Haut de page.

Dernieres Chroniques
Bandes Dessinées


un conte urbain et féérique
La Légende du Changeling est un album prometteur. Prometteur car dessiné par le talentueux Xavier Fourquemin que l’on a couvert pour sa mise en scène des aventures improbables et déjantée d’Alban, jeune moine naïf qui sillonne le moyen-âge en compagnie de son ami et néanmoins goret Orphéon. Prometteur car le scénario est signé par le grand Pierre Dubois, le talentueux elficologue, qui n’en finit pas de réenchanter notre monde par ses oeuvres.



L’histoire est de celle que l’on écoute au coin du feu, devant l’âtre d’une cheminée, alors que les volutes d’une pipe répandent des arômes complexes et envoûtants, dégustant un vieil hydromel et buvant les paroles d’un conteur talentueux. Mais quoi de plus normal puisque c’es[...]
tarantinesque
Nouvelle petite perle de la collection contrebandes de Delcourt, Criminal est une BD de genre impeccablement réalisée. Le scénario est fort bien rythmé et aspire littéralement le lecteur. Mais le point fort de la série est incontestablement l’épaisseur de ses personnages, leur densité et leur complexité. Le travail de création réalisé par Ed Brubaker est saisissant et donne une furieuse envie de regarder du côté de ses autres publications.



Côté dessin, on reconnaît la patte de Sean Phillips que les lecteurs francophones hermétiques aux comics ont pu découvrir le travail à travers le superbe 7 Psychopathes, premier tome de la série Sept aux tomes inégaux mais au dessus du lot. Les couleurs de Val Staples sonnent très comics et pourront rebuter certains lecteurs non ave[...]
la montée du fascisme
Parabellum est un polar historique qui imerge le lecteur dans la France de l’entre deux guerre. Alors que les prémisses de la guerre se font sentir et que les mouvements d’extrême droite œuvre à renverser la république, deux opposants à Mussolini en exil politique en France sont assassinés. L’enquête sur ce double meurtre va entraîner l’inspecteur Bergman dans les coulisses d’un complot visant à établir un état fasciste.



S’inspirant librement de l’affaire de la Cagoule, groupuscule fasciste fondée en 1935 et oeuvrant à la déstabilisation de la République, l’intrigue concoctée par :Olivier Legrand et Jean-Blaise Djian est rythmée et passionnante, plongeant le lecteur dans le climat étopuffant et nauséabond qui régnait alor[...]
naissance d'un héros de papier
Le journal d'un ingénu est le quatrième opus des aventures de Spirou et Fantasio. L'idée est de confier à chaque nouveau tome les rênes à des auteurs venus d'horizon différents, sans les contraintes imposés par les poncifs de la série. On se souvient du tollé qu'avait soulevé la pourtant très réussie Machine qui Rêve, 46ième tome de Spirou, signé Tome et Janry, dans les rangs des puristes! En créant une série parallèle Dupuis a libéré ce héros un peu figé, permettant à de nombreux scénariste et dessinateur de réaliser un rêve de gosse : donner vie à ce personnage incontournable de la bd européenne.



Plutôt que de proposer une nième aventure du jeune groom, Emile Bravo a eu l'idée aussi ingénieuse qu'osée de proposer rien moins que le tome 0 de la série! Revenant aux sources, [...]
une séduisante trilogie
Le personnage de Giacomo Casanova est à lui seul un roman. Franc Maçon, séducteur, manipulateur, talentueux bretteur, agent secret, aventurier, mystificateur dé génie... Difficile de faire entrer ce personnage haut en couleur dans une case tant il semble insaisissable et protéiforme...



Les plombes de Venise se propose de nous narrer deux ans de ce personnage fantasque : ses deux années de captivité dans les geôles vénitiennes, baptisées plombs de par les tuiles de plomb qui recouvraient leurs toitures. Prison Break avant l'heure, le lecteur suit avec un vif intérêt ces longs mois de captivité. Faisant fi du conseil de ses amis, il refusa de quitter Venise ou ses propos subversifs, ses frasques amoureuses et ses malversations financières ne lui attirèrent pas que des amis. S[...]
Superbe. Terpant se révèle grand scénariste
Je viens de lire cet album en avant-première du festival de saint Malo (étonnants voyageurs) c’est une magnifique surprise. Il s’agit du premier scénario d’un bon dessinateur Jacques Terpant. Il était souvent cité comme talentueux, mais je trouvais qu’aucun scénariste ne lui avait permis de s’exprimer vraiment.



Sans doute le pensait-il aussi car il écrit là un premier scénario en adaptant un roman, qui est une surprise totale.Aux antipodes des univers que l’on connaît de lui.



