Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


la folie des hommes
Un titre subtil, intriguant et évocateur… Car l’Eldorado fantasmé a ici tout d’un enfer. Les premières planches donnent d’emblée le ton et l’absence de texte renforce la sauvagerie des images et la barbarie des troupes espagnoles. Ignacio Noé possède un trait superbe, nerveux et précis, renforcé par un mise en couleur magistrale, soulignant admirablement bien les différentes ambiances et atmosphère, de l’horreur absolue aux visions paradisiaques tout en conservant la force du crayonné.



Ce premier tome nous entraîne au cœur d’une île paradisiaque ravagée par une terrible maladie et un escadron de conquistadors dont le capitaine, se sentant inspiré par Dieu, a décidé d’éradiquer la maladie en massacrant méthodiquement les i[...]
Noir espoir
Triptyque discret de la collection Semic Books, « Midnight Nation » est une histoire simple, mettant en scène un inspecteur de police catapulté dans un monde où les règles ne sont plus les siennes et où il devra se redécouvrir et contempler les maux du monde…avec rien moins que son âme pour enjeu, et pour seule compagnie une guide qui semble être autre chose qu’un petit brin de femme. Le postulat des mailles du filet de la réalité et de l’oubli auquel sont réduits ceux qui en tombent n’est pas sans rappeler le « Neverwhere » de Neil Gaiman.



Bien sûr, malgré la qualité de la plume de Michael Straczynski (Babylon 5, c’est lui smiley) et celle de la patte de Gary Frank (dessinateur estampillé « glamour comics ») la trame reste maigre pour trois volumes ; heureusement, son traiteme[...]
envoûtant...
Charmes Fous est une enquête étrange et baroque concoctée par un Eric Corbeyran qui nous entraîne dans un univers très provincial teinté de sombres maléfices et de charmes vaudous.

Mais loin de se prendre trop au sérieux, c’est avec humour que les auteurs abordent la magie noire dans cet album.



Sébastien Dugroin, le personnage principal de l’album, dont la ressemblance avec Frédéric Beigbeder n’est pas seulement fortuite mais clairement revendiquée, est un publicitaire travaillant à Paris. Il retourne dans le petit village de campagne qui l’a vu grandir pour enterrer son père, étrangement mort dévoré par des cochons dans un accident de voiture.

En découvrant dans sa demeure une poupée vaudou, Sébastien Dugroin va commencer à douter que[...]
un album d'une rare justesse
C’est avec une certaine fébrilité que j’ai commencé la lecture de ce troisième opus du Combat Ordinaire de Manu Larcenet… Est-ce la peur d’être déçu après deux premiers tomes irréprochables? L’auteur parviendra-t-il à nouveau à toucher la corde sensible, à réveiller chez le lecteur une foule d’émotions enfouies, comme peut le faire une musique ou un poème?



Mais sitôt les premières mesures, on se retrouve en terrain connu… L’auteur, scénariste dessinateur et narrateur possède un talent inimitable pour parler des petites choses, pour esquisser une émotion avec une rare justesse. Il fait remonter une foule de choses enfouie quelque part au fond de nous, trouve les mots et les attitudes justes pour cerner un malaise, un sentiment [...]
un récit ancré dans l'histoire
Vlad l’Empaleur est le premier tome d’un triptyque original et ambitieux qui se propose de nous entraîner dans le sillage de ce personnage érigé au rang de mythe par la littérature fantastique du XIXième siècle, par la plume de Bram Stoker. Entre histoire et mythe littéraire, les quatre auteurs, trois dessinateurs et un scénariste, vont nous découvrir l’envers de la légende…



Graphiquement, rien à redire, c’est du Hermann pur jus… à savoir un dessin efficace rehaussé par une mise en couleur directe des plus réussies… Bref, du grand art…



Côté scénario, ce premier tome est centré sur le personnage historique, dont les actes sanglants inspirèrent à Stoker le vampire que tous connaissent. Le scénario, concocté par Yve[...]
mise en abîme
Méliane est un album étrange et décalé qui aborde de façon originale et séduisante un problème d’actualité en le mettant en abîme avec l’obscurantiste époque qu’est le Moyen-âge.



Le quatrième de couverture pose d’emblée l’intéressant postulat que les sorcières d’antan ne sont que les femmes libres d’aujourd’hui. Le mouvement « ni pute ni soumise » a attiré l’attention sur la condition féminine. Né après la mort atroce de Sohanne, brûlée vive pour avoir voulu vivre libre, il s’efforce de mener un combat pour que soit enfin accepté que les femmes ai les mêmes droits que les hommes…

C’est dans cette optique que s’inscrit cet album signé par Thierry Chavant. Il traite avec une simplicité désarma[...]
un autre monde
Paru initialement en couleur en 1992, la trilogie, alors épuisée, a été rééditée en noir et blanc en 2000. On y perd la couleur douce et sobre de Johana Shipper qui contribuait pourtant à l’ambiance si particulière de cette série. Dans sa version noir et blanc, le lecteur y perd beaucoup, bien que le trait d’Emmanuel Moynot s’y prête fort joliment.



