Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


Encore et toujours la même chose
Prenez une dose de dessin réaliste à la Bourgeon. Plaquez là-dessus une mise en scène cinématographique à la Van Hamme. Ajoutez un chouia de chaos politique et de romantisme à la Yslaire. Mélangez avec vigueur et sans grand talent. C'est prêt.



"Fées et tendres automates" est un catalogue de fausses bonnes idées (le cyberpunk fantasy), de fausses nouveautés (la ville "néo-baroque" - "néo-gothique" c'était déjà pris), d'approximations scénaristiques et de climax poussifs. Les images sont belles mais illisibles. Les textes sont romantiques mais d'une vacuité abyssale.



Enfin - et surtout - le principal ressort narratif est encore le monolithique "mais où est donc passé cette féérie de notre enfance qu'il faut lutter pour préserver dans ce grand univers capitalist[...]
Pour ceux qui aime l'Histoire avec un grand H
LA série de Dufaux que je préfère...



En compagnie de Martin Jamar, dessinateur autodidacte de talent, Dufaux nous fait vivre une aventure poignante où l'amour se mêle à la sorcellerie, sur fond de guerre Franco- Prussienne de 70, du siège de Paris et de la Commune.



La superbe histoire romanesque de Dufaux se trouve étroitement liée à l'Histoire...

Celle- ci est décrite avec une rare précision, journée par journée, lieu par lieu, camps par camps, et des personnages historiques, tels que Napoléon III ou Victor Hugo, se retrouvent mélés à l'histoire des personnages crées par les auteurs, ainsi qu'à d'autres forces surnaturelles, mais nous en dirons pas plus sur ce sujet...



Les personnages sont très bien construits sur le plan artistique et c[...]
Aventures romanesques
Les frère Stalner ont associé leurs plumes et leurs pinceaux pour donner naissance à cette série haute en couleur, à cheval sur un XIXième siècle agonisant et l’aube d’un XX siècle.



De paris à Cayenne en passant par Venise, cette série vous entraînera dans les aventures romanesques de deus frères, orphelins, désireux de régler leurs comptes avec leur obscur passé…



Le dessin est efficace, précis et soigné est classique. Mais le point fort de la série réside dans l’épaisseur des personnages, leurs caractères, leurs buts et motivations, souvent ambiguës, et surtout, leur évolution au fil de la série. Ils changent, évoluent, s’affirment, bref, ils vieillissent et les aléas de la vie vont les changer, en profondeur.



L’intrigue est classique, tout en [...]
A lire impérativement
Servie par un scénario excellent et des personnages haut en couleur, cette bande dessinée vous plonge dans les bas fonds de Dortwick hanté par la Confrérie des Margoulins, une bande de coupes-jarrets, de voleurs et de malandrins qui compte bien régner en maître sur la ville.



Le dessin de Erwan Fages est magnifique et aide grandement à vous plonger dans les bas fond de cette ville sombre et crasseuse. Il signait la sa première BD et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a un talent fou, un trait qui colle parfaitement à l’ambiance étrange de cet album, renforcé par les couleurs de Chagnaud, délicieusement sombres et inquiétantes. Il suffit de regarder la couverture, remarquablement bien construite, pour s'en convaincre!



Mais un bon dessin n'est rien sans un[...]
Attendons la suite...
Les prépublications s’annonçaient prometteuse, l’ambiance lugubre à souhait et l’époque victorienne, déformée par le prisme de la vapeur n’est pas pour me déplaire.



Le décor est celui de la Londres Victorienne, celle de Jack l’Eventreur, de Sherlock Holmes et de Conan Doyle. Mais, Steampunk oblige, cette réalité est distendue, la technologie, basée sur les machines à vapeur, s’est développé à outrance et est omniprésente.



Le Steampunk, ère de l’Aventure avec un grand A, et c’est avec fébrilité que j’attendais la sortie du premier opus de cette série prévue en deux tomes. La couverture, magnifique, prépare le lecteur à découvrir une version Steampunk de la sanglante affaire de l’Eventreur, dans une version nécessairement décalée…



Pourtant, si le[...]
Epique, tout simplement!
Cette aventure, haute en couleur, inspiré du roman biographique d’un certain Edward John Trelawney, ami de Lord Byron, corsaire de son état dont le bouquin commence par ces mots, qui situent fort bien le personnage : “ Ma naissance fut mon premier malheur. Dès mon entrée dans le monde, je fus signalé et flétri comme un vagabond…”



Qu’on ne s’y trompons pas, nous avons là une superbe aventure de piraterie où les navires qui sillonnaient les mers à l’époque où l’Empire Britannique s’étendait sur le monde, sont remplacés par des dirigeables…



