Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


un avenir sombre
Ce troisième et dernier opus des Choniques de Centrum clos en beauté la triologie adaptée du roman de Jean-Pierre Andrevon, le Travail du Furet.



Les dessins et la mise ne couleur de Afif Khaled font une fois encore merveille et immerge le lecteur dans un univers étouffant où si le présent est déjà noir, le pire est encore à venir. S’il s’éloigne de l’ambiance de polar sombre distillé dans le roman pour s’ancrer fermement dans un univers plus axé vers la science fiction, la tonalité de cette trilogie reste la même que celle de l’œuvre originelle dont elle est tirée.



Ce troisième opus fait la part belle à l’action puisque l’on voit le docile petit soldat se rebeller contre le système qu’il a servi corps et âme[...]
Noir et sanglant
C’est toujours avec un réel plaisir que l’on découvre une nouvelle enquête de l’inspecteur Canardo, même si ses premières enquêtes, plus personnelles, étaient plus poignante que les dernières… Au fil des années (près d’un quart de sièce !), cet anti-héros, alcolique, déglingué par la vie et des nuits de veille à tenter d’oublier, s’est imposé comme un personnage majeur de la BD franco-belge, imposant le style du détective animalier bien avant le superbe Blacksad.



D’un style graphique très classique, avec juste ce qu’il faut d’ombre pour s’éloigner de la ligne claire, Sokal n’a pas son pareil pour rendre sexy une personnage animalier telle cette nurse aux mains sanglantes… Mais c’est réelleme[...]
polar politique
Ultimate Agency est une série qui s’inscrit dans le polar noir par sa tonalité, son sujet et son personnage, Louis Barma, Balou pour les dames et Lou pour les autres. Par son discours et son rôle de narrateur à la première personne, il fait immanquablement penser à Nerstor Burma, détective, né sous la plume du grand Léo Malet et mis en image par le grand Tardi.



Le premier tome, faisant la part belle à l’action et au suspens, pouvait faire penser à une nième série mettant en scène un détective sans renouveler vraiment le genre, creusant un sillon déjà tout tracé. Mais le second tome, en renforçant plus encore la proximité entre fiction et histoire contemporaine, donne à la série une tonalité particulièrement savoureuse.

La trame imaginée par François Corteg[...]
léger et poétique
Oscar & Monsieur O est un album poétique et touchant signé par l’immense Moynot et édité dans la superbe collection Carrément BD. Carré, comme son nom l’indique, au dos toilé, chacun des albums de la collection est un délice graphique.



Sorti un an après le superbe Monsieur Khol (scénarisé par Dieter), on y retrouve tout le charme et la délicatesse de cet album léger et envoûtant. Les pinceaux de l’artiste font une fois de plus merveille et c’est avec un réel plaisir qu’on le retrouve dans un scénario subtil et troublant portant sur les affres de la création après s’être intéressé au problème de l’identité.



Le scénariste et dessinateur du Temps des Bombes retrouve ici une époque qui lui est chère et qu’il sait for[...]
dans les pas d'un tueur
HH Holmes se propose de raconter la vie du premier tueur en série à ensanglanter le sol américain. Meurtrier inconnu du grand public, personnage étrange et complexe, qui a reconnu près de trente meurtres mais soupçonné d’en avoir commis près de deux cent, HH Holmes.



Graphiquement, c’est tout bonnement superbe! On ne peut qu’être admiratif devant l’immense talent de Fabrice Le Hénanff, dessinateur du superbe Caméléon paru chez Casterman et déjà scénarisé par Henri Fabuel. Ses planches sont de toutes beauté, à la fois sombres et sanglantes, oppressantes et magnifiques et ce malgré une impression qui ne donne pas toutes sa mesure aux couleurs tourmentées de la palette de l’artiste.



Ce premier tome présente ce tueur dont une zone d[...]
Juste et subtil
Comme le souligne Martin Vidberg, scénariste, dessinateur et personnage principal du journal d’un remplaçant, tout le monde à peu ou prou son avis sur l’éducation nationale car tous le monde a usé ses fonds de culottes sur les bancs d’école, et tous ont leurs souvenirs, bons ou mauvais… Mais le métier d’instituteur n’a pas bonne presse en ce moment. Médias et politiques ont très largement contribué à le discréditer, les seconds en sous affirmant que les lacunes des élèves sont du seul fait des enseignant (M. De Robien décriant la méthode globale à hauts cris en faisant montre de sa méconnaissance du sujet et des pratiques des enseignants n’en est qu’une illustration), les seconds en relayant les propos de seconds et en parlant des mouvements [...]
Kivalaséki ?
Faire rire est un art délicat et difficile. Parvenir à faire dérouiller les zygomatiques d’un lecteur en une demi planche, et ce 96 fois par album, avec des scénettes fort bien construites aux chutes surprenantes et déroutantes relève déjà de la gageure. Mais Diego Aranega, scénariste et dessinateur de Victor Lalouz ne s’arrête pas là!

