Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


L’Ombre du Métronome…
La brigade temporelle, planche du tome 2 © Ankama / Lapeyre / DescraquesFrançois Descraques, réalisateur de la web série Le Visiteur du Futur continue de décliner son univers délicieusement déjanté en s’associant avec le talentueux Guillaume Lapeyre qui nous avait envoûté, tant dans Les Chroniques de Magon de Nicolas Jarry que dans l’excellent City Hall de Rémi Guérin… Après un premier tome très réussi, il revient pour la suite des aventures de la Brigade Temporelle…



La Brigade Temporelle est chargée d’empêcher les individus mal intentionnés d’interférer avec l’histoire… Elle va s’intéresser de près à une agence touristique spatiotemporelle officieuse dirigée par le mystérieux Métronome, un homme sans scrupules qui offrent à ses clients fortunés des voyages temporels qui menacent l’Histoire elle-même…



Après avoi[...]
Un pont lancé entre deux époques
Le Troisième Testament, Julius, planche du tome 5 © Glénat / Montaigne / Dorison / Alice / LapierreParu en juin 1997, Marc ou le réveil du Lion marquait les début de deux jeunes auteurs prometteurs: Xavier Dorison et Alex Alice… En 2010, s’associant au talentueux Robin Recht, remplacé par Thimothée Montaigne à partir du second tome, Alex Alice étoffait le récit originel avec un prequel passionnant qui revenait à l’aube du christianisme, à l’origine du Troisième Testament… Ce cinquième opus referme cet envoûtant péplum ésotérique de la plus belle des façons…



Le général Julius Publius-Vindex est condamné à travailler dans les mines de souffre de Judée. Là, sa route va croiser celle de Sayn considéré par les rebelles juifs comme étant le Messie annoncé par les Ecritures… Libéré par ses partisans, alors que Julius l’exhortait à prendre la tête de son peuple[...]
L'enfer est vide, tous les démons sont ici (*)
Beauté noire et le groupe Prospero, planche du tome 1 © Glénat / Balez / SimsoloNoël Simsolo et Olivier Balez associent leur talent pour entraîner dans un Paris de la Belle Epoque déchiré par l’affaire…



Janvier 1898, château Von Rotstein en Bavière. Des aristocrates sont réunis pour le réveillon de nouvel an, servis par quatre femmes noires qu’ils couvrent d’insultes racistes… L’une d’elle s’éclipse et ouvre une fenêtre pour laisser une complice pénétrer dans la demeure médiévale… Surprises au moment de s’emparer de documents révélant un projet d’assassinat, elles n’ont d’autres solution que de fuir en plongeant dans les douves…



Bientôt poursuivies par une meute de chiens menés par le comte Von Rotstein et ses mercenaires, ils rejoignent leurs complices dans un cirque itinérant qui abrite les membres du groupe Prosper[...]
La fièvre de l’or
Bouncer, planche du tome 11 © Glénat / BoucqAccaparé par le neuvième art, Alejandro Jodorowsky laisse, pour un diptyque au moins, François Boucq chevaucher seul en compagnie du Bouncer pour une poursuite sanglante pleine de fureur et de sang...



Après son éprouvant séjour dans le pénitencier de Deep End, le Bouncer est contraint de sortir de sa retraite pour se lancer à la poursuite d'El Cuchillo, une infâme ordure qui a enlevé la petite Panchita qui pourrait le conduire au trésor perdu de Maximilien, l'Empereur déchu du Mexique... Accompagné d'une prétendue comtesse et d'une poignée d'hommes de mains, le desperados fait route vers le désert de Sonora, un lieu aride peuplé de vieilles légendes où les indiens eux-même refuse de se rendre...



Accompagné d’un groupe de déserteurs français[...]
Il était une fois à Sonora…
Sonora, planche du tome 2 © Delcourt / Dellac / Pecau / SmulkowskiDifficile pour un chaland se rendant dans une librairie en juin 2017 de passer à côté de la superbe couverture du premier tome de Sonora tant l’illustration de Nicolas Siner était superbe… Si en plus il était amateur de western, difficile de repartir sans… La couverture du second tome est elle aussi de haute tenue, rendant cette Fièvre de l’or d’autant plus incontournable que le premier tome s’avérait particulièrement réussi…



1851. Maximilien Bonnot débarque à San Juan pour gagner la Californie… Mais contrairement aux autres migrants, il n’est pas venu ici mû par la fièvre de l’or mais avec un profond désir de vengeance chevillé au corps… Car s’il a quitté le vieux continent, c’est pour retrouver les lâches soldats qui ont froidement assassiné son frère su[...]
Une chanson obsédante
Oblivion Song, planche du tome 1 © Delcourt / De Felici / Kirkman / LeoniFigure incontournable du comics, Robert Kirkman fait partie de ces auteurs dont chaque nouvel album est en soit un événement… Il faut dire que le créateur de Walking Dead mais aussi du Maître Voleur, d’Invincible ou d’Outcast n’a pas son pareil pour entraîner le lecteur dans ses créations pour ne plus les lâcher… et Oblivion Song ne fait pas exception à la règle!



