★★★★☆ Au théâtre (baroque) ce soir
La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner, planche du tome 1 © Drakoo / Dimat / Arleston / TortaAlors qu’il est depuis sa naissance destiné à être le futur empereur d’Omnamül, le jeune Altek ne rêve que d’abdication et de démocratie… Mais le pouvoir échoirait alors à Lompyste, son oncle vil et cruel et actuel régent… le sacre approche néanmoins mais Lompyste compte bien le faire assassiner pour prendre sa place et ceindre la couronne…

Après avoir frôlé la mort, Altek s’apprête à participer au tournoi du couronnement se déroulant traditionnellement la veille du… couronnement. Mais, ce jour-là, le monde arrête de tourner. Au sens propre. Le froid s’installe d’un côté de la planète alors que l’autre souffre d’une intense chaleur, les habitants se regroupant sur la frontière ténue à tempérée séparant les deux hémisphères.

Accompagné de l’impétueuse astrante Irliti Milti Tidzi, Altek se voit contraint à l’instigation de son oncle, à voyager sur ses terres pour présider à de grandes cérémonies de prière pour implorer la clémence des dieux invisibles… Mais c’est dans une tout autre quête qu’il va se lancer : faire repartir le monde !

La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner, planche du tome 1 © Drakoo / Dimat / Arleston / TortaDans son sillage ses cousins, envoyés par le régent pour le tuer. Comme si les choses n’étaient pas assez tortueuses, Altek cache un lourd secret qui pourrait bien lui coûter son trône…


baroque ? vous avez dit baroque ?
Difficile de ne pas être accroché par cette couverture somptueuse et ce titre aussi baroque qu’énigmatique… et qui plus à rallonge… D’autant que la somptueuse illustration est rehaussée de dorures du plus bel effet qui disparaissent évidemment dans la version numérique que nous vous proposons… Ajoutons à cela que l’association d’Arleston et de Dina Dimat promet d’être détonante…

Une fois l’album entamé, on ne peut qu’être séduit par la narration atypique : l’album est découpé en chapitre qui sont autant d’actes, conférant à l’album une dimension délicieusement théâtrale… Et ce d’autant plus que le scénariste place en fin de chaque chapitre un monologue dans lequel l’un des acteurs de ce récit baroque confie au lecteur ses états d’âmes, ébranlant avec jubilation tomber ce fameux quatrième mur… Sans oublier deux corbeaux volubiles corbeau, spectateurs et commentateurs décalés de cette enthousiasmante théâtrale-fantasy qui nous est contée…

La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner, planche du tome 1 © Drakoo / Dimat / Arleston / TortaLe scénario s’avère particulièrement jubilatoire, avec maintes surprises et rebondissements, à commencer par ce monde qui s’arrête littéralement et étrangement de tourner, le tout porté par des personnages joyeusement archétypaux, du régent évoquant un Baron Harkonnen revenu à la mode, un cousin testostéroné au cerveau atrophié, un autre aussi machiavélique que son régent de père, un oncle noble et droit (tiens ? le duc Leto ?), une sœur attachante, une professeur aussi intelligente que sexy… et vous obtenez une formidable galerie de second rôle qui fait souffler sur le récit un vent bougrement rafraîchissant… et baroque…

Côté dessin, la talentueuse Dana Dimat ne se contente pas de mettre en image le scénario virevoltant de Christophe Arleston ! Elle crée un décorum foisonnant, véritable univers proposant des bâtiments pleins d’élégances, des costumes délicieusement extravaguant, des créatures insectoïdes apprivoisées et surprenantes… Le tout porté par un découpage fluide et des cadrages particulièrement dynamique. Ajoutons que le mise en couleur pétillante de Florence Torta rend ce petit monde plus original encore alors que l’artiste met en scène des personnages plus expressifs les uns que les autres… et vous obtenez un album graphiquement particulièrement entraînant…

La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner, planche du tome 1 © Drakoo / Dimat / Arleston / TortaSuperbement édité avec cette couverture élégante rehaussé de dorures du plus bel effet, ce premier tome d’une série au nom à rallonge baroque et intrigant rempli toutes ses promesses…

La plume alerte de Christophe Arleston et les élégants pinceaux de Dina Dimat tissent un récit de théâtral-fantasy virevoltant aux accents évidemment théâtraux qui esquisse les contours d’un monde joyeusement barré sous fond de sordides complots familial pour s’accaparer le pouvoir…

La structure narrative fait souffler un appréciable vent de fraîcheur alors que les auteurs font avec un plaisir évident et communicatif tomber le quatrième mur à chacun des actes, actes par ailleurs scrutés et commentés par deux joyeux corbeaux, pas forcément de mauvaise augure…

En un mot comme en cent, la baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner amorce un récit drôlement enthousiasmant dont nous attendons la suite avec une impatiente non feinte…


- Lompyste ne va pas renoncer à t’éliminer. Il va juste attendre une autre occasion.
- Je n’ai pas envie d’être empereur.
- Tu ne peux pas abdiquer, Lompyste sur le trône serait une catastrophe pour Omamül.
- Hélas, je sais.
- Il attends l’occasion de te discréditer devant la haute noblesse.dialogue entre le futur Empereur et l’Oncle Grish

Chronique by Le Korrigan