★★★★☆ Une étrange et tortueuse affaire
Affaires d'état - Guerre Froide, planche du tome 2 © Glénat / Penet / Richelle / BoccatoLa Guerre Froide a succédé à la seconde Guerre Mondiale. Alors qu’il se trouvait en mission à Vienne, Fred Ogier est arrêté par la police autrichienne sous prétexte qu’un cadavre aurait été trouvé dans sa chambre d’hôtel. Tout laisse à penser que son informateur était étroitement surveillé par les services secrets de l’est... Mais l’idée d’une taupe au sein des services français, d’abord repoussée, semble corroborée par des agents de la CIA… Rapatrié par les autorités françaises, Ogier va être chargé de démasquer l’agent double… Qui, au sein du SDECE, pourrait trahir son pays et mettre la vie de ses collègues en péril ?

Pour faire la lumière sur cette inquiétante affaire, les services secrets français vont collaborer avec les Etats-Unis qui interrogent Trifonov, un ex-agent du KGB passé à l’ouest et dont les révélations pourraient embarrasser la France en pointant les manquements du SDECE… Au même moment, un corps sans tête qui pourrait bien être celui du Docteur Murphy est retrouvé… Se pourrait-il que l’enquête confiée au FBI soit liée de près ou de loin à ces étranges évènements…


Affaires d'état - Guerre Froide, planche du tome 2 © Glénat / Penet / Richelle / Boccato
un récit complexe et exigeant
Passionné de politique, d’histoire et de politique, Philippe Richelle signe avec Affaires d’Etat une nouvelle série-concept dont le présent volet nous entraîne au cœur de la Guerre Froide et revisite l’Affaire Martel, non totalement élucidée à ce jour…

Le scénariste d’Amours Fragiles ou des Mystères de la République signe encore un récit choral entraînant mais particulièrement exigeant formé par de multiples intrigues entrecroisés mettant en scène de nombreux personnages troubles sur fond d’espionnage… Son scénario intelligent et alambiqué retranscrit avec finesse cette époque troublée où deux blocs se livraient à une guerre larvée par agents interposés… Mais la force de son récit réside aussi dans le fait que l’auteur fait la part belle au quotidien de ces agents, leur conférant cette part d’humanité qui densifie et crédibilise cette histoire d’espionnage.

Le trait stylisé et épuré de Régis Penet parvient à poser le décor de cette intrigue qui prend racine dans les années sombres de l’occupation. Affaires d'état - Guerre Froide, planche du tome 2 © Glénat / Penet / Richelle / BoccatoSi ses cadrages sont efficaces et son découpage fluide, certaines perspectives pourront surprendre alors que ses personnages semblent parfois par trop figés. Assurant la cohérence de la série, la colorisation de Claudia Boccato confère une certaine profondeur aux compositions du dessinateur de Marie des Loups ou de la Tomate.

Parmi les trois récits constituant la série-concept Affaires d’Etat, celle-ci, consacrée à la Guerre Froide, est sans doute la plus exigeante.

Mettant une foule de personnages troubles et ambigus et tissant plusieurs récits parallèles, le scénario tortueux et alambiqué de Philippe Richelle se déroule en différents lieux et à différentes époques sans que le lecteur puisse encore les relier les uns aux autres…

Le dessin épuré de Régis Penet retranscrit l’atmosphère si particulière de cette époque troublée où deux blocs se faisaient la guerre par agents interposés, entre trahisons et faux semblant…


- Qu’est-ce qui a foiré à Vienne, Fred ?
- Hypothèse la plus probable : Kurtz Görtz, mon informateur, était grillé et surveillé par les services de l’est.
- Et… Les hypothèses moins probables ?
-A part une taupe ici, au sein du service… Mais c’est impensable…dialogue page 27
Chronique by Le Korrigan