Les personnages de ce petit groupe d’anarchiste sont fort bien campés. On s’invite dans leur rêve utopiste d’une société juste et égalitaire, libre de tous ces carcans imposés par une morale judéo-chrétienne, libéré du joug du pouvoir et de l’autorité. On suit le développement de ces hommes et femmes épris de liberté. Mais on ne peut se nourrir exclusivement de rêve, furent-ils les plus be[...]
coup de pub hasardeux
La loi des 12 tables inaugure une nouvelle série ambitieuse et au concept « novateur ». Après les séries à plusieurs dessinateurs, voici venir, dans la lignée de 24 heures chrono, la série de 6 volumes en un an chrono… Chaque volume de 60 pages proposera 2 histoires sans nul doute imbriquées, soit au total 12 histoires de 30 pages en un an… Soit près d’une planche par jour, colorisation comprise… Un bien étrange pari au planning serré… Coût marketing ou nouvelle façon de faire de la BD?



Avec la Loi des 12 Tables, on retrouve Asphodèle, héroïne de la série éponyme dont le premier cycle nous avait enthousiasmé alors que le second avait quelques peu déçu, le crossing-over avec les Stryges, mythe crée par le talentueux Eric Corbeyran, semblant par t[...]
légère déception
Le Puits des ténèbres conclue le second diptyque des éternels, série explorant les arcannes de la joaillerie à travers la vie mouvementée d’Uma, héroïne sexy, aux mensurations de rêve…



Si le dessin de Felix Meynet reste clair et efficace, faisant la part belle aux formes généreuses du personnage principal de la série, il est cependant dommage cependant de ne pas avoir des décors plus soignés et plus détaillés… Certaines planches n’ayant pour seuls et unique décors qu’un dégradé verdâtre ou qu’un aplat de couleur! Certes, l’attention du lecteur est ainsi centrée sur l’action mais on peu regretter que le travail graphique n’ai pas été plus approfondi…



Au fil des tomes, les auteurs s’attardent be[...]
aventures napoléonienne
Shandy est un grande fresque aventureuse à l’époque napoléonienne. Matz et Dominique Bertail se proposent de nous raconter les aventures de Shandy Ratcliffe, un anglais séduit par les idées de la Révolution. Idéaliste à l’extrême, limite caricatural, Shandy Ratcliffe n’est pas sans rappeler Perceval, le naïf chevalier du roi Arthur qui traverse l’adversité sans réelle conscience du danger.



Le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Dominique Bertail surprend. Il alterne des planches magnifiques, tout en profondeur, superbement mises en couleur, et d’autre plus plates, sans réel travail en volume. Ce contraste est d’autant plus surprenant que certaines double planches sont proprement hallucinantes (planche 16 et 17 notemment[...]
d'une justesse bouleversante
Le Désespoir du singe se déroule dans un pays imaginaire et dans un environnement proche de la Belle époque. Lequel ? Peu importe en vérité, seul compte le contexte et cette guerre civile qui menace d’éclater alors que le peuple subit les dérives d’un régime totalitaire. Chez les pêcheurs, la colère gronde depuis que la mère se retire, inexorablement, à cause du projet d’irrigation démesuré lancé par le gouvernement. Le vent de la révolution commence à souffler et risque d’emporter avec elle les deux principaux protagonistes de cette série résolument romantique.



Joseph tout d’abord. Il rêvait d’être peintre et en avait l’étoffe mais il a préféré abandonné ses muses pour suivre les traces de son père et travailler dans sa fabrique d&#[...]
héros malgré lui
Etrange histoire que celle du Roi cassé… A la fois poétique et surréaliste, absurde et envoûtant, cet album de 94 pages entraîne le lecteur à suivre la vie de Simon Virjusse, que le sort a désigné pour être le dernier mort de la guerre de 14-18, car il en fallait bien un!



Ce statut si particulier va entraîner la Mort, écoeurée par toute cette boucherie, à lui proposer de remonter quelques mois en arrière afin de modifier le cours de l’histoire : puisqu’il est le dernier mort de la guerre, à quoi bon s’étriper sauvagement neuf mois de plus, autant faire l’économie de milliers de mort et mettre la guerre entre parenthèse, en attendant patiemment que le dernier mort passe de vie à trépas, à la date prévue, le 11 novembre 1918, quelques minutes à p[...]