Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


morne plaine
Atlanta clos le premier cycle d'Hauteville House, série Steampunk amorcée en 2004. Le premier tome a fait sensation par grâce aux dynamisme des dessins de Thierry Gioux, au remarquable travail de storyboard accompli par Christophe Quet, au scénario péchu de Fred Duval...



Pourtant, ce dernier tome peine à convaincre. Car si le premier opus était des plus convainquant, ce quatrième tome se se fait plus poussif...

On a la furieuse impressions d'avoir devant les yeux le résumé d'un épisode précédent d'une série tv tant l'intrigue semble compacte et ramassée. Les évènements se succèdent sans soulever l'enthousiasme. Il apparaît que le concept de ce premier cycle qui était de consacrer chaque tome à l'un des quatre éléments a nuit au récit lui même. Les événements narrés da[...]
effroyablement réaliste
Après avoir signé le Tueur, série incontournable qui fera date dans la bande-dessinée tant par son dessin et ses couleurs si particulière que par sa narration impeccable et terriblement prenante, Matz et Jacamon ont amorcé une série qui s’annonce elle aussi magistrale.



Si le premier opus (la recrue) semblait des plus prometteur, la série prend toute sa dimension avec le second qui après une mise en bouche particulièrement bien faite immerge le lecteur dans un futur possible particulièrement inquiétant. Les dérives médiatiques auxquelles on assiste ces dernières années, la collusion entre le monde des affaire, la politique et le people qui s’esquisse, se développe et fini par donner la nausée tendent à faire de Cyclopes une série d’anticipation redoutableme[...]
Délicieusement maléfique
Le Malvoulant est une série fantastique qui prend racine dans les croyances et légendes populaires de nos belles campagnes de France. Scénarisée par Corbeyran, auteur prolifique qui distille avec un certain brio le fantastiques dans ses intrigues, cette série est mise en image par Paul Marcel qui signe là sa toute première bande dessinée... Et force est de reconnaître qu'il maîtrise parfaitement son ouvrage. Les internautes qui ont pu découvrir ses travaux en noir & blanc peuvent mesurer l'étendue de son talent de dessinateur. Ses dessins sont fouillés et les ombres y sont très travaillées. Sa mise en couleur donne à chacune de ses cases une profondeur et un relief peu commun... Très sombre dans le premier tome (le Don), elles se font plus nuancées encore dans le second où le travail sur[...]
un (re)démarage poussif
Il est plus facile de commencer que de tirer sa révérence… Nous l’avons vu avec un sixième tome qui clôturais le premier cycle de façon peu convaincante… On pouvait légitimement espérer que ce septième opus qui inaugurait un nouveau cycle allait relancer l’intérêt de la série.



Hélas! Les personnages manquent toujours cruellement d’épaisseur et l’album souffre d’une narration poussive et manquant cruellement de dynamisme. Le flash back qui entame l’album est bien trop long au regard de l’action qui se déroule dans sa seconde partie. A tort sans doute, le lecteur a l’impression que l’intrigue a été diluée dans l’oécan… On commence à s’intéresser à l’intrigue dans les dernières planches, a[...]
entre burlesque et horreur
L’Ombre de l’Echafaud fait partie de ces séries dont on attends la suite avec jubilation. Avec elle, Jean-Luc Masbou a démontré qu’il n’était pas seulement l’un des dessinateur et coloriste diaboliquement doué, avec un sens de la mise en scène, du mouvement et de la physionomie à couper le souffle… Car non content d’être le dessinateur de la superbe et romantique série De Capes et de Crocs, il signe avec cette série un scénario original et captivant mis en image par le talentueux Cerqueira qui signait avec L'Affaire Brignou son premier album…



On retrouve avec un plaisir certains le commissaire Picon et son improbable acolyte, l’agent Renoir, pardon, le Docteur Renoir. Leur duo décapant n’est pas sans évoquer celui f[...]
clef de voûte d'une série originale
La Chute est l'aboutissement d'une série intéressante au scénario original ciselé par Frank Giroud, initiateur du Décalogue, et mis en image par cinq dessinateur, Cyril Bonin, Paul Gillon, Cuzor, Jean-Charles Kraehn et Giancarlo Alessandrini.



L'originalité ne vient pas tant de la profusion de dessinateur (cela s'est déjà vu) mais par la construction narrative des quatre premières tomes qui se proposent de raconter des même événements mais vu par quatre protagonistes, chaque récit apportant aux autres un nouvel éclairage. La lecture se fait ludique, l'intrigue de chaque album mettant en scène des personnages secondaires qui prenne une toute autre dimension dans un autre album. La relecture des quatre premier album est indispensable pour pouvoir profiter pleinement du dernier,[...]
riche et bouleversant
Amours fragile fait partie de ces séries rares et précieuses, bouleversante et formidablement humaines. J’avoue être totalement passé à côté de la série et l’avoir découverte au hasard d’une dédicace chez mon dealer de BD préférée…



La série Amours Fragiles s’attache à nous narrer la vie de la jeunesse allemand née dans l’entre deux guerre… Amorcée pendant la crise économique qui secoue l’Allemagne, elle devrait s’achever dix tomes plus tard, avec la chute du mur de Berlin.