Car en plus de proposer des strip aussi hilarants que percutants, l’auteur construit une histoire complète, rythmés par les éclats de rires.



Son personnage de looser inadapté socialement et professionnellement est un modèle d’anti-héros absolu : doté d’un physique ingrat que nulles qualités ne vient contrebalancer, obsédé sexuel patenté qui passe sa vie entre son boulot improbable de présentateur radio et [...]
une demi déception...
Ce second tome poursuit une série ancrée dans le steampunk, genre décalé et sous exploité en BD, uchronie de l’ère victorienne où la vapeur est la source première d’énergie, usitée dans les transports en communs et dans le quotidien.

Le premier tome semblait très prometteur, malgré quelques défaut, au niveau des personnages notamment, qui paraissaient trop stéréotypés et manquant de profondeur et d’épaisseur.



Nous attendions le second tome pour nous faire un avis, sinon définitif, mais tout au moins plus précis sur la série. Le travail de dessinateur d’Antonio Parras, dessinateur très talentueux est lui magnifique. Il montre une fois de plus un soucis du détail qui force l’admiration. Son travail de genre sur l’univers steampunk du [...]
superbe et captivant
Discover est une séduisante et élégante nouvelle collection (pardon, nouveau label) des éditions paquet. Ce nouveau label au format atypique (96 pages, petit format, bords arrondis, marque page en tissu) a pour but de faire découvrir la production d'auteurs de tous horizons, confirmés ou non…



Le premier titre de cette nouvelle collection, Le Cadavre et le Sofa, intrigue et interpelle, de même que le dessin tout en rondeur de Tony Sandoval, auteur mexicain bougrement talentueux. Son style évolue au fil de l’album, et ses pinceaux caméléons d’adaptent aux différentes ambiances d’un récit qui présente d’étrange similitudes avec les univers de Tim Burton et de Gaiman ou le surprenant Tideland du grand Terry Gilliam. Le style graphique de l’aut[...]
sombre et envoûtant
Warul, premier tome du Marteau des Sorcières, introduisait en douceur l’univers étrange et mystérieux de cette série construite dans l’ombre du Malleus Maleficarum, atroce petit manuel du parfait petit inquisiteur écrit en 1486 par Heinrich Kramer et Jacques Sprenger.



Servi par un dessin surprenant mais envoûtant signé Jean-Christophe Thibert qui signe avec Warul sa première BD. Ses personnages, légèrement déformés ont de grosses têtes très expressives qui permettent de mettre en scène une large palette d’émotion. Au début, le dessin épuré tout en rondeur contraste quelque peu avec la noirceur du scénario mais étrangement, il se produit très vite une réelle alchimie entre les deux et le résultat est un album graphiquement magnifique au scénario alambiqué. L[...]
un polar bien ficelé
Première BD du romancier Michel Rio, Faux pas est l’adaptation de son roman éponyme paru en 1991 et mettant en scène l’enquêteur Francis Malone. Signant lui même l’adaptation, ce premier opus d’une nouvelle série (on espère que d’autres enquêtes de Malone feront l’objet d’une adaptation) révèle d’emblée une maîtrise de la narration et un sens du rythme propre à la bande dessinée. Il parvient à alterner scènes lentes mettant en scène avec un certain brio des dialogues complexes et travaillés et des scènes quasi muettes où seuls le son étouffé des balles rompent le silence.

On peut être troublé par les premières pages, dénué de tout texte et qui mette en scène le personnage du tueur. Mais elle contribue grandement à installer l’at[...]
schéma narratif jubilatoire
La narration en Bd répond à certain poncifs qu’on croyait fermement ancrés. Certes, certains illustrateurs ont apporté leurs innovation qui explosaient les cadres, ou modifiait quelque peu la lecture.

Mais ce n’était rien en comparaison de l’Espace d'un soir qui explose la planche le schéma narratif traditionnel pour innover, nous proposant de suivre une histoire chorale, une intrigue subtilement entrelacée constitué de 4 strips représentant chacun l’étage d’un immeuble, du rez-de-chaussée aux combles, avec les personnages circulant entre les étages.

Plus que jamais, le lecteur est actif et participe à sa façon au montage de l’histoire car plusieurs façon de lire l’album s’offre à lui. De façon classique, mais le fil des intri[...]