Il installe un monde dans un royaume finissant qui serait un bout de l’Europe, un monde imaginaire , un royaume perdu à la tête duquel un Margrave héréditaire, dépassé par la chute annoncée et incompréhensible de son monde, dans un geste déses[...]
le mythe du savant fou
Adapter une nouvelle de Lovecraft et parvenir à en conserver l’intensité dramatique et l’horreur latente savamment distillée par le maître du fantastique n’est pas chose aisée. Le pari audacieux de Florent Calvez était des plus risqué et ce d’autant plus qu’Herbert West, réanimateur est l’une des nouvelles les plus brillantes de l’auteur américain.



Autant le dire de suite, le pari est plus que réussi tant l’auteur est parvenu à retranscrire fidèlement l’ambiance suffocante de cette nouvelle épistolaire. Son trait nerveux renforce la tension presque palpable qui se distille au fil des pages, alors que le lecteur plonge peu à peu dans l’abîme d’une indicible horreur dont l’issue sera, on le sait, funeste. [...]
les coulisses du pouvoir
Tout droit sorti de Spawn, Sam et Twitch reprennent du service dans une série parallèle fort réussie. Ce premier opus nous propose une enquête fort efficace où se mêle politique, corruption, meurtres et chantages.



Le trait de Paul Lee fait plus que coller à l'ambiance sombre de l'intrigue, il contribue fortement à poser une atmosphère de polar avec une redoutable efficacité. Son travail sur l'éclairage, sur les cadrages et les décors emprunte au vocabulaire cinématographique pour ancrer définitivement son récit dans un genre clairement défini. L'impression de visionner un classique du genre n'est pas que fugace tant et si bien que l'on se prend à imaginer les mouvements de caméra entre les cases.



L'intrigue est classique mais n'en reste pas moins efficace. L'[...]
un western kabbalistique envoûtant
Le premier tope de Lune d'argent sur Providence paru en 2005 (et oui, déjà!) avait fait peu ou proue l'unanimité. Et il faut bien le reconnaître, cet album avait tout pour plaire, de sa couverture superbement lêchée au trait et aux couleurs magnifiques d'Eric Hérenguel, en passant par un scénario original et captivant teintant le genre classique du western d'un fantastique envoûtant...



C'est sans doute peu dire que cet album était attendu et, autant le dire tout de suite, l'attente ne fut pas déçue! Ce second opus possède toute les qualités du premier. Il suffit d'admirer la couverture, plus belle encore quel la précédente (est-ce possible?) pour s'en convaincre. Le travail sur la couleur de cet album est une fois de plus saisissant. L'auteur fait montre une fois encore de [...]
une séduisante réécriture
Adapter l'univers d'Edgar Poe en bande dessinée n'est sans nul doute pas chose aisée. Mais quel plaisir de retrouver l'atmosphère étrange et inquiétante de ses nouvelles qui contribuèrent à poser les bases du roman policier.

Roger Seiter et Jean Louis Jean-Louis Thouard ne semblent pas vouloir se contenter de proposer à leurs lecteurs une adaptation littérale de Poe en Bd. Il réinterprètent ses histoires, se les réapproprie en conservant les bases de son univers et leur atmosphère si particulière.



Car si la présentation du Scarabée d'or est très fidèle à l'originale, certaines scènes ont été rajoutées sans doute dans le but de nouer des liens forts entre William Wilson et Edgard Legrand, introduisant aussi Kitty, un troisième personnage, féminin celui là, qui entretie[...]
chabrolesque glauque
Au cours d'une soirée mondaine, un inconnu remet à Lestrade, député-maire d'une cité de province, un DVD sordide filmé par celui que les médias ont surnommé le tueur à la ficelle. Pour Lestrade, appelé a devenir ministre dans le prochain gouvernement, cela pourrait bien sonner le glas de ses ambitions politiques, et ce d'autant que la victime n'est autre que sa maîtresse. Il se confie à son ami, le commissaire Zélian qui décide de substituer l'ordinateur de la victime contenant sa correspondance avec Lestrade afin de protéger la carrière de ce dernier. Mais, très vite, la police est persuadée d'avoir affaire à un imitateur à cause de nombreux détails troublants.



Avec le Protocole du tueur, Didier Convard, le scénariste du Troisième Testament, signe un polar rythmé particul[...]
dans la lignée d'Oz
La série poursuit son bonhomme de chemin avec ce troisième opus, premier d'un nouveau dyptique. Le format de la série est intéressant puisqu'il fait bougrement penser à celui d'une série TV américaine dont on a l'impression que le style et l'ambiance commencent à déteindre sur la bande dessinée dans les séries formatées US semblent se développer.



Dans cette série, le fil rouge est constitué par le personnel du Temple, prison haute sécurité qui a donné son nom au premier diptyque. Au fil des tomes, ces personnages s'étoffent, montrent leurs fêlures et leurs travers. Les relations se nouent et se dénouent dans l'espace confiné de la prison sont le sel de la série. La tension qui monte est palpable et l'immersion dans l'univers carcérale étouffante. Chaque diptyque se propose d[...]