Le scénario est d’une rare subtilité et parvient à nous plonger avec une facilité déconcertante dans ce pays au moment ou tout bascule. Comment des hommes et des femmes, comme nous autre ont pu cautionner et porter au pouvoir un Hitler. Co[...]
épique et poétique
Siegfried es tla nouvelle série d’un auteur rare mais talentueux, j’ai nommé Alex Alice. Coscénariste et dessinateur de l’incontournable Troisième Testament qui impulsa la mode de la Catholic-Fantasy, Alice revient avec un myhe fondateur qui a bercé son enfance, celui des Nibelungen, qui inspira Tolkien pour le Seigneur des Anneaux.



Graphiquement, c’est superbe, tout simplement superbe. Le parti pris étrange d’associer dessins réaliste et dessin plus cartoonesque fonctionne admirablement bien. Le personnage de Siegfried aux traits réaliste est le personnage de cette nouvelle saga. C’est son histoire, de son enfance à son accomplissement en tant qu’homme que l’auteur se propose de nous narrer, s’éloignant du schéma de la [...]
une bien Belle Uchronie
Tanâtos est la nouvelle série concoctée par Didier Convard, le scénariste du très remarqué Triangle Secret. Avec son complice, Jean-Yves Delitte, il va nous entraîner dans un début de siècle décalé et s’inspirant des feuilletonistes de l’époque. Le personnage de Tanâtos, l’homme au mille visages, n’est pas sans évoquer Fantomas, le héros né sous la plume de Marcel Allain et Pierre Souvestre en 1911, alors que la Belle Epoque touchait à sa fin. Tanâtos semble plus cruel que le Génie du Mal qui l’a inspiré et que la majorité des gens ont découvert dans les adaptation cinématographique par la trilogie d'André Hunebelle dans un registre comique. Fantomas y était alors incarné par Jean Marais et le Commissaire Juve par Louis De Funès. Mais cette version est bien lo[...]
copie non conforme
Double assassinat dans la rue morgue est l'une des nouvelles les plus connues d'Edgar Allan Poe, aux côté de la sublime « lettre volée » et du « Scarabée d'Or »... Connu en France grâce à la plume de Baudelaire qui traduisit les nouvelles extraordinnaires, Poe est considéré comme beaucoup comme le père du roman policier moderne, comme le souligne un intéressant dossier qui clos l'album. Cette nouvelle a sans doute inspiré Leroux pour son célèbre mystère de la chambre jaune quant à l'idée d'un crime commis dans une pièce au prime abord fermée de l'intérieur.



Après avoir adapté avec un certain brio le procès de Kafka, Céka et Clod nous propose donc une nouvelle adaptation d'un classique de la littérature. Ils n'ont pas hésite à retoucher le récit pour le rendre plus conforme à[...]
aux portes de la folie
« 7 Psychopathes » est le premier album d’une série de 7 tomes se proposant de réunir 7 scénariste et 7 dessinateurs pour nous conter 7 histoires de 7 personnages poursuivant 7 quêtes. Concept étrange placé sous le patronage du nombre 7 aux significations multiples mais qui évoque traditionnellement, les numérologue du dimanche le savent sans nul doute (tiens, c’est le 7ième jour de la semaine), la perfection. Devra-t-on découvrir un sens caché à l’ensemble de ces 7 tomes une fois la série achevée ? Mystère… Mais le fait est que cette variation autour du thème des Sept Samouraïs et autres mercenaires scénarisés par des plumes talentueuses et mis en scène par des pinceaux agiles a de quoi séduire…



Ce premier opus, joyeusement surréaliste, se prop[...]
trop consensuel?
C’est sans doute peu dire que cet album faisait partie des albums les plus attendus du mois d’octobre. Après un dernier album fort intéressant, Jean Van Hamme, papa de Thorgal, laissait la main à Yves Sente pour présider à la destinée de ce héros de papier qui a récemment fêté ses trente années avant de prendre une retraite bien méritée et de couler une paisible retraite, abandonnant la vedette à son films, Jolan, qui s’est sacrifié pour sauver sa vie.



Le duo formé parYvesSente et Grzegorz Rosinski n’en est pas à son coup d’essai puisque les deux compères ont signé le superbe diptyque « la Vengeance du Comte Skarbek » dont les peintures époustouflantes du dessinateur polonais donnait à l’album une identité marquée et séduisante au service[...]