curé semble ici quelque peu grossier et rebutant. Et pourtant, ne pas s’attarder pour découvrir cette BD, c’est passer à côté d’une série fascinante à plus d’un titre.



Loin d’être grossier et approximatif, le trait et les couleurs psychadéliques qui émaillent les cases nous replongent avec délice dans une époque révolue, où raisonnaient la voie puissante de Janis Joplin, les guitares de Jimmy Endrix, la voix suave de Jim Morrison ou les rythmes envoûtants de Ray Manzarek. Une époque ou une jeunesse utopiste scandait des slogans contre la guerre et rêvait encore d’un monde meil[...]
un vent de liberté
Philippe Jarbinet fait preuve d’une grande maîtrise à la fois narrative et graphique. Son trait, réaliste, renforcé par une mise en couleur impeccable fait ici merveille. Il nous fait remonter le temps, nous entraînant dans les terres cathares, nous faisant découvrir ses châteaux et ses paysages, mais surtout l’histoire de ces hommes et femmes qui ont déclenché l’ire de Rome et du roi de France.



Se servant de l’histoire comme toile de fond, Philippe Jarbinet nous brosse le portrait d’un personnage riche et dense, complexe et passionnant : celui d’Héléna, baronne de Lorac. Farouchement éprise de liberté, elle évolue tant bien que mal dans un monde dirigé par les hommes et l’église. Personnage attachant, à la fois fragile et héroïque,[...]
Sombre et Romanesque...
Le Roman de Malemort nous emmène au Moyen-Âge, en pays cathare, là ou l’hérésie du même nom eue le plus d’ampleur.

Les auteurs, Eric Stalner (à l’écriture et au dessin) et Jean-Jacques Chagnaud (aux couleurs), partent de cette trame de fond pour nous emmener au 13ème siècle sur les traces d’Anthéa et de ses compagnons dans leur lutte contre un inquisiteur fanatique et cruel aux côtés du Comte Colbus de Malemort, sombre et énigmatique personnage qu’une terrible malédiction semble dévorer.



Les dessins de Stalner sont superbes, et ont cette touche crue et réaliste (aucun visage ne se ressemble, sauf peut-être –bizarre- chez les femmes, que Stalner aime dessiner girondes) qui colle à un récit qui se veut documentée et le rend encore plus prenant. Le trait est dynamique et[...]
Retrouvez les Landes Perdues!
La Complainte des Landes perdues était au commencement un cycle de 2x2 tomes contant l’histoire d’une lignée royale (en la personne de Sioban, dernière héritière de sang) en un royaume crépusculaire et poétique : les Landes Perdues. Depuis, un nouveau cycle est né (cf. « Moriganes »), et sera sans doute suivi d’un autre comptant le même nombre d’épisodes.

Et c’est sans doute grâce au succès de la saga des Sudenne que nous suivons à nouveau les traces laissées sur ces terres qui semblent suspendues entre la poésie des mythes celtes et la violence du moyen-âge.



La Complainte proprement dite nous amène donc à rencontrer des personnages tantôt nobles, tantôt diaboliques, par les yeux d’une jeune adolescente. Personnage complexe, Sioban est en proie au tumulte de l’adolesc[...]
Quel degré?
Série étrange s’il en est, Petit Miracle surprend à plus d’un titre et confirme le talent de scénariste Valérie Mangin.



Car cette série est déroutante. Le premier tome se propose de raconter l’enfance de Denis, enfant né de l’union charnelle d’une none et du corps sans vie d’un libertin décapité. L’enfant né de cette improbable union n’étant pas sans rappeler celle de l’enchanteur Merlin (en substituant Lucifer au libertin) jouissant d’une particularité troublante : celle d’avoir la tête séparée du corps. Miracle ! crieront les uns ! Démons hurleront les autres… Mais on se prend d’affection pour ce personnage étrange et turbulent, né différent à une époque ou l’obscurantisme régnait encore, [...]