★★★★☆ Une sordide affaire
L'affaire Markovic, planche de l'album © Bamboo / Cassier / Le NaourJuin 1968. Après avoir présenté sa démission à De Gaulle et alors même que ce dernier venait de lui demander de revenir sur sa décision, Georges Pompidou se voit remplacé à Matignon par l’ambitieux Maurice Couve de Murville…

1 er octobre 1968. Un corps est retrouvé dans une décharge par un homme promenant son chien. Attiré par la présence policière, un journaliste couvre l’évènement sans savoir qu’il vient de mettre sa plume sur une affaire qui allait ébranler la République. La victime : Stefan Markovic, playboy yougoslave trempant dans plusieurs affaires louches et qui travaillait comme homme de main pour Alain Delon… Ce fait divers sordide allait éclabousser l’ancien premier ministre et servir d’amorce à un complot politique destiné à entraver sa marche vers le pouvoir, sur fond de guerre de succession à la magistrature suprême…

L'affaire Markovic, planche de l'album © Bamboo / Cassier / Le NaourMais Pompidou n’est pas homme à se laisser abattre et il ne pardonnera pas à De Gaulle de ne pas avoir pris sa défense alors il ne pouvait ignorer que les éléments qui sortaient dans la presse n’étaient que de viles calomnies…


L’affaire qui ébranla la cinquième république
Sortant de la veine purement historique qui est sa marque de fabrique, Jean-Yves Le Naour nous livre un récit passionnant où se mêle grand banditisme et politique, pointant les zones d’ombres de cette sinistre affaire qui éclaboussa un temps Georges Pompidou, ancien premier ministre, mais qui ne l’empêcha nullement de succéder à De Gaulle à l’Elysée…

Solidement documenté, le récit nous est raconté à la hauteur d’un jeune journaliste qui allait bien malgré lui être l’un des rouages de cette machination destinée à salir le premier ministre. Tout part du meurtre de Markovic, une petite frappe employé d’Alain Delon mais débarqué à la suite d’une liaison avec sa compagne. L’enquête s’oriente tout d’abord vers un chantage qui aurait mal tourné avant d’impliquer François Marcantoni, ancien résistant venu au grand banditisme avant de raccrocher. Delon comme Marcantoni seront un temps entendus puis relâchés… Puis, suite à la lettre d’un détenu, la sphère médiatique s’emballe rapidement et parle de parties fines impliquant star du showbiz et politiques et auxquelles auraient participé Claude Pompidou… L'affaire Markovic, planche de l'album © Bamboo / Cassier / Le NaourDes photos grossièrement truquées circulent dans les rédactions et les milieux autorisées, alimentant el buzz… Si Maurice Couve de Murville n’en fut pas l’investigateur, l’ambitieux nouveau premier ministre se servit de ces rumeurs pour discréditer son principal adversaire politique et tarda à informer le principal intéressé pour qu’il puisse organiser sa défense…

L’ensemble s’avère aussi captivant que passionnant et, comme le souligne le scénariste, la réalité s’avère en l’état bien plus riche et rocambolesque que n’aurait pu l’être une fiction sortie de l’imagination débridée d’une équipe de showrunners…

Le dessin d’Emmanuel Cassier que nous avions pu apprécier sur le second tome de Facteur pour femmes colle parfaitement à ce polar où se mêlent stars du cinéma et de la politique pour un cocktail aussi détonnant qu’étonnant. Son trait vif et son encrage généreux retranscrit la tension et les antagonismes entre les différents protagonistes de l’affaire et pose avec finesse l’ambiance de fin de règne qui régnait alors…

L'affaire Markovic, planche de l'album © Bamboo / Cassier / Le NaourJean-Yves Le Naour et Emmanuel Cassier se proposent de nous raconter les dessous de l’affaire Markovic qui ébranla la Cinquième République et imposa Pompidou comme une alternative possible à De Gaulle qui avait si souvent joué la carte de « moi ou le chaos ».

Solidement documenté, l’album nous montre comment un simple fait divers, monté en épingle par la presse et exploité par les politiques pour servir leurs ambitions est devenu une affaire d’état mêlant acteurs, banditisme et éminentes figures politiques de l’époque et causé le divorce entre De Gaulle et Pompidou qui entretenaient jusqu’alors une relation quasi filiale. Le dessin d’Emmanuel Cassier immerge avec force et efficacité le lecteur dans cette fin des années 60 et met en scène de façon particulièrement convaincante les différents protagonistes de l’histoire…

L'affaire Markovic est un album aussi passionnant qu’édifiant qui rafraîchira la mémoire des plus anciens et montrera aux plus jeunes que la réalité est bien souvent plus hallucinante et rocambolesque que la fiction…


- Tu sais que De Gaulle a déjà voulu me remplacer en 1967, après les législatives ? Et c’est Couve qu’il avait choisi !
- Pourquoi il ne l’a pas fait ?
- Il était candidat dans les 7eme arrondissement de Paris, là où même un âne ou un poisson rouge pourrait se faire élire s’il était estampillé gaulliste. Il a perdu.dialogue entredialogue entre Georges et Claude Pompidou

Chronique by Le Korrigan