Le background de la BD est des plus réussit, exploitant fort bien l’ère victorienne en l’agrémentant à la sauce Steampunk. La mise en place du décor et du[...]
Western loufoque & déjanté
Loin du romantisme de Ring Circus, des scénarios ciselés de Black Mary, du poisson-clown ou de la noirceur de ce qui est à nous ou de nuit noire, quelque part dans l’Ouest avec un grand O, entre la série kung-fu, les films de Leone, les Monty Python's Flying Circus et les Echaudeurs des Ténèbres, se trouvent Shaolin Moussaka…



Le moins que l'on puisse dire, c’est que les auteurs se sont lâchés sur ce coup là, même qu’on peut facilement s’interroger sur leur santé mentale …



Un univers complètement déjanté, des personnages haut en couleur totalement givrés sortis de l’imagination fertile et débridée de Chauvel, magnifiquement mis en image par un Pedrosa tout aussi ravagé et mis en couleur par un excellent Christophe Araldi (la recolorisation d’Aquablue, c’est lui[...]
Variations
Il était une fois un petit chaperon rouge avec un gros flingue...



Force est de constater que le western est quelque peu délaissé par la bande dessinée ces derniers temps. Si l'on occulte la série Bluberry qui semble se décliner à l'infini, il est loin le temps de Red Dust et de Durango...

Enfin, cela dit, l'excellent Bouncer et la fantastique piste des ombres nous entraînent aussi sur les routes poussiéreuses de l'ouest mais tous deux sortent du schéma classique du western, le premier par son héros décalé et le second par sa teinte fantastique et surnaturelle...



Ici, nous sommes en terrain connu. On y retrouve les poncifs du genre, les héros solitaire, les putes superbes, le clan des méchants, au service d'un sale type qui a la main mise sur la ville. M[...]
Romanesque et passionné
La Vengeance du Comte Skarbek, son univers et son ambiance ne manquera pas de rappeler celle d’un autre Comte, qui était né sous la plume talentueuse d’Alexandre Dumas, filiation que Sente revendique ouvertement.



Le scénario, signé Yves Sente, est efficace, prenant et bien ficelé, même si on peut lui reprocher son manque d’originalité (mais attendons le suite et fin de cet album pour se prononcer la dessus). L’histoire du Comte nous plonge dans l’Histoire avec un grand H. Les deux se mêlent et s’entremêlent dans un subtil dosage. On y rencontre des personnages historiques ou des personnalité du monde artistique qui accentuent l'impression d'être immergé dans le contexte historique, comme savait le faire avec génie Dumas, en inscrivant ses intrigues dans les coulisses de l’H[...]
Délicieusement Frustrant
Ruppert Graves et Mary Launceston vont se retrouver une nouvelle fois plongés dans une intrigue complexe, dont on ne sait pas si elle basculera dans le policier-fantastique ou demeurera dans le policier-historique…



Tout commence lorsque Rupert assiste à la libération d'esclaves séquestrés dans les bas fonds de la sordide Londres. Apparaît alors le personnage de Sarah, une jeune et mystérieuse amnésique dont les manières tranchent avec celle des autres personnes séquestrées. Mary croit reconnaître en elle Létitia Combe-Raven, une amie d'enfance en passe d’épouser Lord Wishaw, fanatique de l'oeuvre de Verne... Mais celle-ci n'a jamais disparue... Le mystère prend corps…



Une fois de plus Seiter et Bonin nous prouvent leurs talents de conteur en parvenant à bro[...]
Sombre et envoûtant
Le dessin inimitable de Pascal Croci nous plonge une fois de plus dans une ambiance sombre et sinistre.



Servie par des dialogues finement ciselés par Françoise-Sylvie Pauly l’intrigue nous plonge au coeur des terres de Lord Cornwall où règne tristesse et mélancolie.



En lisant cette BD, on se sent spectateur d’un drame shakespearien où les personnages se laissent guider par de sombres dessins et de noires visées. On a envie de parler de décors, de costumes et d’acteurs.



Les décors… Ils sont sublimes, hostiles et oppressants, sombres et inquiétants, éclairés par une lumière crépusculaire. Les couleur froides et directes renforcent l’atmosphère étouffante qui se distille au fil des pages. On sent le vent glacé nous mordre la chaire ; on tressaille [...]
Scénario classique, mais dessins sympathiques...
Après avoir souvent entendu parler de L'Etoile du Désert, je me suis enfin décidé a lire cette série...



Le dessin est vraiment magnifique. Les couleurs rendent vraiment l'ambiance très sombre, grâce a une palette de couleurs tout a fait appropriée. Le sexe et la violence, très présents, nous rendent vraiement compte de la vie dans ces villes d'ouvriers du rail.

Le tout est servi par un découpage, certes classiques, mais efficace, et des plans vraiment très audacieux (vue depuis la cheminée dans le tome 1, vu depuis le fond l'auge dans le tome 2....).



Le scénario est de facture assez classique, le tome 2 étant, à mon avis, meilleur que le tome 1.

En effet le tome 1 ne nous apprend pas grand chose : il pose les bases du scénario, mais ne fait pas b[...]