★★★★☆ fantaisie policière
La Petite Voleuse de la Tour Eiffel, planche de l'album © Bamboo / Ratte / Manini / Richez / RatteParis, 1904… Bidegain, secrétaire du Grand Orient de France, se fait dérober une sacoche et son précieux contenu par un pickpocket officiant sur le parvis de la Tour Eiffel… S’il n’est pas la seule victime du malotru, l’affaire est particulièrement grave puisque qu’il transportait des fiches de renseignements détaillées sur des officiers supérieurs de l’armée française…

Pour éviter que n’éclate un retentissant scandale, il presse son ami, l’inspecteur Jules Dormoy, de retrouver le voleur et la mallette au plus tôt… Voilà donc notre jeune inspecteur lancé sur les traces de l’audacieux voleur sans savoir qu’il va, sans le vouloir, se retrouver au cœur d’un complot d’envergure menaçant d’ébranler la République…

Alors qu’il participait avec ses hommes une étroite surveillance des abords de la Dame de Fer, voilà que Jules Dormoy est lui-même victime du pickpocket ! Il l’ignorait encore, mais cette rencontre allait chambouler son destin…


à l’ombre de la Tour Eiffel
Quel plaisir de se replonger, quatre mois à peine après le premier tome, dans le Paris de la Belle Epoque imaginé par Jack Manini, Hervé Richez et leur complice dessinateur David Ratte…

La Petite Voleuse de la Tour Eiffel, planche de l'album © Bamboo / Ratte / Manini / Richez / RatteOscillant entre le polar historique empreint de légèreté et de romanesque et le conte poético-romantique, ce nouveau récit s’avère, tout comme le précédent, particulièrement rafraîchissant… D’autant aura le plaisir d’y croiser quelques-uns des protagonistes du Cannonier de la Tour Eiffel qui abandonnent les premiers rôles pour n’être plus que des figurants, donnant au lecteur la furieuse impression d’arpenter les pavés d’une ville bouillonnante de vie, l’immergeant par là-même plus encore dans l’époque et dans cet univers plein de charmes.

Porté par des personnages aussi iconoclastes qu’attachants (et pourtant parfois empruntés à la grande histoire !), le scénario s‘avère riche et entraînant. Chacun des personnages semble avoir fait l’objet d’une attention toute particulière, avec un caractère affirmé, un passé tortueux, un phrasé qui lui est propre et de bien étranges lubies qui rendent chacun d’entre eux unique. Sans doute y-a-t-il un petit côté d’Amélie Poulain dans cette jeune voleuse qui se mêle de la vie des autres en tentant d’empêcher l’inspecteur, qu’elle pense suicidaire, de mettre fin à ses jours…

Avec son cadrage audacieux, la couverture est une fois encore somptueuse et suffisamment intrigante pour d’emblée donner l’envie de se plonger dans l’histoire. Le destin plein de tendresse et d’élégance de David Ratte campe des personnages joliment expressifs qu’il rend particulièrement attachants. Son découpage s’avère particulièrement fluide et délicat alors que la colorisation, assuré à quatre mains avec un certain Mateo Ratte apporte une délicate touche de douceur à l’ensemble…

La Petite Voleuse de la Tour Eiffel, planche de l'album © Bamboo / Ratte / Manini / Richez / RatteS’appuyant sur la retentissante Affaire des Fiches qui allait faire tomber le gouvernement Émile Combes début 1905, Jack Manini, Hervé Richez et David Ratte composent une fantaisie policière burlesque tout aussi envoûtante qu’indéniablement rafraîchissante.

On y suit l’enquête d’un jeune inspecteur lancé sur les traces d’un audacieux pickpocket qui sévit aux abords de la Dame de Fer et qui s’est emparé, par un heureux ou malheureux hasard, de documents à même de faire vaciller la République.

Les auteurs posent sur leurs personnages fantaisistes un regard plein de tendresse alors que le dessin délicat de David Ratte les rend particulièrement attachants… Dialogues drolatiques et truculents, scènes cocasses et aventures poétiques, rocambolesques et romanesques sont de la partie, pour notre plus grand plaisir de lecteur…


- Dormoy, mon ami ! Par bonheur, tu es là ! C’est très grave ! Terriblement grave !
- Passe dans mon bureau. Que s’est-il passé ?
- Tu dois sauver la République !
- Rien que ça ?dialogue entre Jean-Baptiste Bidegain et l’inspecteur Jules Dormoy

Chronique by Le Korrigan