L’histoire commence à Philadelphie, il y a dix ans. 300.000 habitants et une partie de la ville ont soudainement disparu, happés dans une autre dimension baptisée depuis Oblivion. Si le gouvernement a abandonné tout espoir de les retrouver, Nathan Cole, un scientifique de génie, a mis au point un appareil lui permettant des allers-retours entre notre monde et cette dimension parallèle… Chaque jour[...]
Le parfum de la dame en noir
Rouletabille, planche du tome 1 © Soleil / Slavkovic / Gaudin / OdoneNé sous la plume de Gaston Leroux au début du XXe siècle, Rouletabille, le Sherlock Holmes français, a déjà eut les honneurs d’une adaptation en bande-dessinée dans les années 1990 sous la plume d’ André-Paul Duchâteau et les crayons de Bernard Swysen…C’est à présent au tour de Jean-Charles Gaudin et Sibin Slavkovic de revisiter l’œuvre du romancier et de mettre en scène le célèbre détective…



Après avoir lu un article intrigant relatant l’étrange agression de la fille de l’éminent professeur Stangerson, le jeune Rouletabille se rend en compagnie de son ami l’avocat Sainclair au château Glandier pour mener l’enquête et tenter de démêler cet énigmatique affaire…



Frédéric Larsan, le célèbre policier, est déjà sur place et Rouletabille va s’effo[...]
La possibilité d’une île (de Phâques)
Ratafia, planche du tome 8 © Vents d'Ouest / Pilet / Pothier / SalsedoNicolas Pothier et Johan Pilet nous invitent à embarquer une fois encore à bord du célèbre Kouklamou pour un récit aventureux et déjanté…



Si la majeure partie de l’équipage s’épanouit en plongeant avec délices dans l’un des nombreux ouvrages dont regorge la cale, il en est un qui déprime sévère. Fidèle à son idéal de pirate, Romuald ne supporte plus de voir ces piles de bouquins futiles et poussiéreux remplacer l’or dans les entrailles du Kouklamou…



Il tente plusieurs fois de mettre un terme à ses jours avant qu’un évènement impromptu lui font reprendre goût à la vie: Padoock, un vieil ami du Capitaine, vient de rendre l’âme, lui laissant en héritage un fabuleux trésor… Mais pour le toucher, il va falloir réunir la joyeuse bande d’ami repré[...]
Des deux côtés des barricades
Mai 68 - La veille du grand soir, planche de l'album © Delcourt / Vassant / RotmanAlors que nous apprêtons à fêter le cinquantième anniversaire des événements de mai 68, Patrick Rotman et Sébastien Vassant nous en font le récit en nous emmenant des deux côtés des barricades… Car si le grand public connaît plus ou moins le déroulé des évènements, il ignore souvent ce qu’il s’est dit dans les alcôves du pouvoir ou dans la rue, à hauteur des femmes et des hommes qui ont voulu changer la société…



Côté rue, il nous raconte le récit à travers les yeux d’un étudiant qui travaillait studieusement dans la bibliothèque de la Sorbonne lorsqu’il est attiré par le tumulte dans la cour… Des hommes se succèdent au micro pour inciter les étudiants à entamer un mouvement de contestation contre la répression.



Là, il retrouve une amie qu’il[...]
Once upon a time in Cibola
Le Nouveau Monde, planche de l'album © Dargaud / Carloni / Helpert / ArmanetJean Helpert et François Armanet referment leur diptyque historique et aventureux qui nous entraîne dans le nouveau monde à la suite d’un moine franciscain…



L’histoire relatée dans ce livre nous est raconté par un vénérable moine franciscain qui, arrivé au seuil de sa vie, nous raconte comment il a été envoyé par le Pape Paul III évangéliser le Nouveau Monde et découvrir l’Eden perdu au nord de Tenochtitlan...



Après moult péripéties, le voilà parti accompagné d’Esteban, un ancien esclave et de Donna Isabelle, fille de l’Empereur défunt Moctezuma qui désirait échapper à un mariage forcé avec un grand d’Espagne…



Traqué par le sanguinaire Guzman, ils arrivent en territoire Chiricahuas… Les talents de guérisseur d’Esteban leur per[...]
Un délicieux polar Catalan
Pepe Carvalho, planche de l'album © Dargaud / Seguí / MigoyaHernán Migoya et Bartolomé Seguí associent leur talent pour adapter l’œuvre du journaliste et romancier catalan Manuel Vázquez Montalbán et mettre en scène son Pepe Carvalho que certains ont pu découvrir sur Arte…



Entre deux repas de gourmets, Pepe Carvalho est engagé pour enquêter sur l’identité du cadavre retrouvé échoué sur une plage des environs de Barcelone… Son séjour dans l’eau a rendu l’homme méconnaissable et le seul indice est un tatouage sibyllin: « Né pour révolutionner l’enfer ».



L’enquête mènera le détective barcelonais aux canaux et quartiers interlopes d’Amsterdam pour démêler les fils d’un écheveau qui trouvera sa conclusion là où tout a commencé…




[...]
Un formidable récit d’aventure
Omar le navigateur, planche de l'album © Les Aventuriers de l'Etrange / RodriguezLes toutes jeunes éditions des Aventuriers de l'Etrange nous proposent un récit d’aventure entraînant mené de main de maître par Pedro Rodriguez qui s’était fait remarquer avec son excellent Macabre publié en 2010 chez Emmanuel Proust.



Crète, 1653. Une bande de gamin pousse Andreas à se jeter du haut d’une falaise surplombant la Méditerranée. Pour leur rabattre leur caquet, Omar se propose de sauter avec lui… Leur chute vertigineuse cèlera une amitié qu’ils avaient tout lieu de croire éternelle…



Dans une épave échouée au fond de l’eau, les deux garçons trouvent sur un squelette un casque antique dont Omar s’empare sans hésiter… Andreas a un mauvais pressentiment : on ne vole pas impunément les morts. L’avenir lui donnera raison…