★★★★★ L’Affaire Dreyfus 2.0
#J'accuse...!, planche de l'album © Delcourt / DytarL’auteur de Florida et des Tableaux de l’Ombre se propose de nous raconter par le menu la tristement célèbre Affaire Dreyfus, du nom du capitaine injustement condamné pour haute trahison… Alors que la France peinait à se remettre de la victoire prussienne de 1870, que la République sortait fragilisée du boulangisme et de la crise de Panama et que la nationalisme et l’antisémitisme atteignait leur paroxysme, l’Affaire Dreyfus allait embraser la société et provoquer un véritable cataclysme politique… Attisé par la presse qui ne se privait pas de manipuler l’opinion en propageant la haine, la République allait se déchirer entre dreyfusards et anti-dreyfusard…

La fabrique du réel
S’appuyant sur une solide documentation savamment digérée, Jean Dytar ne se contente pas de nous énoncer la froide chronologie des faits. Faisant un audacieux pas de côté, il imagine comment nos réseaux sociaux auraient pu s’emparer de l’affaire pour lui donner un retentissement assourdissant, à grands renforts de hashtags, de likes et de réaction épidermiques… Aussi violents, choquants et révulsant qu’ils puissent paraître, les propos retranscrits dans les pages de cet édifiant roman graphique sont en tous points authentiques, montrant à quelle la société française était gangrénée par la haine et l’antisémitisme…
#J'accuse...!, planche de l'album © Delcourt / Dytar
Mêlant témoignages d’époque ou apocryphes présentés sous forme de vidéos, extraits d’articles de journaux rehaussés de publicités, de faits resituant l’affaire dans son contexte historique ou de commentaires révoltants, l’auteur immerge avec force le lecteur au cœur même de l’affaire, retranscrivant avec une confondante justesse le climat délétère qui régnait dans la Troisième République, à peine amplifié par l’usage internet qui n’a rien inventé en matière de désinformation et de fake-news. L’auteur décortique avec une rare intelligence et lucidité confondante la manière dont les machines judiciaire et médiatique se sont mises en branle pour broyer un homme dont le seul crime fut d’être juif… De quoi donner matière à réflexion lors de campagne de lynchage bien plus contemporaines…

L’approche graphique met en scène le propos de façon particulièrement immersives, les dessins évoquant tant les gravures de l’époque que les photographie ou les dessins de presse mais avec une approche, une mise en scène, résolument moderne. Cette dichotomie s’avère jubilatoire et participe indéniablement au plaisir que procure cette lecture glaçante et instructive…
#J'accuse...!, planche de l'album © Delcourt / Dytar
Présenté dans un élégant coffret et mis en scène avec inventivité, l’album est enrichi par l’artifice de la réalité augmentée… Peu captivé généralement par l’usage de cette technologie, le formidable travail de documentation réalisé par Jean Dytar s’avère fascinant. L’auteur prouve tout le potentiel de la réalité augmentée dans un album documentaire en offrant au lecteur la possibilité de découvrir une version numérique des documents utilisés, tels la une du journal où sont rapportés les propos ou une fiche signalétique de l’un ou l’autre protagoniste de l’histoire…
#J'accuse...!, planche de l'album © Delcourt / Dytar
On n’entre pas dans cette œuvre comme dans un album ordinaire : le propos est dense et touffu et la lecture s’avère particulièrement exigeante, demandant au lecteur de s’investir de façon active dans la découverte de cet étrange livre objet aux multiples ramifications numériques… Mais tout a été formidablement bien pensé pour donner au lecteur toutes les clefs pour comprendre une époque et une affaire dont les remous se sont fait sentir des années plus tars, faisant de cette affaire l’archétype de l’iniquité d’une justice rendue au nom de la raison d’état… Il faudra de longues heures pour venir à bout de cet album à la pagination généreuse mais le jeu en vaut clairement la chandelle…
#J'accuse...!, planche de l'album © Delcourt / Dytar
Avec son #Jaccuse…!, Jean Dytar se propose de nous raconter les mille et une péripéties de l’Affaire Dreyfus en imaginant comment elle aurait pu être traitée à l’heure des réseaux sociaux, de la dictature des hashtags, du streaming et de twitter…

Aussi violents et abjects qu’ils puissent paraître, les propos tels que l’auteur les retranscrit avec une mise en scène audacieuse et un dessin évoquant les documents picturaux de l’époque s’avèrent authentiques, montrant toutes les passions, les violences et les haines abjectes qui se cristallisèrent autour des procès de Dreyfus… Dense et touffu, l’album s’avère particulièrement exigeant mais il livre au lecteur les clefs qui lui permettrons de comprendre les différents rouages de cette affaire qui déchira la société française et ébranla la République…

Un album édifiant et passionnant qui trouve de sinistres échos dans le traitement politico-médiatique de certains faits divers…

Chronique by Le Korrigan