★★★★☆ Un poids écrasant
Viollet-le-duc - l'homme qui ressuscita Notre-dame, planche de l'album © Delcourt / Ocaña / Rubio / MaziParis,1832. Alors que le projet de démolir Notre-Dame de Paris se fait jour, Victor Hugo s’enflamme devant son ami, Prospère Mérimée, affirmant qu’on ne touchera pas une pierre de l’édifice sans lui passer d’abord sur le corps… Fraîchement nommé Inspecteur Général des Monuments Historiques, Mérimée révèle à Hugo qu’il a en tête le nom de quelqu’un qui pourrait bien contribuer à sauver la cathédrale qui est au centre du chef d’œuvre d’Hugo…

Eugène Viollet-le-Duc sera cet homme. Fasciné par l’art gothique et initié au dessin par Delescluze, son oncle peintre et critique d’art, le jeune dessinateur sillonne la France pour étudier et croquer de nombreux édifices. Pour Prospère Mérimée, Viollet-le-Duc pourrait bien être le plus grand spécialiste de France et il réclame son aide pour prendre en charge le chantier de rénovation de l’église de la Madeleine de Vézelay. Mais c’est durant l’enterrement du Duc d’Orléans qu’il lui confiera le pharaonique chantier de Notre-Dame de Paris sur lequel il travaillera des années durant avec l’architecte Jean-Baptiste Lassus, responsable des travaux de la Sainte-Chapelle…


Viollet-le-duc - l'homme qui ressuscita Notre-dame, planche de l'album © Delcourt / Ocaña / Rubio / Mazi
l’autre chantier de Notre-Dame
Ce premier tome des Bâtisseurs s’ouvre sur le tragique incendie du 15 avril 2019 qui vit Notre-Dame s’embraser et qui fit craindre aux téléspectateurs médusés que c’en était fini du vénérable édifice commencé au milieu du XII siècle… Une fois le feu éteint, se posait la question de la reconstruction : fallait-il reconstruire à l’identique en prenant compte la rénovation de Viollet-Le-Duc, revenir à un plan antérieur ou au contraire moderniser l’édifice ? On se souvient comment le débat avait agité la société publique et le landernau politique… Mais cet album nous montre que la polémique est déjà ancienne et qu’il était plus virulent encore à l’époque où Prospère Mérimée chargea Viollet-Le-Duc de rénover Notre-Dame ! Pensez donc : beaucoup pensaient l’art gothique mort et enterré et souhaitaient faire table rase du passé en démolissant une cathédrale déjà bien abîmée par la frénésie révolutionnaire et construire un nouveau bâtiment inspiré des édifices antiques…

Viollet-le-duc - l'homme qui ressuscita Notre-dame, planche de l'album © Delcourt / Ocaña / Rubio / MaziEn cela, l’album de Salva Rubio s’avère passionnant, replaçant le récit dans son époque et montrant toute la passion qui animait alors l’homme qui allait rénover tant d’édifices, de la Cathédrale d’Amiens en passant par celle d’Auxerre, du Mont Saint-Michel à Carcassonne, sans oublier la Basilique Saint-Denis ou les imposants remparts d’Avignon… ainsi que les sacrifices qu’il a du faire pour mener à bien tant de chantiers, à commencer par sa propre famille dont il resta éloigné durant près de dix années. Le scénariste parvient à donner vie de façon particulièrement convaincante à ce personnage dont tout le monde connaît le nom, sans savoir nécessairement qu’il fut un parfait autodidacte…

Eduardo Ocaña nous offre de superbes visuels de certains des bâtiments sur lesquels œuvra Eugène Viollet-Le-Duc mais aussi et surtout du Paris de la Restauration et du Paris Impérial avec de vertigineuses vues de l’ambitieux chantier de Notre-Dame, à commencer par la fameuse forêt qui n’est aujourd’hui plus que poussière. Mais son travail permet surtout aux lecteurs de donner un visage à cet homme connu de tous, de lui permettre de s’incarner, dans toute sa complexité, rendant l’histoire passionnante et amorçant une série particulièrement prometteuse…
Viollet-le-duc - l'homme qui ressuscita Notre-dame, planche de l'album © Delcourt / Ocaña / Rubio / MaziSi tout le monde connaît Viollet-Le-Duc pour le rôle qu’il occupa dans la préservation de nombreux monuments, peu savent qu’il dû lutter pour imposer sa vision novatrice de l’architecture auprès de contemporains par trop conservateurs et les polémiques que suscitèrent ses décisions lors de la rénovation de Notre-Dame de Paris.

Joliment mis en image par le dessin réaliste d’Eduardo Ocaña, le passionnant récit de Salva Rubio (éclectique scénariste de Max, les Années 20, du photographe de Mauthausen, de Degas, la danse de la solitude ou de Brel - Une vie à mille temps) esquisse le portrait crédible et nuancé d’un homme qui est indéniablement entré dans l’histoire…

La mise en abîme de son chantier de rénovation et de celui entrepris après l’incendie d’avril 2019 nous permettent de mieux comprendre les enjeux culturels, artistiques et politiques de la réhabilitation d’un monument plusieurs fois séculaire.


- Une question Eugène, pourquoi n’es-tu pas peintre diplômé ? Ni architecte ?
- Je déteste l’école des Beaux-Arts… L’Académie… Tous ces lieux… Je déteste leur conservatisme, leur fermeture d’esprit, leur dictature du classicisme. Leurs distinctions, leur népotisme, leurs décorations.dialogue entre Prospère Mérimée et Eugène Viollet-Le-Duc

Chronique by Le Korrigan