★★★★☆ Passé recomposé
un avion sans elle, planche de l'album © Glénat / Pinheiro / Duval / BussiIl faut se rendre à l’évidence… Crédule Grand-Duc, détective privé, a échoué… Voilà dix-huit années qu’il enquête pour résoudre l’énigme de l’identité de Lylie, la miraculée du crash du Mont Terrible. En ce jour funeste du 26 décembre 1980, le vol Istambul-Paris s’est écrasé dans le Jura, ne laissant qu’une unique survivante : un bébé… Mais il y avait deux bébés à bord, nés à quelques jours d’intervalle. Une seule a survécu… Deux familles que tout oppose vont se disputer la miraculée… L’une, les Carville, est issue de la grande bourgeoisie industrielle française. L’autre, les Vitral, sont vendeurs de frites sur la côte normande.

Suite aux mensonges des Carville et à leurs nombreux faux pas, la justice a donné raison aux Vitral… Mais les Carville engage un détective privé pour mener une contre-enquête… Mais Grand-Duc n’a pu l’élucider malgré dix-huit années d’investigation, d’interrogatoires et de coups tordus… C’est pourquoi il décide d’en finir… Mais au moment de presser sur la détente, il jette un dernier coup d’œil sur la une relatant le tragique accident et la survie miraculeuse d’une petite fille… La réponse était là, sous ses yeux… Mais il était impossible de la comprendre au moment du drame…


un avion sans elle, planche de l'album © Glénat / Pinheiro / Duval / Bussi
deux enquêtes entrecroisées
Voici quelques années déjà que les romans de Michel Bussi suscite l’intérêt d’auteurs désireux d’en signer une adaptation en bande-dessinée… On se souvient notamment des somptueux Nymphéas noirs, pourtant réputé inadaptable, signé par le tandem Fred Duval / Didier Cassegrain ou, plus récemment de l’amorce de l’adaptation de son premier roman jeunesse, N.E.O. orchestré par Maxe L'Hermenier et Djet… C’est cette fois ci au tour d’un Avion sans elle de faire l’objet d’une adaptation, après l’avoir été au petit écran sous la houlette de Jean-Marc Rudnicki et Nicolas Durand-Zouky…

S’attaquant une nouvelle fois à un roman de Bussy, Fred Duval signe une remarquable réinterprétation de ce best-seller saisissant, happant le lecteur dès les premières pages avec ce détective tourmenté qui s’apprête à se donner la mort… Avec le journal où ce dernier consignait le résultat de ses recherches servant de fil rouge, le scénariste introduit peu à peu chacun des protagonistes du récit, jetant des ponts entre présent et passé, mêlant et entremêlant ces différentes époques, composant au fil des pages une tapisserie saisissante qui donne peu à peu les clefs au lecteur pour comprendre la complexité de cette intrigue et des liens unissant chacun des protagonistes… Malgré de nécessaires coupes, Fred Duval a su prendre le temps d’installer chacun des personnages de l’histoire, de leur donner chair et de les rendre par là même particulièrement attachants. Bien vite, les questions qui taraudent Crédule Grand-Duc et Marc, qui mènent chacun leur propre enquête pour des raisons très différentes, deviennent celle du lecteur : Lylie est-elle Lyse-Rose, l’héritière richissimes Carville ou Émilie, la petite fille des modestes Vitral ?

un avion sans elle, planche de l'album © Glénat / Pinheiro / Duval / BussiDialogues ciselés, silences, récitatifs et enquêtes croisées impulsent un rythme très particulier à cet album doté d’une pagination généreuse. Les multiples rebondissements et révélations complète peu à peu et dévoile une vérité délicieusement inattendue…

Fred Duval associe sa plume au talentueux Nicolaï Pinheiro à qui l’on doit notamment l’envoûtant Lapa la nuit. Dès les premières planches, on tombe sous le charme de son trait plein d’élégance subtilement rehaussé par des couleurs aussi lumineuses que chaleureuses. Le dessinateur fait montre d’un réel talent pour mettre en image le temps qui passe, faisant subtilement évoluer les bâtiments, les décors ou les accessoires, mais aussi et surtout les personnages que l’on va suivre et voir grandir et vieillir pendant les dix-huit années que dure l’enquête… Le dessinateur franco-brésilien fait montre d’un talent saisissant pour mettre en image les émotions de ses personnages, à commencer par la tendre complicité unissant Marc à Lylie qui se devine dans chacun de leurs regards et que la subtilité des cadrages souligne avec délicatesse…

un avion sans elle, planche de l'album © Glénat / Pinheiro / Duval / BussiAprès ses somptueux et sulfureux Nymphéas Noirs, Fred Duval s’empare à nouveau d’un roman de Michel Bussi pour en signer une remarquable adaptation.

La double enquête qui constitue l’ossature de l’album se déroule sur près de dix-huit ans et va lever le voile sur l’identité de la miraculée du vol Istamboul-Paris… Le bébé dont tous les journaux ont parlé est-elle l’héritière des richissimes Carville ou la petite fille des modestes Vitral ?

Le talentueux Nicolaï Pinheiro compose des planches somptueuses et lumineuses, immergeant avec art les lecteurs dans les différentes époques du récit et mettant en scène des personnages sensibles et délicats qui rendent le récit particulièrement entraînant.

Inutile d’avoir lu le roman originel pour apprécier à sa juste valeur cette remarquable adaptation d’ un avion sans elle, polar original doté d’une structure narrative aussi audacieuse qu’implacable…


C’est impossible !!! Gniaaaaaaaaaaaaaa ! Ha ! Ha ! Ha ! La solution était là depuis le début, mais à une condition, une condition complètement délirante ! Ouvrir ce journal dix-huit ans plus tard !Crédule Grand-Duc

Chronique by Le Korrigan