★★★★☆ Ils étaient huit
Orcs et Gobelins, planche du tome 15 © Soleil / Yi / PeruLardeur dirige une petite bande de mercenaires hétéroclite composée de peaux vertes et d’une elfe. Après une bagarre et l’incendie d’une taverne faisant suite à une partie de carte truquée, ils sont poursuivis par la milice blanche de Frillonne… Pour leur échapper, ils ont dû pénétrer dans le territoire Ogre et s’enfoncer dans le désert de Kaztan dont on dit que personne n’en est jamais ressorti…

Alors qu’une tempête de sable meurtrière s’annonce, ils pénètrent dans une grotte, espérant y trouver refuge… Ils sont accueillis par trois ermites qui leur offrent l’hospitalité dans cet antre vénérable taillé par les nains.

Mais, drogués, les mercenaires vont être enfermés dans un labyrinthe truffé de pièges mortels dont ils vont devoir sortir indemnes… Ca tombe bien, Lardeur et ses hommes ne sont pas du genre à abdiquer et crever sans combattre…


les pièges de Grimtooth version Terres d’Arran
Olivier Peru nous entraîne une fois encore dans les Terres d’Arran pour un jeu cruel organisé par trois vieillards sadiques dans un complexe architectural taillé par les nains il y a plusieurs siècles. Le labyrinthe truffé de pièges mortels et de monstres qui évoquent les antiques donjons qu’arpentaient les avatars des joueurs de Donjons & Dragons, jeu de rôle créé par Gary Gygax et Dave Arneson et la cruauté des pièges le créations les plus cruelles de Paul Ryan O'Connor, auteur des mythique pièges de Grimtooth.

Orcs et Gobelins, planche du tome 15 © Soleil / Yi / PeruLe scénariste lève le voile sur le désert de Kaztan dont on ne sait que peut de chose sinon qu’il est l’un des territoires les plus inhospitaliers des Terres d’Arran… Et ce que l’on pouvait imaginer de ce territoire Ogre est bien en deçà de la vérité tant elles s’avèrent mortelles… La série Ogres & Gobelins a ceci de savoureux qu’elle fait des peaux vertes, ennemis traditionnels des aventuriers, des héros à part entière. Ce changement de paradigme s’avère aussi audacieux qu’intéressant, conférant à chaque album une saveur particulière…

Si on ne les côtoie que peu, la folie furieuse qui anime les trois vieillards est le moteur de cet album où l’on découvre un nouveau personnage plus altruiste que bien des membres de sa race. Le scénariste relie sa troupe de mercenaire avec l’univers foisonnant qui se développe sur quatre séries qui s’enchevêtrent de façon vertigineuse… La nécromancienne y est par exemple évoquée, de même que la Poisse, l’un des personnages les plus originaux et attachant de la série que notre troupe de mercenaires ont croisé, leurs récents déboires les laissant penser que l’orkelin leur a refilé un peu de sa déveine. L’histoire concoctée par le scénariste de Medicis et de Lancelot s’avère oppressante et rythmée à souhait alors que Lardeur et sa troupe s’enfoncent un peu plus dans le glauque et le sordide… Après bien des revers, le dénouement de l’album s’avère particulièrement jubilatoire, rappelant combien il faut mieux éviter de pousser un orc à bout et de s’en prendre à la famille qu’il s’est choisi…

Révélé par la série Yuna qu’il signait avec Jacques Lamontage, Ma Yi nous a impressionné avec le premier tome du Manoir Sheridan. Le voir revenir dans les Terres d’Arran après une incursion dans la série Elfes ne pouvait que nous ravir. Orcs et Gobelins, planche du tome 15 © Soleil / Yi / PeruSi son trait puissant et ses couleurs parfaitement maîtrisées sont de haute tenue, c’est le dynamisme et l’efficacité de sa mise en scène qui forcent l’admiration et rende l’album particulièrement immersif.

Ils étaient huit… Traqués par la milice blanche de Frillonne la troupe de mercenaires de Lardeur se voit contrainte de se réfugier dans une ancienne grotte bâtie par les nains. Accueillis par trois vieillards, ils vont être drogués et enfermés dans un labyrinthe truffé de pièges plus mortels les uns que les autres…

Evoquant les donjons chers aux rôlistes vétérans, le scénario cruel et oppressant d’Olivier Peru est remarquablement mis en scène par le trait puissant et dynamique d’un Ma Yi très inspiré. En changeant de paradigme pour donner les premiers rôles aux traditionnels ennemis que sont les peaux vertes, la série Orcs & Gobelins ne finit plus de nous séduire et ce quinzième opus ne déroge pas, bien au contraire !


Par le passé, il nous est arrivé de mener quelques affaires avec un orkelin qui s’appelait la Poisse Le bâtard attirait la déveine comme personne mais il survivait à tout Quand je vois la fange dans laquelle on patauge je me demande si cet enfoiré nous a pas refilé un peu de sa guigne. Ou alors, tout est de ma faute. Ce son mes mauvais choix qui nous ont mené là.Lardeur

Chronique by Le Korrigan